RAYONS POUR SIDAR #1 Lorrain

voir la série RAYONS POUR SIDAR
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

ANKAMA

Genre :

Aventure

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782359104806

Résumé de l'album Lorrain

Sur la planète Sidar, le terrien Lorrain 1613 A.C. recherche désespérément son double robotique Lionel 1613 A.C. En effet, ce dernier doit être retrouvé impérativement car son sort est lié à la survie de la colonie dont l'administration a été abandonnée au Xress. Accompagné de Xaog, un aborigène sidarien dévoué, il arpente non sans grande difficulté nombre de territoires hantés d'une faune et d'une flore pour le moins envahissantes et hostiles. Ils finissent par atteindre le village du guide dans lequel vit le résident. Ce dernier lui permet de confirmer la localisation de son double en pays Horb. Considérant la notoriété de ces indigènes et leur état d'agitation actuelle, il est fort à parier que Lionel 1613 A.C soit au plus mal. Qu'à cela ne tienne, Lorrain est décidé d'aller jusqu'au bout de sa quête et pour cela, va devoir encore braver moult dangers.

Par Phibes, le 25/05/2014

Notre avis sur l'album Lorrain

Le roman de science-fiction intitulé Rayons pour Sidar, réalisé en 1957 par l'artificier de l'imaginaire Stefan Wul, se voit à son tour adapté en bandes dessinées, après Niourk, Piège sur Zarkass, OMS en série et La peur géante. Pour cette occasion, Valérie Mangin et Emmanuel Civiello s'associent afin de donner leur vision de ce nouvel univers cautionné par le partenariat instauré entre Comix Buro et les éditions Ankama.

Prévu pour se décliner en deux tomes, cette aventure extraterrestre prend ses bases sur une nouvelle planète colonisée par la Terre, à l'écosystème très particulier répondant à des règles évidemment hors dimension humaine, et en attente d'être transférée à un autre peuple colonisateur. Pour s'en rendre compte, il est utile de suivre le parcours de Lorrain, protagoniste principal, à la recherche de son double mécanique. A cet effet, bien qu'il soit question de la survie de la planète, ce premier tome se rattache principalement aux pérégrinations de ce curieux personnage (dont la fonction n'est pas forcément explicitée et la sagesse se veut moindre que celle de son double), et à son "combat" contre la nature hostile, sa rencontre avec le résident et son introspection au cœur du territoire Horb, à la recherche de son robot. Il s'ensuit donc une série de faits se succédant plutôt rapidement et dépaysants à souhait, parfois surdimensionnés face à des autochtones bien ou mal intentionnés, le tout dans des ambiances de colonisation on ne peut plus effectives (thématique récurrente chez l'écrivain). Valérie Mangin gère bien cette destinée, lui octroyant de bons rebondissements, via une intrigue qui se déroule dans une forme assez circonstanciée, assez captivante, et qui évidemment n'a pas tout dévoilé (le devenir de Lorian et la présence des Xressiens par exemple).

La mise en images de cette nouvelle aventure est confiée à Emmanuel Civiello, illustrateur reconnu pour ses remarquables travaux dans les séries telles que Korrigans, Graines de folie, La dynastie des Dragons… Force est de constater que ce dernier ne manque, une fois de plus, de capter le regard grâce à la profondeur, à l'étoffe et à la chaleur de son graphisme. A cet égard, l'artiste charge son environnement pictural lumineux grouillant d'une foule de détails extraordinaires (que l'on pourrait retrouver dans le dessin de René Hausman) et de personnages imaginaires démesurés. Les décors sont luxuriants, très colorés, dépaysants comme il se doit.

Une ouverture sur un nouvel univers de Stefan Wul qui a son charme, adapté avec concision et illustré avec force.

Par , le

Les albums de la série RAYONS POUR SIDAR

Nos interviews liées

Moi, Jeanne d'Arc

Sceneario.com : Vous affichez une vision de la Pucelle fort éloignée de la guimauve patriotique habituelle, est-ce par provocation?
Valérie Mangin : Au départ, non. Mais c’est vrai que l’album est vécu comme une provocation par certains lecteurs. Traditionnellement,  Jeanne d’Arc est une sainte. C’est la Pucelle comme vous le dites dans votre question, alors la montrer « à poil », ça ne se fait pas… même en 2012 !
Pourtant, je n’ai pas eu l’impression de lui manquer de respect. Au contraire, je lui ai rendu son humanité. Pour moi,
Jeanne d’Arc est d’abord une vraie femme avec un corps, des émotions et des pulsions sexuelles. Ensuite c’est une femme qui a soif de liberté et d’accomplissement. Elle ne devient pas sorcière puis chef de guerre parce que Dieu ou le Cornu le lui ordonnent mais par choix personnel, pour vivre pleinement sa vie [...]

Lire la suite ›

Valérie Mangin scénariste

Sceneario.com: Qui est Valérie Mangin?
Valérie MANGIN:
« Elle » ? Il faut que je parle de moi à la troisième personne comme César ou Delon ? Allons-y : C’est une femme avec une personnalité multiple. Le jour, Valérie est une sympathique directrice de collections, historienne de formation, qui aide des auteurs de BD à accoucher de leurs histoires. Mais la nuit, elle devient « Mangin » une scénariste farfelue qui invente des tragédies cosmiques et des récits fantastiques gores.

Sceneario.com: Vous sortez donc ce mois ci chez Quadrant Solaire votre nouvelle série KGB, quel effet ça fait? Des peurs? Des envies? Oui, tout cela à la fois.
Valérie MANGIN:
J’oscille entre la grande joie de voir enfin le résultat de deux ans de travail acharné et la peur d’être moi-même déçue par mon album que j’ai à chaque livre [...]

Lire la suite ›