RASPOUTINE #3 La conspiration de Youssoupov

voir la série RASPOUTINE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

EMMANUEL PROUST

Collection :

Trilogies

Genre :

Historique

Sortie :
ISBN : 9782848101828

Résumé de l'album La conspiration de Youssoupov


Une indécente réussite colle décidément à la peau du Sibérien Raspoutine. Au point que non seulement il côtoie la famille du tsar mais bénéficie en outre de sa protection. Voilà qui n’est pas pour plaire à ses détracteurs, de plus en plus nombreux, parmi lesquels les plus énervés sont probablement les hommes politiques et leurs conseillers qui acceptent mal que les décisions, même les plus importantes, soient prises après qu’il ait été consulté.

Raspoutine a justement un avis sur tout et une vision des choses toute personnelle. Mais lorsqu’il essaye d’imposer sa stratégie concernant la position de la Sainte Russie dans le conflit qui se met à gangrener l’Europe, il provoque la mise en branle des plans de ceux qui veulent le liquider. Et ceux-là ne sont pas forcément ceux sur lesquels Raspoutine aurait parié...
 

Par Sbuoro, le NC

Notre avis sur l'album La conspiration de Youssoupov


Lorsque je pense à Raspoutine et à sa personnalité légendaire, me reviennent en mémoire des images que j’avais d’un homme dont j’avais entendu dire qu’il ingérait quotidiennement des doses de poison, comme pour se vacciner contre ce genre de substance. Je me rappelle aussi cette image que j’avais d’un homme qui s’entretenait physiquement afin d’être un combattant exceptionnel...

C’est pourquoi en abordant ce troisième tome de la série de Tarek et de Vincent Pompetti, je m’attendais à ce que ces éléments soient un peu plus évoqués. Certes, l’empoisonnement et les derniers instants de Raspoutine sont largement au menu de l’histoire, mais j’ai été légèrement frustré de n’avoir pas vu abordée plus en détail cette « préparation » de Raspoutine, ce régime qu’il s’imposait pour parer à toute éventualité d’attentat dont il savait qu’il allait être la victime un jour ou l’autre.

Mis à part cette petite déception qui ne concerne que moi et cette image de l’homme Raspoutine sur laquelle mon imaginaire avait bloqué, j’ai été très satisfait d’aller au-delà de ces détails qui m’importaient et de voir mené à terme ce récit historique, cette version des faits.

Autant Raspoutine irritait lorsqu’on était spectateur de son irrésistible ascension, autant le suivre dans la peau d’une victime dans ce troisième (et dernier) tome l’a fait apparaître différemment. Le dessin et la palette de ternes couleurs de Vincent Pompetti n’ont guère changé, gardant aux planches leur aspect « vieux siècle » et conférant toujours à l’histoire mise en images cette aura d’archives secrètes à redécouvrir.

L’Histoire est ainsi que lorsqu’une page se tourne, une autre se dévoile dans la foulée. Le vent de la révolution soviétique souffle sur les dernières vignettes, et avoir adopté au cours de la trilogie le style du tandem Tarek/Pompetti nous ferait presque espérer qu’ils vont continuer à faire les profs d’histoire et mettre nos pas dans ceux du camarade Vladimir Illitch ! Mais bon, chaque chose en son temps : on restera donc sur cette incroyable marque qu’aura laissée Raspoutine dans les coulisses du pouvoir de la Russie tsariste. Et sur celle que laissera cette trilogie dans la collection du même nom des éditions Emmanuel Proust.
 

Par , le

Les albums de la série RASPOUTINE

Nos interviews liées

Tarek et Vincent Pompetti pour Sir Arthur Benton T2.2

Sceneario.com : Bonjour, Tarek ! Avant toute chose, pourriez-vous vous présenter en quelques mots et nous rappeler les grandes lignes de votre parcours artistique ?
Tarek : Que dire ? Je suis scénariste de bandes dessinées depuis bientôt dix ans et j’ai connu plusieurs éditeurs, dont le premier était Vents d’ouest avec la série Le Prophète de Tadmor. Mais avant cela, j’ai voyagé et habité dans de nombreux pays d’Afrique, d’Europe et du Moyen-Orient... Le plaisir d’écrire est assez ancien : il se concrétise, en 1991, par la publication d’un livre d’art, Paris Tonkar, aux éditions Florent Massot (vendu en langue française dans 14 pays et actuellement la référence sur les débuts du Graffiti Art en France) puis le lancement d’une revue consacrée à l’art des rues, 1Tox [...]

Lire la suite ›