Soleil Cou Coupé

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Aire Libre

Sortie :
ISBN : 280012220X

Résumé de l'album Soleil Cou Coupé

Antoine travaille la nuit à entretenir et surveiller les voies ferrées. Chaque matin en rentrant du boulot il croise trois travestis qui tapinent, Ruth, Linda et Sacha. Petit à petit s'installe alors une étrange relation entre eux quatre, une histoire d'amour mélée d'interdit, de frustration, de caresse.

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Soleil Cou Coupé

Il y a quelques jours un ami me prète, entre autre, cet album en me disant : "Tiens, un Aire Libre qui a disparu du catalogue, ça ne se vendait pas assez, comme Sarane. Il est pourtant très bien, lis le, tu verras"
Moi, j'ai ramené tout ça et je me suis lancé dans la lecture de ce "Soleil cou coupé" !
Une vraie surprise, j'ai quand même été épaté devant la finesse et surtout l'aisance du scénariste qui raconte cette étrange histoire d'amour, pleine de passion. Certain moment, il y va plus crûment, les mots font vibrer les pages, ouvrent les yeux sur des aspects tellement évidents mais auxquels on ne faisait plus trop attention, on lit une histoire d'hommes qui rêvent de devenir des femmes ! Et alors ! tout est assez justement bien dépeint.
Le dessin de lax est magnifique, je le trouve juste, par endroit, un peu figé et raide, mais son travail sur les ambiances colorées est superbe !
Alors quand je repense à cet album je me demande bien quelle est l'histoire, j'ai le sentiment que le scénario disparait derrière les personnages, on les suit, les écoute, on sert le poing mais surtout on vibre même si tout nous est, parfois, si étranger ! Un album vraiment fascinant, peut-être pas un chef d'œuvre mais en tout cas une histoire à part.
Très fortement conseillé.

Par , le

Soleil cou coupé ne plaira pas à tout le monde, car je pense qu’il faut avoir l’esprit assez libre et ouvert pour accepter une telle oeuvre. Cette barrière passée, il reste un album où les personnages ont une épaisseur certaine. L’intrigue n’est vraiment pas le plus important dans cet album, ce qui est intéressant, c’est le traitement de l’histoire d’amour décalée que vivent Antoine et les trois travestis Ruth, Sacha et Linda. Voir que le plus difficile dans la passion, ce n’est pas que ce soit quatre hommes, mais tout simplement les sentiments si profonds qu’il dépassent les réalités physiques. Certes, cela n’est pas forcement à conseiller aux âmes "sensibles", mais le combat des ces mâles qui souhaitent changer de genre, leurs émotions, leurs sentiments, tout cela est traité en finesse je trouve. Les propos sont parfois crus comme le dit Fred, mais je pense à mon avis que de tels propos reflète un peu le chemin qu’il reste à parcourir à ces hommes qui veulent être femmes.
Bref, un album intéressant je trouve, que j’ai eu plaisir à lire, qu’il serait intéressant de dégoter en occasion, ou dans les archives d’une bibliothèque, avant sa réédition en couverture souple peut-être un jour …

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec Christian Lax

Interview réalisée par Melville et Placido à Angoulême à l’occasion du 39ème Festival International de la bande dessinée (janvier 2012).


Sceneario.com : Pain d’alouette est la suite de L’Aigle sans orteils sans toutefois réellement l’être. Comment est né votre projet ?
Christian Lax : Quand j’ai fais L’Aigle sans orteils je ne l’avais pas conçu comme pouvant avoir une suite mais vraiment comme un one shot, pour preuve la disparition d’Amédée. Mais il y a eu deux principales raisons pour lesquelles j’ai rebondis. La première est tout bêtement mercantile, comme L’Aigle… avait bien marché je me suis dit qu’il y avait peut-être un sillon à creuser. La seconde est que j’aime le vélo (c’est un sport que je pratique) et j’avais envie de revenir dans cet univers du cyclisme et de cette époque de l’entre-deux guerres, donc pourquoi pas raccrocher cette histoire à L’Aigle… de manière à avoir une « œuvre » qui se tienne un peu [...]

Lire la suite ›