SEPT CAVALIERS #2 Le prix du sang

voir la série SEPT CAVALIERS
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Hors Collection

Genre :

Adaptation

Aventure

Drame

Historique

Sortie :
ISBN : 9782756018836

Résumé de l'album Le prix du sang

Au Cap Sud.
Les 7 cavaliers, menés par le colonel-major Silve de Pikkendorf, poursuivent leur mission. Ils s'arrêtent au sémaphore du Cap tenu par le premier maître Karl Gustavson et sa famille.  Gustavson va leur apprendre ce qu'il s'est passé du côté de la ville et du port. Le fils du premier maître réagit bizarrement.  Les cavaliers reprennent la route et continuent vers le pays des montagnards. Là, d'autres surprises les attendent...

Par Berthold, le 09/09/2009

Notre avis sur l'album Le prix du sang

Sept cavaliers n'est pas un récit comme les autres. Terpant entraîne le lecteur là où il s'y attend le moins. L'auteur poursuit donc son adaptation de l'oeuvre de Jean Raspail (il m'a donné envie de lire le roman d'ailleurs).

Si le tome 1 présentait plutôt les personnages et mettait en place l'intrigue, ce second tome nous entraîne dans cette mission. Terpant fait monter la pression et le suspense petit à petit. Il n'en dit toujours pas plus sur ce qui se passe. Il arrive à nous donner un moment d'angoisse avec la réaction du fils de Gustavson et lorsque le premier maître raconte au colonel-major les scènes de violences dont il a été le témoin.

Terpant, par la suite, nous fait découvrir le pays des montagnards. Là aussi, petit à petit, il va nous entraîner dans un suspense qui éclatera dans les dernières pages. Il arrive à faire passer et à nous faire ressentir la tension à laquelle sont soumis les cavaliers. Nous sentons d'ailleurs qu'il y a du danger, qu'il est palpable, que cela va exploser mais que nous ne savons pas d'où cela va venir.
Certaines scènes montrent la cruauté de ces montagnards, comme la scène où les cavaliers découvrent les pendus, mains coupées entre autres ou leurs "coutumes" avec les jeunes filles qui ont été fouettées. La fin est là aussi réussie. Mais un drame s'est déjà joué. Il nous tarde donc de lire le prochain tome.

Les illustrations de Terpant sont vraiment superbes, encore une fois.  Le lecteur sera gâté devant la beauté de certains paysages, ou comme dans les scènes avec Draa.  

Allez, venez donc galoper en compagnie de ces Sept cavaliers, vous ne regretterez pas l'aventure.

Par , le

Les albums de la série SEPT CAVALIERS

Nos interviews liées

Entretien avec le cavalier Jacques Terpant, explorateur du Royaume de Borée

Sceneario.com : Bonjour Jacques. Un an après en avoir fini avec l’aventure des Sept cavaliers, te voilà de nouveau en compagnie des Pikkendorf avec ce premier tome (sur quatre) du Royaume de Borée. Es tu devenu le chroniqueur officiel de cette famille ? Ou simplement, as-tu eu envie de revenir sur cet univers imaginé par Jean Raspail et en faire partager le voyage aux lecteurs ?
Jacques Terpant : Effectivement ,je deviens une sorte de chroniqueur officiel,disons qu'à la fin de sept cavaliers, je n'avais pas l'impression d'avoir fait le tour du sujet.Jean Raspail qui n'intervient pas dans mon travail ,était enthousiaste sur le résultat et m'a dit que tout ce qu'il avait écrit était à ma disposition. Mon choix s'est porté sur le Royaume de Borée,dont l'univers me paraissait me correspondre et s'adapter à la BD. La famille Pikkendorff traverse son œuvre,ce sont parfois des personnages principaux comme dans sept cavaliers avec Silve de Pikkendorff,ou dans le Royaume [...]

Lire la suite ›

Interview du Cavalier numéro 9 : Jacques Terpant

SCENEARIO.COM : Bonjour Jacques. Ce premier septembre 2010 voit la sortie du troisième (et dernier tome) de la série Sept Cavaliers. Avant d’aborder ce sujet, peux-tu nous présenter Jacques Terpant ? Qui est donc cet auteur ?
Jacques Terpant : Un auteur Tardif, je dirai, car j’arrive sur le tard avec le statut d’auteur complet ,pendant des années ,j’ai fait soit, une carrière de dessinateur (avec Bonifay) où d’illustrateur dans la pub ,cette activité m’a pris beaucoup de temps,Je pouvais parfois rester 4 ou 5 ans sans faire un album, il y a un moment ou j’ai dû faire un choix, j’ai pensé qu’il valait mieux laisser derrière moi des livres, plutôt que des plaquettes publicitaires, et je m’y suis mis, c’est sept cavaliers. Ce qui est amusant c’est que Jean Raspail a connu le même processus en écrivant son premier Roman à 45 ans [...]

Lire la suite ›