Sacha

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

CORNELIUS

Collection :

Raoul

Genre :

Drame

Intimiste

Poésie

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782915492736

Résumé de l'album Sacha

Un chat écrasé, un musicologue acariâtre, un chat qui se prend pour un chien ou l’inverse, une femme et son bébé, un mari paumé…tout le monde va se croiser dans le tourbillon de la vie.

Par Arneau, le NC

Notre avis sur l'album Sacha

Dupuy et Berberian sont connus, reconnus et tout a déjà été dit sur leur art. Et pourtant cet album vient bousculer nos certitudes et nous montre qu’ils peuvent encore surprendre.

Avec « Sacha », Charles Berberian, sans sa moitié, nous livre un petit bijou plein de fantaisie, d’humanité et surtout d’une grande sensibilité. L’auteur aura étalé la création de l’album sur 3 ans et ça se sent. Cette longue maturation lui a permis de se balader dans différentes directions en empruntant des chemins de traverse. Il vagabonde mais sans jamais laisser le lecteur sur le bas côté. On le suit dans ces digressions autour des bruits de la vie mais en étant toujours un peu plus près des personnages. Ils se croisent et s’entrecroisent entre scènes absurdes et drôles et quotidien plus noire. Ses personnages se cherchent, certains se trouvent pendant que d’autres se perdent. Et dans cette chorale, l’auteur se réinvente en un Robert Altman du neuvième art mais qui aurait légèrement abusé des psychotropes. Son dessin tout au Bic, que l’on sent délivré de toutes contraintes est assez fascinant. D’une simplicité désarmante, il possède une puissance évocatrice qui le charge d’émotions.

Cet album pourrait marquer un tournant comme l’avait été le « Journal d’un Album » en son temps, ou sera juste une parenthèse enchantée dans la carrière de l’auteur. L’avenir nous le dira mais nul doute que celui-ci sera beau si ces deux conteurs continuent à nous offrir des livres comme ce "Sacha".

Par , le

Nos interviews liées

Rencontre avec Charles Berberian

Sceneario.com: Vous avez une longue expérience en tant que dessinateur de BD, ce qui vous a amené à recevoir le Grand Prix de la ville d’Angoulême en 2008 ainsi que le Inkpot Award aux USA, depuis cette vague de succès comment vous définissez-vous aujourd’hui?
Charles Berberian:Cela correspond à une époque où je travaillais avec Philippe Dupuis et donc c’est autre vie,  je m’y projette de temps en temps pour retrouver des repères.
Cela fait partie de moi et alors les prix... je ne peux pas dire que je m’en moque car je suis fier de ce que nous avons accompli tous les deux. Je me réinvente, comme Philippe.
L’avantage de passer la cinquantaine c’est que c’est comme un second départ, une redéfinition de soi.

J’ai retrouvé des tas de choses qui dataient d’avant mon association avec Philippe, comme la manière d’aborder la BD, dont un fanzine où je changeais de style à chaque page, ce que j’ai reproduit dans Le Bonheur Occidental et qui correspond à une démarche où je me cherchais, où j’expérimentais [...]

Lire la suite ›