SHOWMAN KILLER #1 Un héros sans coeur

voir la série SHOWMAN KILLER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782756019420

Résumé de l'album Un héros sans coeur

Dans un futur qui n'est pas sans rappeler celui des Méta-Barons, un généticien donne la vie à un enfant. Celui-ci sera élevé sans amour, sans tendresse ni aucune marque d'affection.
Tous ses conduits émotionnels sont enlevés, de violentes opérations le font devenir protéiforme, des tubes lance-rayons lui sont greffés. Il devient Showman Killer, le plus grand des assassins de la galaxie, instrument du docteur.

Par Olivier, le 05/12/2010

Notre avis sur l'album Un héros sans coeur

Frankenstein post futuriste, le médecin verra sa créature lui échapper revendiquant une autonomie que seuls les Kublars d'or peuvent temporairement acheter.
Mercenaire sans âme, il se vend ainsi au plus offrant, réglant mortellement tous ces contrats.
La science lui a ôté toute possibilité de ressenti, d'émotion, pourtant parfois, un rêve le trouble et l'éveille : une jeune femme fort belle court, elle sort d'une forêt, pénètre dans un désert d'où l'on voit une ville miroiter au loin lorsque soudain, du sol, jaillit un magma sanglant qui tente de l'engloutir.
Nouvelle grande série d'aventures de Jodorowsky où le super héros est le fruit d'une jeune femme plongée dans le coma depuis 10 ans et du sperme d'un assassin psychopathe que l'on coupe en deux avec une énorme circulaire afin de pouvoir lui pomper son liquide séminal.
Il fallait tout l'esprit et surtout la fantaisie de Jodorowsky pour inventer une telle création.

Il est difficile de ne pas chercher de parallèles ou de similitudes avec la Caste des Méta-Barons, mais toute ressemblance s'arrête à l'arrière plan.
Si la Caste était une saga d'aventures, une grande tragédie sur fond d'inceste, ici,
Jodorowsky va décaler systématiquement le récit d'un trait d'humour. En pleine scène d'émotion, au moment où le tragique est à son comble, il introduit un élément, un personnage improbable qui brouille le drame ou encore dans les grandes scènes d'action, pousse à l'extrême la violence dans un final granguignolesque.
De l'aventure, certes mais avec une bonne pincée d'humour et de second degré.

La représentation du personnage Showman Killer, façon super héros américain, s'adapte fort bien au coté second degré voulu par Jodorowsky. Il est cette part de dérision au milieu d'un dessin réaliste et fouillé. Héros masqué dont le destin est certainement plus complexe que d'être une arme absolue.

Nicolas Fructus à qui l'on doit la série Thorinth emploie tout son talent pour illustrer cette aventure. Mélangeant habilement les genres et les styles, il crée un univers de science fiction tout à fait plausible, avec des personnages au physique remarquable. Son dessin réaliste imprègne d'une sombre ambiance le récit et les (trop rares) scènes extérieures superbement travaillées et mises en lumière laissent espérer une évolution du récit vers des scènes plus ouvertes dans les prochains tomes.
Le mouvement est spontané et l'action très violente rendue avec maestria.

Les inconditionnels de science-fiction trouveront leur compte avec cet album, premier d'une série prévue en trois tomes.

Par , le

Les albums de la série SHOWMAN KILLER

Nos interviews liées

Nicolas FRUCTUS

1 - Le parcours


Sceneario.com :Les lecteurs vous découvrent avec Thorinth, mais pouvez vous nous parler de votre parcours depuis Emile Cohl ?
Nicolas Fructus:
Après l’Ecole, je suis monté tout de suite à Paris. Ma formation me portait plutôt exclusivement vers l’illustration. Donc c’est le début des galères habituelles, des petits boulots de pub, institutionnel, un ou deux livres pour « le livre de poche », beaucoup de projets avortés, bref, rien que du très classique. Et un an après être monté, en 1992, un studio d’animation cherchait des dessinateurs pour faire de la recherche décors pour de la série animée. À partir de ce moment, j’ai alterné entre productions et illustration jusqu’en 1996. Là, j’ai commencé à travailler pour Arxel Tribe, société de jeux vidéos, et l’histoire a duré quatre ans ! Je m’occupais de la direction artistique des jeux ainsi que des chartes graphiques [...]

Lire la suite ›