SPY GAMES #01 Dissidents

voir la série SPY GAMES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Action

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782723487023

Résumé de l'album Dissidents

Cette année, Hong Kong est le théâtre d’une compétition extraordinaire qu'on appelle le « Kontest », énormes "Jeux olympiques" des barbouzes, créés il y a 132 ans. Il s'agit de voir s'affronter des troupes de 8 agents secrets au service des états concurents, l'équipe gagnante se verra décerner les secrets d’État des pays participants mis en jeu.
Seulement, cette fois, des agents renégats décident de court-circuiter la partie en éliminant d'emblée les joueurs américains... Tandis qu'ailleurs d'autres joueurs sont eux aussi éliminés. Arrivé sur les lieux avant tout le monde, le commissaire Ka Lei Ng ne peut empêcher les assaillants de s'enfuir. Il se doute malgré tout qu'il a à faire à des professionnels surentraînés, et que els enjeux sont bien plus importants qu'il n'y parait, d'autant que sa hiérarchie lui demande de laisser tomber l'affaire...

Par Fredgri, le 03/04/2014

Notre avis sur l'album Dissidents

Jean-David Morvan inaugure donc sa nouvelle série d’action ultra rythmée qui nous permet surtout de découvrir le très impressionnant dessinateur coréen: Jung-Gi Kim. Un artiste qu'il va falloir surveiller de très très près !

Comme à son habitude, Morvan met en place dans ce premier album les bases de la série. C'est très efficacement mené et dès les premières pages on est précipité dans le cœur de l'action. Un homme seul attaque un groupe d'agents mercenaires, ce qui nous donne plusieurs planches de combat en pleine cuisine, le tout chorégraphié avec une précision éblouissante. Car si ce premier album est captivant il ne met malgré tout que la trame principale en place, le scénario se contentant principalement d'accumuler les scènes de combats les unes après les autres. Malgré tout, Morvan équilibre très bien cette matière, il introduit assez adroitement chaque principal protagoniste, les enjeux et les différents camps. On avance donc avec à peine le temps de reprendre notre souffle, certes, toutefois c'est passionnant aussi !

Le scénariste fait dans l'efficacité et on garde l'impression que ce premier opus est surtout là pour permettre à l'artiste de réellement se défoncer dans des planches qui sont bluffantes de détails, d'expressivité. De plus les cadrages sont souvent très audacieux, très dynamiques. C'est un vrai plaisir des yeux !
On connaissait Jung-Gi Kim grace à ses impressionnants sketchbook, ou nous pouvions déjà voir cette incroyable énergie, ce sens du détail, de la foule. Et c'est donc avec un grand bonheur que nous le voyons arriver sur le marché franco-belge, chez Glénat. en tout cas, comme je le disais plus haut, il va falloir être attentif avec sa production...

Un album bourré d'adrénaline, très fortement conseillé !

Par , le

Les albums de la série SPY GAMES

Nos interviews liées

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›