SEPT JOURS POUR UNE ÉTERNITÉ... #2 Seconde partie

voir la série SEPT JOURS POUR UNE ÉTERNITÉ...
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Adaptation

Amour

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782203033498

Résumé de l'album Seconde partie


Deux jours se sont écoulés depuis que Dieu et Lucifer se sont lancés dans un pari ultime à l’issu duquel il a été décidé que le vainqueur pourrait gérer l’humanité comme il l’entend. Pour ce faire, ils ont missionné Zofia et Lucas, leurs poulains respectifs, pour engager un dernier combat. Toutefois, ces derniers se sont croisés sans le vouloir et en toute méconnaissance de leur réelle identité respective, ont décidé de se revoir. Bizarrement, quelque chose de mystérieux s’est produit en leur fort intérieur qui tend à penser que l’amour semble être au rendez-vous. Mais cet état de grâce peut-il vraiment durer car, à jouer avec les sentiments, les deux jeunes gens ne vont-ils pas tarder à découvrir ce qu’ils sont réellement ? Que vont être alors leurs réactions ? Surtout que le compte à rebours n’est pas loin de se terminer !


 

Par Phibes, le 16/03/2011

Notre avis sur l'album Seconde partie


Quelques sept mois après le premier épisode, la suite et fin du défi lancé par les deux puissances surnaturelles qui administrent l’humanité, arrive dans les bacs. Force est de constater que les auteurs de cette superbe adaptation du roman de Marc Levy n’ont pas plaint leur peine, réalisant un tour de force remarquable en bouclant cette saga romanesque dans un bref délai et en trouvant le temps de lancer entre les deux épisodes de celle-ci, une nouvelle épopée, Châteaux Bordeaux.


Si la première partie était celle de la mise en place du défi hors norme et de l’engagement de la mission qui en découle, ce second chapitre est celui de la rencontre effective des deux forces antagonistes représentées par Zofia et Lucas. Celle-ci nous entraîne, sous le couvert d’un compte à rebours imparable, dans un affrontement qui va l’encontre de la volonté des parieurs et de l’attente première du lecteur. De fait, celui-ci se voit inviter à l’éclosion d’une histoire sensible, empreinte d’un certain romantisme ambiant auréolé de fantastique et aussi doté d’un humanisme attachant.


Le jeu le plus subtil revient assurément à Lucas qui, de par ses agissements sournois, apportera intrigue et surprise. Le personnage est ambigu, détestable dans ses résolutions et ses manigances, et vient offrir progressivement une vision qui va à l’encontre de ce qu’il représente réellement. Cette lente mutation est donc bien perçue grâce à un découpage rapide et habile mis en place par un Eric Corbeyran en forme, mettant en évidence l’essentiel de la substance littéraire dont Marc Levy a su, dans son roman, dispenser avec générosité. Zofia apparaît un peu plus fleur bleue mais reste des plus attirantes dans sa relation particulière avec Lucas.


Assurément, Espé est graphiquement en grande forme. Son coup de patte réaliste a beaucoup de charme. Malgré quelques petits problèmes de tassement dans la représentation de ses personnages, l’évocation de l’univers du célèbre romancier est réussie. Lucas et Zofia sont attachants dans leur relation très particulière et également dans leurs nombreuses expressions rigoureusement exposées. On saluera le travail pointilleux sur les arrière-plans (paysages, décors urbains, portuaires), les perspectives audacieuses, le tout relevé par une colorisation accrocheuse.


Une fin d’adaptation réussie, sur une dualité envoûtante qui titillera divinement la sensibilité d’une grande majorité de lecteurs.


 

Par , le

Les albums de la série SEPT JOURS POUR UNE ÉTERNITÉ...

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Marc Levy pour l'adaptation de SEPT JOURS POUR UNE ETERNITE

Sceneario.com : Sauf erreur, votre nom de romancier à succès est, pour la première fois, associé à l'univers de la bande dessinée et plus particulièrement depuis que les éditions Casterman ont publié la première partie d'une adaptation de votre œuvre Sept jours pour une éternité. Comment et par qui avez-vous été approché pour cette sympathique initiative ?
Marc Levy : Il y a quelques années, on m’a proposé d’être président du jury pour le prix Carrefour Savoirs, j’ai tout de suite pensé à Eric Corbeyran dont j’admire le travail, pour faire partie de ce jury. Eric m’a dit qu’il avait lu mes romans et aimerait beaucoup en adapter un. J’ai été très touché. Nous sommes restés en contact et quand il a choisi Sept Jours pour une Eternité, j’ai dit oui dans la seconde [...]

Lire la suite ›