REALITY SHOW #5 Total Audimat

voir la série REALITY SHOW
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Action

Anticipation

Polar

Sortie :
ISBN : 9782505003540

Résumé de l'album Total Audimat

Gullick est un patron décidément sans scrupules. Grâce à son casque qui transmet les émotions d’Oshii, il est sur le point de convaincre la commission chargée de la censure à la télévision. Il est vrai qu’il a des ingrédients rêvés pour y parvenir. Oshii vient de retrouver son frère raciste, ses parents paumés, un amoureux qu’elle n’avait jamais oublié et elle s’apprête à sauver la fille du maire, prise en otage par un mouvement fasciste, le tout sur fond de haines religieuses. Avouez que, quand on dirige une chaine de téléréalité, le programme fait rêver !

Par Legoffe, le NC

Notre avis sur l'album Total Audimat

Attendez vous à beaucoup de surprises dans ce nouveau tome de Reality Show. Le premier est sur la couverture. Une étiquette qui vous annonce qu’il s’agit de la fin de la série. « Déjà ?!? » diront les fans comme moi avec une pointe de déception, mais aussi une furieuse envie de se ruer sur le livre pour en connaître l’épilogue.

Nous voici donc arrivés au bout d’une aventure trépidante, qui dénonce avec originalité la téléréalité sur fond d’enquêtes policières toujours bien trouvées et teintées de fantastique. Alors, on frémit. On se demande si la fin sera à la hauteur du plaisir que l’on a pris jusque là. Nous voilà déjà manipulés, accrochés par ce petit autocollant. « La fin, ils ont bien osé écrire la fin ? » se dit-on encore.
Chez Dargaud, on reprend le scénario. Le patron sourit en se disant que le coup est bon, que le lecteur va se ruer sur l’album, que les bénéfices vont grimper. En patron cynique, il n’espère qu’une chose après ça : qu’un fan prenne Morvan en otage pour le faire renoncer au sacrilège. Ca serait bon, ça, une prise d’otage à Angoulême…

Morvan, lui, pense déjà à son prochain voyage au Japon, à ses innombrables scénarii en route, au destin décidément complexe de sa belle Nävis. Il se dit qu’il fallait bien la finir cette série et qu’il a bien eu les lecteurs, qu’il fallait être culoté pour terminer ça comme ça. Ouais, fallait oser qu’il se dit avec un rire cynique. Il ne voit pas le coup venir. Celui de Porcel, bien décidé à l’obliger à continuer. Il est malin Porcel, il ne s’est pas inscrit sur la liste des auteurs Delcourt présents à Angoulême. Lui aussi prépare son plan. Morvan, il doit se douter de rien.
Et puis, ça fera une bonne histoire, se dit Dargaud. Un lecteur fou, un dessinateur revanchard ; deux adversaires, un même dessein… Il est pas rendu Morvan, ça non. Parce que là, on va vraiment lui faire revoir sa copie. Oui, il a été culoté le gars. Un poil trop peut être. Non seulement on veut pas voir tout ça se terminer, mais on a pas non plus envie que ça finisse comme ça. Original oui, mais pas trépidant. Gullick fait ce qu’il veut dans son coin, mais le lecteur rêve d'autre chose qu’une voix off et d’un scénario déroulé hors champs. Cela fait retomber un suspense jusque là grandiose. La fin, on la veut prise aux tripes, comme d’habitude, pas regardée à travers l’écran de télé. Pourtant ça paraît logique tout ça, comme la "morale" finale. Mais non, ça ne sonne pas totalement juste. La réalité glisse sur la fiction et le jeu jusqu’au-boutiste s’avère un peu casse-gueule. D’un point de vue conceptuel, c’est gonflé ; d’un point de vue suspense, ça perd en rythme.

Nous autres, lecteurs, sommes avides de ces personnages, de ces intrigues géniales. On veut encore du suspense et de l’émotion. Nous voulons trembler pour savoir si la fille du maire sera sauvée et jouer les voyeurs pour savoir si Oshii fera son choix entre son coéquipier et son ancien amoureux. Oui, nous sommes faibles ; oui nous sommes victimes du système. Alors, monsieur l’éditeur, faite votre boulot et le plein de cynisme. Je suis sûr que vous n’aurez pas besoin de la Matrice pour avoir le numéro de la chambre d’hôtel de Morvan fin janvier. Il ne vous reste donc plus qu’à donner l’info à Porcel et à un lecteur orphelin. Après, vous verrez, tout rentrera dans l’ordre : nous serons encore accros pour quelques albums et la prise d’otage vous fera une publicité qui fera exploser des ventes déjà coquettes. Bon, on est d’accord hein ? Chiche ?

Par , le

Les albums de la série REALITY SHOW

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›