SERVAIS - L' INTÉGRALE #4 La lettre froissée

voir la série SERVAIS - L' INTÉGRALE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Genre :

Drame

Historique

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782800143361

Résumé de l'album La lettre froissée

Dans les années 40, au château de Jamoigne situé au sud de la Belgique, des enfants d'origine juive sont recueillis afin d'échapper aux rafles allemandes. L'un d'entre eux, Sylvain, qui assume son intégration au sein de la petite communauté, s'éprend de la belle Pauline, la lavandière du castel, et lui déclare sa flamme par lettre interposée. Mais celle-ci a déjà un amant et lui refuse, de fait, son amour. Dépité, Sylvain songe à se venger d'une manière peu honorable. C'est à partir de ce moment que le destin des deux êtres va sombrer dans une spirale dont la lettre d'amour va être le point central.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album La lettre froissée

Les éditions Dupuis récidivent en ce mois de janvier 2009 leur opération de publication en intégrale de la saga  "La mémoire des arbres", parue la première fois en deux tomes séparés dans la collection "Repérages". De conception luxueuse et grand format, elle remet sur le devant des étalages le diptyque relatif à "La lettre froissée".

L'occasion est donnée à ceux qui ne connaissent pas cet épisode, de pénétrer deux époques bien distinctes (les années 40 et 80) au travers desquelles deux individus vont subir les pires vicissitudes que la guerre peut provoquer. S'inspirant de faits authentiques, Jean-Claude Servais nous appelle à un voyage d'une grande sensibilité, plein d'émotions, de drames et également empreint d'une certaine allégresse juvénile.

Considérant la véracité des faits, on ne peut que chavirer devant cette tragédie qui se dessine devant nos yeux dans le premier épisode et se poursuit dans une grande partie du deuxième. La narration est belle, presque poétique. Elle soulève habilement des interrogations quant à certaines décisions prises sur le vif et sur les conséquences de tels actes pour l'avenir. Certes, il y a de la tristesse mais l'espoir a également sa place.

Conformément à "La belle coquetière", le graphique de l'auteur est on ne peut plus réaliste et sidère par ces proportions. Jouant énormément sur le coup de crayon, ce dessinateur émérite alterne extérieurs campagnards de rêve et personnages expressifs d'une grande beauté. Plus précisément, Pauline est celle qui dégage le plus de sensualité et d'émotions.

N'hésitez pas à venir vous perdre entre les lignes de "La lettre froissée". Vous serez surpris par son ton à la fois juvénile et dramatique, reflétant celui d'une très belle histoire d'amour.

Par , le

Les albums de la série SERVAIS - L' INTÉGRALE

Nos interviews liées

Liberty, par Warnauts et Raives

Sceneario.com : Et un titre de plus de réalisé ensemble, un ! Ce n’est plus une surprise de vous voir collaborer, et, avec le temps, vous avez su marquer l’esprit des lecteurs qui savent désormais sur quels terrains vous aimez les emmener. Avec le recul, quel regard portez-vous sur l’évolution de votre travail à deux, et qu’est-ce qui a pu, selon vous, un jour, fixer les grandes lignes récurrentes de votre œuvre commune ?
RAIVES : Notre travail est de plus en plus complémentaire et en même temps, de plus en plus imbriqué. Nous sommes en recherche continuelle. Cela tient souvent à des détails mais, parfois, il y a des ruptures plus franches que nos lecteurs ne perçoivent pas toujours tant ils ont maintenant une certaine vision de notre création commune. Ainsi, dans notre nouvel album, je ne suis pas sûr que tous les lecteurs verront que le style graphique est moins réaliste que celui de l’album précédent [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Jean-Claude SERVAIS

Sceneario.com : Bonjour, pour les lecteurs qui ne le connaissent pas, qui est Jean-Claude Servais ?
Jean-Claude Servais : Je suis auteur de BD, à la fois scénariste et dessinateur. J’habite dans les Ardennes belges. Mes récits sont principalement issus de la région, des contes et légendes, de l’histoire, des faits divers. J’ai commencé ma carrière début des années 80 dans le mensuel « A Suivre » de Casterman (Tendre Violette) et dans le journal « Tintin » : contes et légendes de magie et sorcellerie (La Tchalette). Les albums sont sortis ensuite lors du festival d’Angoulême en 1982. Sceneario.com : Le site www.jc-servais.com qui vous est consacré officiellement explicite qu’entre la BD et vous-même, il y a une longue histoire d’amour vieille de plus de 30 ans. Quel est votre regard sur votre grand parcours ?
Jean-Claude Servais : Je suis resté fidèle à la même ligne de conduite depuis le début de ma carrière, même entre les différents éditeurs [...]

Lire la suite ›