La terre qui illumine la Lune

Dessinateur :


Scénaristes :



Éditions :

Futuropolis

Genre :

Beaux livres

Récit de voyage

Reportage

Spiritualité

Sortie :
ISBN : 9782754829465

Résumé de l'album La terre qui illumine la Lune

Ce livre est né d’une première rencontre, celle du dessinateur Lelio Bonaccorso avec un compatriote, Fabio Brucini. Ce dernier vit à Sharm El-Sheik où il est instructeur de plongée. Il est aussi impliqué dans des programmes sociaux au profit des communautés bédouines. Tout cela donne envie à Lelio de le rejoindre pour découvrir ce coin d’Egypte et ce peuple qui incarne à lui tout seul l’esprit des grandes étendues désertiques.

Il leur vient vite l’idée de réaliser une bande dessinée permettant de faire découvrir au reste du Monde le Sinaï et la culture bédouine. Et cela va nécessiter bien d’autres rencontres, toutes plus enrichissantes les unes que les autres.

Par Legoffe, le 12/10/2021

Notre avis sur l'album La terre qui illumine la Lune

Cet ouvrage est d’abord une histoire d’amour entre deux auteurs et une terre et son peuple. Si Lelio Bonaccorso disait, en préambule, qu’il avait toujours été attiré par le désert, c’est sa rencontre avec Fabio Brucini qui va lui donner enfin l’occasion de découvrir ce qui se cache derrière ce mot. Grâce à lui, notre dessinateur va avoir la chance de partir à la rencontre des gens qui font l’âme du Sinaï, en premier lieu les Bedu (les bédouins en français).

Cette bande dessinée est donc le récit exact du périple des deux auteurs, dans un registre à mi-chemin entre le reportage et le carnet de voyage. Il est surtout fait de rencontres : du chef de clan au médecin, du guérisseur à l’étudiante, de la créatrice de bijoux à l’Italien venu s’installer dans le Sinaï, tout ce petit monde accueille et échange volontiers avec nos deux acolytes.

Les Bédouins dévoilent leur culture, leur mode de pensée, leur quotidien. On comprend vite que vivre dans le désert, c’est aborder le monde avec une philosophie à des années lumières de la civilisation occidentale. Là-bas, la course au temps n’existe pas. L’essentiel est ailleurs. C’est la principale chose que l’on retient de ces dialogues ou des histoires que content certains habitants. Il y a aussi un passage très intéressant sur les religions et la particularité du site de Sainte Catherine.
De quoi nous faire méditer, indéniablement !

Ce bel album est une très bonne entrée en matière pour les personnes qui sont attirées par cette région spectaculaire et par les gens qui la peuplent. De nombreux sujets sont abordés, même s’ils sont peu approfondis. J’avoue avoir d’ailleurs ressenti parfois de la frustration. J’aurai aimé, moi-même, poser plus de questions avec certaines personnages rencontrés. Mais c’est une preuve du caractère fort et authentique du récit, on a l’impression d’être avec eux pour le rite du thé !

La générosité et la passion de Lelio Bonaccorso se ressentent, bien sûr, dans ses dessins. Ils sont doux, légers comme la liberté qu’octroient les grands espaces, mais aussi profonds et pleins d’envergure comme les femmes et les hommes qui y vivent.
Ce livre est une invitation au voyage et aux rencontres, un appel à voir la vie autrement.

Par , le