REALITY SHOW #3 Final Cut

voir la série REALITY SHOW
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Sortie :
ISBN : 2871297320

Résumé de l'album Final Cut

Après le combat contre triangle rouge a la Sagrada Familia, Oshii est arrêtée 3 jours et doit rester chez elle. Pendant ce temps, Norman continue de faire des arrestations de criminels pour conserver l’audimat. L’enquête concernant le triangle rouge est au point mort jusqu'à ce que les scientifiques de mediacorp découvrent des fragments de carapace dans les corps mutilés par le tueur. L’information la plus importante est révélée en direct, les fragments viennent de Mars. Des recherches et des constatations d’Oshii l’amène à soupçonner la matrice (l’intelligence commune a tous les robots) d’en savoir beaucoup sur cette affaire. Elle cherche alors à rentrer en contact avec elle.

Par Fef, le NC

Notre avis sur l'album Final Cut

Dernier tome de la série. Tout les éléments se mettent en place et les révélations se succèdent à un rythme rapide. Je ne dirais pas grand chose pour ne pas gâcher la lecture. Certaines étaient assez évidentes et d’autre moins.
Il peut être intéressant de reprendre toute la série au lieu de lire ce tome trois tout de suite. Certaines infos qui étaient données dans le supplément du tome 1 prennent ici toutes leurs importances.

Comme dans les précédents tomes les deux histoires (l’enquête policière et la version qui passe à la télé) se mêlent et donne un ton désabusé à cette série. Le fait que certaines personnes se donnent le droit de décider de ce qui est le mieux pour les autres me fait extrêmement peur, peu être même plus que le tueur. Car cette partie la, on peut déjà se rendre compte qu’elle existe réellement et qu’on la subie tout les jours.

La fin de la série est assez ouverte pour permettre un autre cycle sur les aventures de Norman et Oshii. Mais dans ce cas la, Oshii aura certainement prise beaucoup plus de place dans Mediacorp vu les informations de la dernière page.

Par , le

Ce tome au titre révélateur vient clore cette saga du tueur au triangle rouge. Cette analogie avec le milieu de l'audiovisuel est intéressante. La guerre de l'audimat montre que la réalité et la fiction ne font pas souvent bon ménage. Même si l'intrigue de base de la série se dénoue relativement vite, le final peut surprendre. Ce final montre d'ailleurs que l'humain veut toujours jouer avec la boite de Pandore, car la seule réalité qui l'intéresse est celle du profit.
Cette série au message prophétique et mêlant intrigue policière et anticipation est formidable. Les personnages sont touchant par leur humanité. Pour certains, elle revient même à fleur de peau. Le revirement sentimentaliste de Norman Barron se poursuit encore, et il fait preuve d'une certaine clairvoyance en nous dévoilant les rouages de ce milieu corrompu par la loi de l'audimat.
Ainsi, Reality Show s'impose avec un sujet d'actualité, celui de la real-TV, le tout mis en scène par un dessin enfin maîtrisé et original de Pourcel. Son trait prend de l’assurance et les défaut des premiers tomes sont estompés. Reality Show est une lecture rafraîchissante avec son message positif sur la bonté et l’honnêteté de l’être humain. Pour ceux qui n’ont pas encore la série, un coffret est disponible avec un Ex libris

Par , le

Les albums de la série REALITY SHOW

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›