SENTRY #1 Le complot

voir la série SENTRY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

MARVEL FRANCE

Collection :

100% Marvel

Genre :

Comics

Fantastique

Super Heros

Sortie :
ISBN : 284538033X

Résumé de l'album Le complot

Robert se réveille une nuit d’orage, avec le lourd sentiment qu’une menace pèse sur le monde : le terrible Void serait de retour.
Amnésique depuis 10 ans, des souvenirs lui reviennent par bribes. Mais sont-ce bien des souvenirs ? Ou bien son imagination lui joue-t-elle des tours ?
Est-il vraiment Sentry, ce héros légendaire dont pourtant personne ne se souvient ?
Bob va tenter de convaincre ses « amis » super-héros que Void est bien de retour… et qu’il est bien Sentry !

Par Patatrak, le NC

Notre avis sur l'album Le complot

Je ne suis pas un grand connaisseur des comics. En dehors des quelques noms célèbres que tout-un-chacun a déjà entendu (Spiderman, Batman, Hulk, etc.), le monde des Super-Héros m’est bien étranger (sauf peut-être Super-Dupont ;o)).
Néanmoins, je pense que « Sentry » - en tout cas ce premier tome – a sans doute sa place parmi les meilleurs albums du genre. Une place à part, ça, c’est sûr.
En guise de préambule, j’ai beaucoup aimé la genèse du personnage que nous dévoilent les deux auteurs : ils se sont inspirés d’un personnage créé par Stan Lee lui-même mais qu’il avait complètement oublié, jusqu’à son nom. Comment ? Un super-héros oublié ?? A peine imaginable, et pourtant… C'est donc amusant de constater que le point de départ de cette fiction trouve son origine dans une anecdote réelle.
L’histoire qui m’a proprement bluffé, son style narratif également. Ce que je reprochais aux quelques comics que j’ai pu lire, c’est que on est « certain » que le héros s’en sort. Il est vertueux, tout beau, tout propre (vision un peu simpliste du genre, je vous l’accorde), et malgré la tonne de problèmes qui lui tombe sur le dos, il s'en sort toujours  - je le répète, je pars de mon expérience TRES limité en matière de comics.
Pour « Sentry », ne connaissant pas du tout le héros, difficile de se dire « de toute façon, il va gagner à la fin ». D’autant que l’entame donne un ton dramatique à l’histoire, un sentiment qui se renforce tout au long du déroulement de ce premier volet. Le tout tinté d’une douce mélancolie : Qui est vraiment Bob ? Un mythomane en puissance ? Car s’il est réellement Sentry, ce héros adulé des foules, pourquoi les gens l’ont-ils oublié, jusqu’à ceux qu’il imagine être ses amis : Spiderman et Mr Fantastic ?
Paul Jenkins maîtrise parfaitement son scénario. Il donne des paroles et un caractère justes à Bob/Sentry, qui amènent le lecteur à se fondre dans le personnage, à ressentir ses souffrances, sa mélancolie, son besoin d’avancer, même à tâtons, vers son passé qu’il reconstruit petit à petit. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le cercle vertueux : « Plus je suis persuadé de l’existence de Void, plus je suis sûr d’être Sentry ; plus je veux convaincre mes « amis » de mon existence et plus ils croient en moi, plus je suis fort ».
A cet égard, Sentry est un personnage très fort, très complexe. Le fait qu’il détienne des pouvoirs sans avoir été exposé à un danger (au contraire de Spiderman ou des 4 fantastiques), pour ainsi dire « naturellement » interpelle et le met à part des autres super-héros. Son antériorité aussi en fait un personnage singulier : c’est le premier super-héros, il a formé tous les autres ; il est toujours juste, carré, sans zone d’ombre (au départ). Et c’est ce qui rend le récit prenant : comment alors a-t-il pu tout oublié ? Comment plus un seul terrien ne se souvient de lui ?
Toutes ces questions vont trouver une partie de réponse dans ce premier volet, mais il me tarde de lire la suite, car la complexité du personnage n’est pas totalement éclaircie.
Côté dessins, ma critique est similaire : bourré de préjugés, j’en étais resté à « Thor » et les « Vengeurs » en 1979 ! Des héros carrés, belles gueules, tout proprets.
Grave erreur ! Le style de Jae Lee n’a pas grand chose de commun : les personnages sont tortueux à souhait (Bob/Sentry en est un parfait exemple je pense, Hulk également), les regards exprime l’interrogation, la souffrance, l’indifférence, l'apathie…
La mise en scène est parfaitement huilée. Je ne m’y connais pas trop, mais je trouve les plans bien travaillés, avec de beaux angles de vues, des paysages de cauchemar saisissants. Cela renforce l'atmosphère oppressante du récit.
En conclusion, je pense que même si son style tortueux peut en rebuter plus d’un, « Sentry » est un excellent moyen pour découvrir le genre « comics ». Les ignares de mon espèce, pour peu qu'ils aient l'esprit curieux, trouveront là un excellent pied d'appel pour découvrir le monde complexe des super-héros.
D’abord grâce à ses qualités intrinsèques (scénario, dessins, couleurs), mais aussi parce qu’il nous présente (en accéléré, j’en conviens) plusieurs héros Marvel, ce qui est une bonne chose.

A découvrir de toute urgence donc.

Par , le

Les albums de la série SENTRY

Nos interviews liées

Rencontre avec José Villarrubia, auteur avec Alan Moore du Miroir de l'Amour

Le Miroir de l'amour est un poème d'Alan Moore qui retrace l'histoire de l'homosexualité, de la préhistoire à nos jours. La première version date de la fin des années 80. A cette époque, Moore fait parti d' AARGH ! (Artists Against Rampant Governement Homophobia) une association d'artistes qui protège les droits des homosexuels contre la politique du gouvernement Tatcher, qui avait voté la Clause 28. Cette loi considérait comme illégale la valorisation de l'homosexualité. Le poème a ensuite été adapté au théâtre avant d'être publié dans cette nouvelle édition avec les photos de José Villarrubia. C'est à l'occasion de la sortie de la version française que Sceneario a été invité à l'inauguration de l'exposition des photos qui illustrent le livre. Cette exposition a lieu à la galerie Peter's Friend, 25 gallerie Montpensier du 9 au 25 novembre 2006 [...]

Lire la suite ›