SILLAGE #10B Retour de flammes

voir la série SILLAGE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Action

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782756010939

Résumé de l'album Retour de flammes

Après la désobéissance de Navis et les conséquences terribles (voir le tome 9) qui coûtèrent la vie à des milliers de sillagiens, cette dernière fut assignée à résidence sur son vaisseau gîte par la constituante. Elle découvre alors que Heiliig, son premier ennemi (voir tome 1) est le principal composant de la propulsion du vaisseau.

Nävis décide alors de retourner sur sa planète d’origine en compagnie d’Heiliig pour le rendre à son peuple, en violation une fois encore des ordres de la Constituante.

Cette ultime action risque bien de coûter très chère à l’héroïne, poursuivie par un général Juaiz plus revanchard que jamais.

Gare aux conséquences imprévues d’un tel retour aux sources, qui sait à quel moment surgit le retour de flamme…

Par Matt, le NC

Notre avis sur l'album Retour de flammes

Ce que je vous présente n’est autre que la version alternative du tome 10 de Sillage.

Tout de suite, un ton est donné, le prix (27€) ! On se dit alors que les éditions Delcourt ont intérêt à s’être surpassées pour justifier un tel prix.

On découvre de prime abord une couverture assez sympathique (je ne dirais pas mieux que la couverture de l’édition normale, ca ne pouvait pas être pire selon moi…)  : Une Nävis à l’air songeur, visiblement prisonnière, traitée avec un vernis sélectif appréciable, sur un fond rouge feu qui colle ma foi assez bien au titre ! Bref, une bonne entrée en matière !

On ouvre l’album et on y découvre des études et des croquis (On relèvera que tous les titres sont coupés, le redimensionnement serait il passé à l’as ?) sur une quinzaine de pages que l’on visionne avec un intérêt certain, surtout si comme moi, vous adorez collectionner les ex libris de la série.

On arrive ensuite au récit, marqué par d’importants flashbacks qui le ponctuent. On y retrouve l’héroïne dans sa jeune enfance, et il est conseillé de suivre la série Nävis pour comprendre toutes les subtilités de l’histoire. J’apprécie pour ma part cette connexion que j’attendais avec impatience. Dix ans plus tard, Morvan revient finalement sur le tome 1 et si l’idée n’était pas difficile à trouver, il n’est pas sûr que n’importe qui aurait pu l’orchestrer aussi bien. Des indices sont donnés de manière éparse quant au plus grand mystère de la série selon moi, sans encore une fois le dévoiler totalement

Je dirais qu’une fois de plus, c’est le dessin de Philippe qui pêche un peu… On observe une alternance entre soucis du détail dans certaines scènes et accidents de parcours dans d’autres (j’ai même carrément l’impression que quelqu’un d’autre a pris les commandes, c’est pour vous dire !)

On en arrive au Dvd qui, logiquement, justifie principalement le prix que je mettais en avant tout à l’heure, et vient enfin la dégringolade, car dégringolade Ô homme de peu de foi je craignais…

Une animation générale et une interactivité dignes d’un mauvais PowerPoint… Ca commence somme toute assez mal, on s’intéresse alors au contenu.

Si le contenu de la rubrique « tome 10 » est intéressant, on reprochera immédiatement aux galeries leur illisibilité ! Les images défilent à vitesse grand V, et il sera bien difficile d’y apercevoir quelques images réellement nettes. Pour le reste, lorsque le montage n’est pas fait à la barbare (Scènes coupées avant la fin de l’intervention de Jean David par exemple…), il reprend tout simplement des parties du documentaire « les artisans de l’imaginaire » réalisé sur l’atelier 510 TTC il y a quelques années, c’est le cas pour la section « Bonus » par exemple

Résumons nous donc  : Un récit globalement satisfaisant et plaisant, une couverture originale que l’on aurait vu sans difficulté sur la version « normale » de ce tome 10, des pages de croquis qui apportent un petit plus, et un dvd qui n’apporte quasiment rien, repompant sur d’autres documentaires, à la conception simpliste et trop rapide, tout cela pour un prix exorbitant de 27€.

 «Mais pourquoi acheter cet album si vous le trouvez si cher ? ", me direz-vous. Ma réponse est la suivante  : «  Peut-être que vu le prix, on s’attend à un boulot bien fait, avec un dvd du type de celui proposé dans le tome 3 du combat ordinaire de Larcenet qui lui était bien foutu, tout simplement… »

Faut-il acheter le tome 10 de Sillage ? La réponse est assurément positive, faut-il acheter la version limitée ? Je vous conseille cette fois de passer votre chemin…
 

Par , le

Les albums de la série SILLAGE

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›