SINCLAIR #1 Bathurst 68

voir la série SINCLAIR
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

PAQUET

Genre :

Aventure

Fiction

Sport

Sortie :
ISBN : 9782888906612

Résumé de l'album Bathurst 68

 
Sa mère l’avait toujours tenu dans l’ignorance de ses origines, mais vint le jour où le jeune Philippe Sinclair reçut une lettre d’Australie qui lui apprit que son père (qu’il n’avait pas connu) était un pilote automobile australien renommé qui avait péri lors d’un accident de course.

La course, Philippe Sinclair avait coïncidemment lui aussi ça dans le sang : lui aussi espérait un jour devenir pilote. Or cette lettre qu’il avait reçue l’invitait justement à représenter feu son père en participant à une course organisée à l’occasion des 30 ans de la première course automobile qui avait eu lieu sur le circuit de la ville de Bathurst, en 1938 ! Et c’est ainsi que le jeune Français s’envola pour l’Australie.

Outre les difficultés techniques qu’il allait devoir surmonter sur le fameux circuit de Bathurst, Philippe Sinclair allait être entraîné dans une rocambolesque aventure : une simple photo illustrant, dans un journal, un article annonçant la course à laquelle il allait participer, allait en effet lui valoir des ennemis aux revendications desquels il se sentait bien étranger !
 

Par Sylvestre, le 30/11/2014

Notre avis sur l'album Bathurst 68


Voici le premier tome d’une nouvelle série de la collection Calandre des éditions Paquet, la collection vintage tournée vers les sports automobiles. C’est un tome 1 représentant à lui un cycle entier, comme l’atteste le "1/1" imprimé à côté du code barre, sur la quatrième de couverture. C’est donc une aventure qui se lit comme un récit indépendant.

C’est une bonne histoire, qui allie sport mécanique, aventure humaine et aventure tout court. On y suit un jeune héros à l’avenir assez bouché qui, du jour au lendemain, va tout plaquer pour tenter sa chance de l’autre côté de la planète en même temps qu’il essaiera de recoller certains morceaux de sa vie en tachant de comprendre ce qui lui avait été caché depuis tant d’années.

Beaucoup d’ingrédients sont donc au menu, et tout s’enchaîne bien, tout se tient. Malheureusement, ces enchaînements se révèlent presque trop bien huilés et se font au prix d’un grand nombre de coïncidences, ce qui met un peu à mal la crédibilité de l’histoire... L’invitation inespérée de Philippe en Australie suite à sa déconvenue avec de l’écurie Matra, l’article de journal qui pointe involontairement le détail important qui lancera à ses trousses les ennemis de Philippe, le secret de l’arbre, l’importance de ce qu’il recelait... Mais aussi la jeune fille des rêves du jeune héros, la reporter, l’homme qui partage la vie de cette dernière... La liste est longue de toutes ces petites choses qui font l’histoire, et l’intrigue étant traitée sur un seul tome, on en vient à trouver que tout se goupille trop bien ! Dommage... Et c’est d’ailleurs un comble : on en serait presque à reprocher au scénariste qu’il a trop bien millimétré son récit ; mais que ça nuit finalement au résultat !

Malgré cela, on prend quand même plaisir à lire cette bande dessinée et à en reconnaître le potentiel. Reste maintenant à savoir quel avenir ont prévu Laurent-Frédéric Bollée et Stefano Carloni à leur jeune pilote... L’immense Australie (mais pourquoi pas aussi d'autres pays de par le vaste monde), les courses automobiles et les mystères familiaux sont trois vastes terrains qui leur offrent d’innombrables possibilités pour développer la "saga Sinclair" !
 

Par , le

Les albums de la série SINCLAIR

Nos interviews liées

Bollée et Alcante, deux scénaristes dans l'univers de XIII

Sceneario.com : Bonjour, merci de nous accorder cette interview à l’occasion de la 5è édition du Comic Con où pour la première fois une bande dessinée franco-belge est mise à l'honneur.
Sceneario.com : Comment avez-vous été castés pour la série dérivée XIII Mystery ?

Alcante : Moi ça remonte à fin 2006, j’avais fait la connaissance de Jean Van Hamme suite à la parution de mon premier livre. En fait l’attachée de presse de Dupuis savait que j’étais un grand fan et elle s’était arrangée pour qu’on puisse aller manger ensemble un midi pendant une journée presse. Donc nous avons fait connaissance, le courant est bien passé. Lui à l’époque avait annoncé qu’il allait arrêter Thorgal et j’étais intéressé par reprendre éventuellement cette série et c’était très ambitieux de ma part parce que…
Bollée : (en riant) : Oui, tu t’es dit « oh bah oui, carrément, allons-y ! » [...]

Lire la suite ›