TANDORI, FAKIR DU BENGALE #3 Un livre dans la jungle

voir la série TANDORI, FAKIR DU BENGALE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

SOLEIL

Genre :

Humour

Jeunesse

Sortie :
ISBN : 9782302004160

Résumé de l'album Un livre dans la jungle


Jules Verne ayant tout juste fini d’écrire un livre dénonçant la politique britannique aux Indes, Sir Reginald Wilkinson a envoyé un espion pour en dérober l’unique exemplaire existant. Mais ce dernier a échoué et l’écrivain a donc décidé de partir pour Chandernagor afin d’y retrouver un ami travaillant pour une maison d’édition qui pourrait donc l’aider à faire paraître son livre au plus vite. Tandori, l’apprenti fakir, va être du voyage et bientôt, le Mobilus, un véhicule amphibie bricolé par Jules Verne, va quitter l’état du Shasheshuur.

Ce départ s’est fait sous les yeux, entre autres, du teigneux Angus Mac Doggybag qui s’empressera de mettre Sir Reginald Wilkinson au courant du projet de l’écrivain inventeur.

Entre les dangers de la jungle indienne et la menace des Anglais déterminés à leur barrer la route, Verne et ceux qui l’accompagnent vont-ils réussir à faire parvenir le livre a bon port ?
 

Par Sbuoro, le 02/08/2009

Notre avis sur l'album Un livre dans la jungle


A son tour, voici que le tome 3 de la série Tandori est réédité. Ceux qui ont donc eu le plus de travail, cette fois encore, sont ceux qui se sont attelés à la re-colorisation des planches, à savoir le dessinateur Curd Ridel et Sandrine Fricot qui remplace Cerise sur ces rééditions (ce T3 était paru en 1995 aux éditions du Lombard).

Oui, Tandori is back avec de nouvelles couleurs ! Et avec lui la plupart des personnages qu’on avait déjà rencontrés dans les tomes précédents. Ce troisième album attribue soit dit en passant à Jules Verne une place presque plus importante que celle qu’a Tandori !

L‘histoire est peut-être moins bonne que les autres, mais avec la même formule, à base de jeux de mots dans les noms et à base de situations comiques se succédant inlassablement. Avec quelques éléments dont l’utilité est discutable (la machine à manuscrire) et quelques démesures (voir la scène du bathyscaphe aux prises avec le crocodile géant) qui donneraient presque un air HF/Steampunk à certains passages !

Reste que c’est un bon moment de lecture, dans cet esprit humoristique bonenfant qu’on apprécie depuis le début de la série.
 

Par , le

Les albums de la série TANDORI, FAKIR DU BENGALE

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Curd Ridel, dessinateur de USHUAIA T1

Bonjour Curd, Sceneario.com : Dans un premier temps, afin de mieux te connaître, pourrais-tu nous éclairer sur ton parcours d'auteur dans la bande dessinée ?
Curd Ridel : J'ai toujours voulu faire de la bande dessinée. Je suis né au Congo, où je lisais beaucoup de bandes dessinées. J'étais abonné à Pif que je dévorais en plus de Spirou, Tintin et tous les albums que je pouvais me procurer. J'ai voulu très tôt faire de la BD puisque dès l'âge de 4 ans, je m'amusais déjà à dessiner. Je me faisais aider par ma grande sœur à qui je dictais les textes (parce ce que je ne savais pas encore écrire) et qui les inscrivait dans les bulles. Je suis resté jusqu'à l'âge de pratiquement 16 ans au Congo. Puis, je suis arrivé à Paris et dès lors, je suis allé voir des éditeurs avec mon carton sous le bras [...]

Lire la suite ›