Sarane

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Roman - Aire Libre

Genre :

Inclassable

Sortie :
ISBN : 9782800144191

Résumé de l'album Sarane

Sarane est hantée par ses vieux démons, maintenant elle est vieille et croit apercevoir dans le regard d'un vieil homme celui de son mari qu'elle n'a plus revu depuis le jour ou elle est partie en voiture, seule dans le désert. Ou bien est ce celui du prince touareg qui l'a séduite après l'avoir recueillie, agonisante dans le sable. Mais est ce plutôt ce prisonnier qu'elle aida de son mieux dans le campements des nomades ? Et ces aller retour en taxi avec la jeune Léna, ne seront qu'un prétexte pour revenir en arrière et tenter de retrouver un souffle, un regard, pauvre Sarane !

Par Fredgri, le 01/09/2009

Notre avis sur l'album Sarane

Dans cette histoire on glisse entre les flash-back et le présent avec une vague impression de mélancolie. J'ai eu l'impression de retrouver l'atmosphère du "Patient anglais" à certains moments, c'est très délicat ! Le scénario est en effet très juste, très fin et les personnages se donnent le temps de bien se déplacer dans l'album. Lax nous dépeint un désert à la fois cruel mais qui a aussi son propre rythme, sa propre vie.
Par contre, le dessin de Lax est peut-être trop figé, pas assez vivant, trop froid, il manque de cette vie qui pourrait vraiment transporter le lecteur et le faire davantage entrer dans cette histoire et le faire sentir la chaleur du désert. Mais ce dessin accentue aussi le côté posé et désinvolte du récit.
Néanmoins, on ne ressent pas vraiment la peine et la mélancolie de la vieille Sarane ni même la vie de la jeune femme pleine de fraicheur et séductrice, elle passe son temps à poser dans chaque case sans vraiment sourire, avoir de la peine, simplement à être expressive.
Malgré tout cet album se lit comme un long souffle à peine murmuré, c'est très agréable !

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec Christian Lax

Interview réalisée par Melville et Placido à Angoulême à l’occasion du 39ème Festival International de la bande dessinée (janvier 2012).


Sceneario.com : Pain d’alouette est la suite de L’Aigle sans orteils sans toutefois réellement l’être. Comment est né votre projet ?
Christian Lax : Quand j’ai fais L’Aigle sans orteils je ne l’avais pas conçu comme pouvant avoir une suite mais vraiment comme un one shot, pour preuve la disparition d’Amédée. Mais il y a eu deux principales raisons pour lesquelles j’ai rebondis. La première est tout bêtement mercantile, comme L’Aigle… avait bien marché je me suis dit qu’il y avait peut-être un sillon à creuser. La seconde est que j’aime le vélo (c’est un sport que je pratique) et j’avais envie de revenir dans cet univers du cyclisme et de cette époque de l’entre-deux guerres, donc pourquoi pas raccrocher cette histoire à L’Aigle… de manière à avoir une « œuvre » qui se tienne un peu [...]

Lire la suite ›