SANS PITIE #2 Coupe franche

voir la série SANS PITIE
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

EMMANUEL PROUST

Collection :

Trilogies

Genre :

Policier

Thriller

Sortie :
ISBN : 2848101253

Résumé de l'album Coupe franche

Pas de doute, la police est formelle, c'est un harki, ex-légionnaire qui est le tueur en série de Marseille. Mais pourquoi et par qui est-il commandité pour assassiner les caïds de la pègre?

Par Aub, le NC

Notre avis sur l'album Coupe franche

Le premier tome m'avait beaucoup plu, et je dois bien avouer que le deuxième aussi. Même si j'ai trouvé qu'il manquait un tout petit peu de rythme en comparaison au premier, il n'en n'est cependant pas moins intéressant.
A nouveau nous sommes litéralement plongé dans une histoire très très noire, glauque au possible, sordide à souhait. Bref, vous l'aurez compris cette série n'est pas à laisser entre toutes les mains. En revanche, pour ceux qui aiment les histoire du genre, alors c'est certain vous serez totalement envahis et pris dans le scénario.
Le rythme est soutenu, et la narration fluide. L'action est présente à chaque page, nous n'avons pas une minute de répis. On sent même une certaine oppression lors de la lecture.
Du côté des illustrations, le trait toujours fin de Olivier Thomas, nous donne une BD claire et remplie de petits détails. J'ai particulièrement apprécié les planches 26 et 27, ou il y a une cinquantaine de petites cases racontant l'histoire du tueur sanguinaire.
Petit regret, les couvertures que je trouve vraiment très peu accrocheuses. mais ne vous arrêtez pas là, l'intérieur est vraiment très bon. Voilà des thrillers comme je les adore... encore messieurs, encore...
A noter un très beau site consacré à la série : www.sans-pitie.com

Par , le

Les albums de la série SANS PITIE

Nos interviews liées

Eric STOFFEL et Olivier THOMAS

Questions pour Olivier Thomas:

Sceneario.com: Olivier, juste quelques mots pour qu'on vous connaisse un peu plus. Comment êtes vous arrivé à la BD?

Olivier Thomas:Par passion ! J'ai été élevé à la BD franco belge, puis au Fluide Glacial. Au lycée je me suis mis à dessiner des planches dans mon coin, et plus tard, alors que j'étais étudiant à Marseille, j'ai suivi les Ateliers de Jean Louis Mourier et Herlé.
Diplôme en poche, j'ai décidé de rester à Marseille que j'aimais bien, mais il n'y avait pas de boulot pour moi, alors je me suis mis au dessin pour en vivre... Ca a précipité les choses : J'ai rencontré Eric Stoffel, avec qui nous avons commencé ARVANDOR [...]

Lire la suite ›