SKY DOLL Spaceship collection

voir la série SKY DOLL

Résumé de l'album Spaceship collection

Avant de trouver son travail au garage où nous la découvrons au début du premier tome de Sky-Doll, Noa, la jolie poupée, a dû accepter maints autres boulots.

Il en est fait allusion dans la première série, et Sky-Doll Spaceship Collection présente donc quelques-unes de ces aventures de Noa antérieures à celles de Sky-Doll.
 

Par Vincentb, le NC

Notre avis sur l'album Spaceship collection

On découvre donc dans ce livre plusieurs des métiers qu’a endossés la célèbre Doll avant le tome 1.

Chaque histoire, scénarisée par Barbucci et Canepa, comporte huit planches chacune et met en avant une période différente de la vie de Noa. Des récits décalés et amusants, voire parfois cyniques, se terminant par une chute bienvenue.

L’apport par rapport à la série Sky-Doll est assez limité, bien que chaque histoire se réfère à une citation extraite de la série mère. Cet album semble avoir permis aux auteurs d’explorer de nouvelles facettes de leur univers, chose qu’ils n’auraient pu se permettre sur Sky-Doll. On s’aperçoit dès la couverture que le doute n’est pas possible, Sky-Doll Spaceship Collection s’ancre bien dans l’esprit de la série : une couverture kitch aux teintes roses et un vernis sélectif évoquant des formes assez baroques.

De même, les différents dessinateurs (des auteurs français ou italiens) restent dans l’univers qu’on a eu l’occasion d’explorer à travers Sky-Doll, tout en gardant leur propre style. Ainsi Longis nous sert un graphisme soigné et pastel, Acciari a un graphisme moins détaillé, plus épuré avec des tons grisâtres, Chan a un style plus manga avec des Dolls assez sexy, Riff Reb’s a un trait plus cartoon, Bengal nous livre des pages assez belles avec son trait caractéristique et Barbucci et Canepa s’autorisent dans leur histoire un graphisme plus décalé que dans Sky-Doll qui va plus vers le manga et des couleurs plus "flashy".

Certaines histoires se démarqueront donc assez du style de la série initiale mais l’esprit est toujours présent. Une sorte de pot-pourri, aux odeurs différentes mais qui rappellent toutes le parfum de Sky-Doll, avec un respect de l’univers toujours assez présent.

Il faut, par ailleurs, souligner le soin apporté à la maquette. Le vernis sélectif (qui, chose rare, ne suit pas les contours des personnages) donne un rendu très sympa à la couverture, et chaque histoire est accompagnée d’une illustration de couverture plus une petite "doll" se référant au récit. De plus, à la fin du livre sont présentes huit pages d’art of avec des illustrations accompagnées de commentaires des dessinateurs.

Certaines de ces histoires sont vraiment sympa, et parmi les six tout le monde pourra en trouver au moins une qui lui plaira, mais peut-être pas assez pour acheter ce spin-off intéressant mais à l’intérêt au final limité. De quoi ravir les fans en attendant le prochain Sky-Doll, et d’offrir aux autres des histoires divertissantes.
 

Par , le

Les albums de la série SKY DOLL

Nos interviews liées

Riff Rebb's le Loup de Mers interviewé

Entretien avec RIFF REBB'S pour LOUP DES MERS (Editions Solleil) durant le Festival Quai des Bulles en octobre 2012. Après nous avoir engagés A bord de l’étoile Matutine et de son monde glauque des pirates, Riff nous embarque sur une goélette phoquière au début du siècle dernier. Adapté du roman de Jack London écrit en 1904, il met en scène deux personnages que tout oppose. Loup Larsen, le capitaine, un homme brutal, tyrannique, qui ne croit ni en Dieu ni en l’homme. Il ne connaît aucun état d’âme, menant son équipage d’une main de fer et pourtant il se révèle cultivé, amateur de littérature et de philosophie et puis il y a Humphrey qui lui oppose la morale, la dignité, l’altruisme et la survivance de l’âme. Interviewer: Olivier
Images, son et montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Interview Riff Reb's A bord de l'Etoile Matutine

Riff Reb's Pour A Bord de l'Etoile Matutine (1° partie) réalisée durant le festival d'Angoulème (janvier 2010).


Riff Reb's Pour A Bord de l'Etoile Matutine (2° partie) réalisée durant le festival d'Angoulème (janvier 2010).


Interviewers:  Olivier et FredGri pour l'Equipe de Sceneario.com. Caméra et son Mathieu Langlois, mixage Aubert Bonneau. [...]

Lire la suite ›

Interview d'Alessandro Barbucci et Barbara Canepa

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous passionnés pour le dessin ? Que lisiez-vous ?
Barbara : Je dessine depuis toujours...Grâce à ma mère qui , depuis que j'étais toute petite, me lisait de nombreux livres de contes illustrés et me laissait m'exprimer librement, en défigurant tous les murs de la maison avec mes " monstrueuses œuvres d'art " !! Et grâce à mon grand-père collectionneur de BD ( Gordon, Prince Vaillant, Little Nemo ...), j'ai entamé sans m'en rendre compte ma carrière d'auteur de BD ! Toute petite, je lisais les Peanuts, Quino, Mordillo et Mickey Mouse. Vers 10 ans j'ai découvert la BD japonaise avec les shojo, en même temps que les auteurs sud-américains comme H. Altuna , J. Gimenez, Trillo, Breccia, et les légendes italiennes comme M. Manara, E. Serpieri, et S. Toppi. Et j'ai eu le coup de foudre ! Mais c'était aussi en raison des thèmes très adultes que je pouvais lire dès 10-12 ans [...]

Lire la suite ›

Pierre-Mony Chan

Sceneario.com : Bonjour,
Peux-tu te présenter et nous dire comment tu es arrivé dans la bande dessinée ?
Pierre-Mony Chan :
Bonjour, je suis Pierre Mony-Chan, je suis arrivé dans la bande dessinée par accident, après un licenciement économique dans une boîte de jeux vidéo qui s'appelait Kalisto, à Bordeaux. On a monté un dossier avec mon collègue scénariste, Jean-Luc Sala, qui était mon chef de projet à l'époque. On l'a présenté à Soleil à Angoulême en 2001. On a signé pour l'album peu de temps après, en février/mars et c'était parti.

Sceneario.com : Pourquoi faire un mélange de style européen et manga ?
Pierre-Mony Chan :
Cela vient de mon style de dessin. Je viens des manga, j'en lisais … En fait, non ! J'en regardais beaucoup à la télé quand j'étais gamin, club Dorothée évidemment et d'autres [...]

Lire la suite ›

Bengal... dessinateur de Manga Européen

Sceneario.com : Comme à l’accoutumé des interviews, peux tu te présenter ?
Bengal :
J’ai 27 ans, je suis né dans la région des Alpes, j’habite sur Paris depuis de nombreuses années, et je suis arrivé à la BD le jour où j’ai rencontré Morvan en 1996. La mise en place a été plutôt longue, le temps que je m’améliore en dessin, j’ai eu une expérience dans le jeux vidéo, et enfin j’arrive dans la BD avec Meka.

Sceneario.com : Le jeu vidéo ?
Bengal :
J’ai travaillé dans le jeu vidéo suite à un besoin de terminer la production du jeu "Alone in the dark 4" fait par le studio darkworks, et j’ai continué durant 3 années dans une team de 3 dessinateurs qui s’entendaient plutôt très bien [...]

Lire la suite ›