SEPT JOURS POUR UNE ÉTERNITÉ... #1 Première partie

voir la série SEPT JOURS POUR UNE ÉTERNITÉ...
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Adaptation

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782203033481

Résumé de l'album Première partie


Lui, plutôt beau gosse, se nourrit du malheur des autres et de toute autre turpitude. Elle, adorable au plus haut point, ne vit que pour le bonheur de ses semblables. Il se prénomme Lucas, elle a pour patronyme Zofia. Tout semble les différencier, et pourtant, ils vont se rencontrer inopinément et s'intéresser l'un à l'autre. Toutefois, ça sera au grand dam de leurs employeurs respectifs qui les ont lancé l'un contre l'autre dans une guerre à l'issue de laquelle le sort de l'humanité toute entière sera fixé car Lucas travaille pour Lucifer et Zofia pour Dieu. Sept jours leur sont impartis pour mener à bien leur mission…


 

Par Phibes, le 06/09/2010

Notre avis sur l'album Première partie


Ayant obtenu un succès retentissant lors de sa sortie originelle en 2003, le roman de Marc Levy fait l'objet d'une adaptation en bande dessinée. C'est le prolifique Eric Corbeyran accompagné de son complice Espé (Le territoire, Destins T5, Le 3ème œil) qui s'atèle à cette tâche plus ou moins délicate de concentrer en deux tomes la fameuse histoire de Zofia et Lucas.


On conviendra que dès le départ, le lecteur est plongé dans un bain hautement fantastique et d'une originalité probante. En effet, s'il est bien question des deux entités bibliques, Dieu et Lucifer, qui s'affrontent depuis la nuit des temps pour la gestion définitive de notre monde, le récit s'attache plus particulièrement à narrer les péripéties de leurs représentants sur le terrain.


Pour ceux qui n'ont pas lu le roman, ce premier opus se révèlera par un contre-pied scénaristique qui nous amène sur un chemin autre que celui que les premières planches présageaient à savoir un duel sans concession. Aussi, le jeu de Lucas et de Zofia surprend au regard de leur rencontre accidentelle et génère, dans cette atmosphère de guerre, une évocation émotionnelle bien sympathique.


Il va de soi qu'Eric Corbeyran qui s'est accaparé habilement le récit de Marc Levy, se sort avec les honneurs de la synthétisation peu évidente de l'histoire. Utilisant le même chapitrage que le roman d'origine (1 par jour), il plante le décor avec subtilité en nous faisant découvrir les deux héros et leurs dons particuliers. Leurs agissements sont forts, bien rythmés et étonnants de par les oppositions qui les caractérisent.


Alors qu'il vient juste de boucler au dessin le 5ème tome de la saga Destins, Espé ne laisse pas refroidir ses ardeurs picturales et se lance à crayons perdus et à colorisation adéquate dans cet univers aux ambiances surréalistes. Son travail est toujours aussi convaincant, à la fois expressif et suggestif. Ses personnages sont beaux, charismatiques et donnent envie de s'accrocher à leurs basques pour savoir où ils vont nous amener. Pour ce faire, il sera recommandé de regarder avec intérêt à la fin de l'ouvrage les quelques croquis et études que ce dessinateur émérite a pu réaliser pour les besoins de cette aventure.


Un très bon premier opus qui augure une suite divinement mouvementée.


 

Par , le

Les albums de la série SEPT JOURS POUR UNE ÉTERNITÉ...

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Marc Levy pour l'adaptation de SEPT JOURS POUR UNE ETERNITE

Sceneario.com : Sauf erreur, votre nom de romancier à succès est, pour la première fois, associé à l'univers de la bande dessinée et plus particulièrement depuis que les éditions Casterman ont publié la première partie d'une adaptation de votre œuvre Sept jours pour une éternité. Comment et par qui avez-vous été approché pour cette sympathique initiative ?
Marc Levy : Il y a quelques années, on m’a proposé d’être président du jury pour le prix Carrefour Savoirs, j’ai tout de suite pensé à Eric Corbeyran dont j’admire le travail, pour faire partie de ce jury. Eric m’a dit qu’il avait lu mes romans et aimerait beaucoup en adapter un. J’ai été très touché. Nous sommes restés en contact et quand il a choisi Sept Jours pour une Eternité, j’ai dit oui dans la seconde [...]

Lire la suite ›