SORTILÈGES #3 Livre 3

voir la série SORTILÈGES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782505019985

Résumé de l'album Livre 3

Blanche, devenue reine d’Entremonde à la suite de la disparition de son père, a tué sa mère Sophora. Son royaume, aux mains de l’oppresseur, est désormais en plein tourment et certains, dans le giron du futur successeur éploré et bossu, Ogier, entendent bien profiter de la situation. Prête à reprendre le pouvoir, la jeune femme a du mal à trouver des partisans. De son côté, Maldoror peut enfin gérer à nouveau sur le monde qu’est le sien, celui d’En-Bas et entend prêter mainforte à sa dulcinée Blanche. Pour cela, il s’adjoint les services maléfiques de Miranda la sorcière pour lever une armée de l’ombre, celle de Raz Gul. Mais pour cela, il doit donner de sa personne. Par ailleurs, l’intrigant cousin royal Saumure se prépare, lui aussi, à tisser une alliance avec Aldora, la sœur de Maldoror, qui a décidé de se venger de son frère et pour cela, est prête à lui confier son armée de fidèles. Il ne fait aucun doute que les jours à venir vont être des plus sombres car une bataille sans précédent va se dérouler aux confins du royaume, dans les zones les plus fétides de ce dernier.

Par Phibes, le 15/09/2014

Notre avis sur l'album Livre 3

Après avoir suscité bien des émotions lors de son acte fatal perpétré sur sa traitresse de mère, Blanche, la reine d’Entremonde revient parmi nous, cette fois-ci dans une situation qui n’est pas forcément à son avantage. Son royaume est aux mains de ses adversaires, son frère est en passe de devenir le nouveau souverain et les intrigues dans son entourage sont multiples. Dans ce contexte sulfureux, Blanche ne souhaite qu’une chose, reprendre son trône comme Maldoror, le maître du royaume d’en-bas l’a fait en destituant sa conspiratrice de sœur. Evidemment, la chose n’est pas si aisée car l’adversaire est omniprésent et surtout comploteur. Pour cela, il apparaît évidement que cette reconquête se fasse par l’union et par la force.

Ce troisième opus reste d’un très bon niveau narratif, Jean Dufaux se permettant ici de mêler, avec une certaine délectation, fantastique démoniaque et légèreté aventureuse. Le scénariste joue subtilement sur les deux mondes dont il est à l’origine (En-Bas et En-Haut) et leur permet ici de ne faire qu’un, à la faveur de la rencontre de deux êtres que tout sépare et qui se vouent un certain amour. Des intrigues se créent à la faveur d’ambitions dévorantes (Saumure, Miranda), des alliances évidentes s’établissent comme celles entre Blanche et Maldoror, d’autres insoupçonnées comme celle de Saumure et Aldora. Le tout pour aboutir à un affrontement hors normes, faisant intervenir des forces qui n’ont rien d’ordinaire.

Evidemment, dans ce contexte sulfureux, la guerre qui se prépare donne l’occasion d’assister à des élans d’humour des plus rafraîchissants. A ce titre, Jean Dufaux semble vouloir nous prendre à contrepied et s’amuse à installer certains de ses personnages (Horibili, Taillevent, Raz Gul…) dans des situations assez nombreuses pleinement cocasses, pour ne pas dire délirantes. Il va de soi que cette volonté scénaristique est pour le moins appréciable et rend de fait l’histoire, qui balance allègrement entre drame sanglant et conte humoristique,, bien plus légère.

Force est de constater que le dessin de José Luis Munuera augmente de façon considérable l’intérêt de cette aventure. En effet, ce dernier est à l’origine d’une expression artistique ensorcelante, grâce à l’utilisation d’un coup de crayon à la fois très expressif et un tantinet cartoonesque. Son trait est des plus adroits, maîtrisé dans les formes tant dans les plus monstrueuses que dans les plus graciles, les proportions, les détails de toutes sortes (les scènes de batailles sont remarquables), et mis en valeur par une colorisation de Sedyas très efficiente.

Une suite comme on l’espérait, intrigante et guerrière, qui se lit très plaisamment.

Par , le

Les albums de la série SORTILÈGES

Nos interviews liées

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Interview de José-Luis Munuera pour le T2 de Sortilèges

Sceneario.com: José-Luis tout d’abord bienvenu sur Sceneario.com et merci à toi d’avoir accepté de répondre à nos questions !

José-Luis, tu es donc le dessinateur de « Sortilèges ». Comment votre « team » fonctionne au jour le jour avec le scénariste Jean Dufaux, quelle est votre recette secrète ? Qui est le plus perfectionniste des deux ? José-Luis Munuera :Le team fonctionne avec deux éléments clé: le respect et la bonne humeur! Le respect pour le travail et les choix de l’autre, la bonne humeur parce qu’on essaye toujours de se surprendre l’un et l’autre. 
Une BD peut être pleine de choses, un manifeste idéologique,  un “slice of life”, un cri de l'intérieur de l’auteur... mais une BD peut être aussi un jeu! Un jeu infini, vivant, adulte, plein de possibilités, très élaboré, complexe, dur [...]

Lire la suite ›

Interview de José Luis Munuera sur l'univers Sillage

Sceneario.com: José Luis Munuera bonjour ! Je vous remercie dès à présent de bien vouloir répondre à cette interview et ainsi éclairer les passionnés de la bd ! Premièrement, pourriez- vous vous présenter afin que certaines personnes puissent mieux cerner votre personnage ? JLM: Je m'appelle Jose Luis Munuera Minarro, né le 21 avril de 1972 en un coin perdu d'Espagne. Grand lecteur, cinéphile et bédéphile depuis mon enfance, une surabondance de Spielberg, Harryhausen, Tolkien et Uderzo à fini par pourrir mon cerveau et me faire devenir de façon assez naturelle dessinateur de bd. Sceneario.com: Vous vous êtes distingué dans la série « Les Potamoks » aux éditions Delcourt mais aussi dans la série « Merlin » aux éditions Dargaud. Comment peut-on débarquer du fin fond de l'Espagne et s'imposer ainsi dans le monde de la bd française ? Vos débuts furent difficiles ? JLM: Je n'ai jamais eu la sensation que les choses étaient « difficiles » pour ma part [...]

Lire la suite ›