SALES MIOCHES #6 Les frères Dalessandre

voir la série SALES MIOCHES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Collection :

Grande Ligne

Sortie :
ISBN : 2203378069

Résumé de l'album Les frères Dalessandre

Embauchés par l'Elégant pour aller vider une vielle maison de ses meubles avant sa vente, les sales mioches se retrouvent à la campagne fasse à un prioritaire à l'avis changeant. Pas question de déménager les meubles, ni de vendre la maison...
Ce Dalessandre à l'aire de cacher quelque chose...

Par Aub, le NC

Notre avis sur l'album Les frères Dalessandre

Jai l'impression d'être replongé le temps de la lecture dans un "Club des 5" ou "Le Clan des 7", et c'est avec un peu d'amertume que je me suis rendu compte que ça fait bien longtemps que je lisais ces romans.
A la lecture de cette histoire très sympa on a vite tendance à se laisser entrainer dans la petite aventure que vivent nos Sales Mioches, et c'est presque trop vite que la dernière page est déjà tournée.
Une fois de plus je suis épaté de voir Corbeyran à la tête d'un autre scénario. Les dessins de Skiav sont quand à eux très agréables, avec des couleurs reprisent par Berlion le dessinateur des 5 premier tomes.
Une fois de plus une BD à ne pas négliger.

Par , le

Les albums de la série SALES MIOCHES

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›