SMOKE CITY #1 Tome 1

voir la série SMOKE CITY
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

NEOPOLIS

Genre :

Polar

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782847893250

Résumé de l'album Tome 1

Carmen a été approchée pour monter un casse et voler une momie. Cela doit être le casse du siècle. Pour cela, Carmen doit remonter son ancienne équipe...à l'identique, selon le souhait de son commanditaire. Seulement voilà, il y a six ans, elle les a trahis ! 
Et certains ne sont pas prêts d'avoir oublié. De même que reconstituer l'équipe ne sera pas facile non plus...

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Tome 1

Smoke City est une bande dessinée qui m'a bien surpris du fait de son ambiance, de son atmosphère et de son suspense.
Le dessin de Benjamin Carré est impressionnant. Il a travaillé dans les jeux vidéos, dans l'illustration de jaquettes de jeux, dans l'illustration de jeux de rôles et plateaux, il a aussi illustré des couvertures de romans (Fantasy, SF,...), il a débuté dans la bande dessinée en créant une histoire dans le collectif  Vampires 2 et été récompensé par des prix. Smoke City est vraiment son premier album. Et un premier album qui le fait rentrer dans la cour des grands.  Il a crée une ambiance qui vous met d'entrée dans le bain. Sa ville est sombre, noire, dans un brouillard perpétuel. Il y a un dynamisme dans le dessin qui fait que l'on a l'impression d'être dans un film (l'ambiance me rappelle celle de Blade Runner par exemple). 
Le scénario est signé de Matthieu Mariolle, déjà responsable de la série De sang-froid et de Pixie. On voit qu'il s'est imprégné de "films de braquage".  La trame : on recrute une équipe, on prépare le terrain et on passe à l'action. 
Ici, il y a surtout l'antagonisme avec certains partenaires (je ne vous dévoilerai pas lesquelles sinon, plus de surprise), il y a aussi un traître, bref du bon polar avec un suspense qui vous tient bien en haleine tout du long.
J'aime bien aussi le design des personnages. J'ai bien aimé le fait que Cole ressemble à l'acteur Michael Madsen. 

Smoke City est un très bon divertissement, une agréable surprise et je suis sûr que les prochains tomes sauront nous surprendre.

Si vous avez aimé  Break Point de Saimbert et Mutti, vous ne serez pas déçus de votre visite à Smoke City.

A découvrir.

Par , le

Les albums de la série SMOKE CITY

Nos interviews liées

Smoke City

SCENEARIO.COM : Bonjour Benjamin et Mathieu. Trois ans après la sortie du premier tome de Smoke City, sort le tome 2 .Qu’est ce qui a fait que cela a pris du temps pour arriver au bout de ce tome ?
Mathieu MARIOLLE : Beaucoup d’événements personnels et beaucoup de boulot. La principale raison, c’est que la Bd n’est pas l’occupation première de Benjamin. Entre designs de film, couvertures de romans, designs de jeux vidéo, il est très occupé et demandé. Malheureusement, Smoke City a pris du temps, mais on a bien pu le peaufiner. Benjamin CARRE : C’est vrai que trois ans c’est bien long quand on se place du coté des lecteurs. Un tome un pointe le bout de son nez, et puis… plus rien ? Ah si, pouf trois ans après, le tome 2 débarque comme sortit d’un vieux souvenir presque effacé ! Mais il y a un paramètre qui n’est pas pris en compte quand on présente les choses de ce point de vue : le premier tome ne s’est pas fait en vingt secondes [...]

Lire la suite ›

Mathieu Mariolle et Benjamin Carré pour Smoke City

Sceneario.com : Bonjour. Alors, vous voilà arrivés au bout d’une longue tournée de dédicaces ?
Mathieu Mariolle : Oui et c’était de très bons moments. Smoke City a été bien reçu partout et nous avons rencontré des lecteurs enthousiastes. Mais nous ne sommes pas mécontents d’avoir fini car ces séances s’ajoutent à notre travail quotidien. Cela nous éloigne aussi un peu de nos familles bien qu’une grande partie des rencontres avec le public se soit faites dans la région parisienne, donc chez nous. Sceneario.com : Comment en êtes-vous venus à travailler ensemble ?
Mathieu Mariolle : J’avais acheté le collectif Vampires (Carabas) et j’ai pris une claque énorme en découvrant le travail de Benjamin. Il dessinait des choses que j’avais en tête [...]

Lire la suite ›