Ralentir

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LE LOMBARD

Genre :

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782803636303

Résumé de l'album Ralentir

Après une semaine de dur labeur lors de laquelle son patron lui a proposé une promotion, David, commercial, rentre chez lui à Douarnenez dans le Finistère. Ereinté et encore habité par les encouragements à travailler encore plus de son boss, il a pris la route sous une pluie battante. Lors d’un arrêt sur le bas-côté de la route, Emma, une auto-stoppeuse un brin hardie, prend place dans sa voiture. Sans réelle réaction vis-à-vis de cette intrusion et après avoir entendu la destination de la jeune femme, David reprend la route. Ils finissent par s’arrêter à une station-service pour faire le plein. Emma en profite pour aller se désaltérer et ce, en resquillant. Prise sur le fait, elle rejoint David en le pressant de s’en aller. C’est à la suite de ces péripéties que le commercial va découvrir sa passagère et son mode de vie qui se veut en opposition avec le sien. D’autres rencontres à venir vont d’ailleurs le faire réfléchir sérieusement sur sa façon de vivre au point d’envisager de ralentir.

Par Phibes, le 17/04/2017

Notre avis sur l'album Ralentir

Pour la cinquième fois depuis 2007 et après 100 maisons - La cité des abeilles paru en 2015, Delphine Le Lay et Alexis Horellou reviennent dans le paysage de la bande dessinée, cette fois-ci pour nous sensibiliser sur notre façon de vivre (mieux) au sein de la société moderne. Etouffée par notre train-train quotidien, par cette pression perpétuelle qui entoure nos faits et gestes, par ce besoin matérialiste exponentiel, notre existence peut engendrer bien des désillusions tant elles donnent la sensation qu’on n’en jouit pas pleinement. Aussi, on peut se poser les questions suivantes : comment améliorer notre mode de vie, serait-il possible de passer à autre chose, en mode ralenti par exemple ?

Par le biais de ce one-shot, les deux auteurs ont donc apporté leur réponse, réponse qui, il va de soi, se veut en totale corrélation avec le style de vie que ces derniers semblent avoir adopté personnellement. Celui-ci se traduit par les pérégrinations fictives de David, commercial épuisé par son activité, et sa rencontre avec l’auto-stoppeuse Emma. Cette dernière, eu égard à sa marginalité, va progressivement ouvrir l’esprit de David et le pousser, via également d’autres rencontres, à réfléchir sur sa condition.

A n’en pas douter, Delphine Le Lay pose la problématique sociale d’une façon très simple et la développe le temps d’un voyage en voiture complété de sympathiques rencontres. Que ce soit avec Emma ou avec les habitants d’un hameau du fin fond de la Bretagne, le lecteur est appelé comme David à découvrir l’idéal de vie de ces derniers. Sans fioriture, basé sur une simplicité et une confraternité bienfaisantes, faisant abstraction de toute hyper-connectivité et également de tout stress, ce dernier marque profondément et pousse en effet à la réflexion. Ne serait-ce pas là la voie de la raison ?

Alexis Horellou adopte un graphisme qui, tout en s’inspirant d’une vision réelle, tend à rester épurer, surtout au niveau des visages. Toutefois, le travail demeure pointu au niveau des décors qui révèlent, de par leur esthétisme, une recherche avérée du détail. Il va de soi que la colorisation qui s’appuie sur des nuances très ciblées apporte une réelle ambiance de plénitude à l’ensemble.

Un bien bel ouvrage dont l’objectif avéré est de pousser le lecteur à lever le pied et à lui donner l’occasion de prendre temps pour réfléchir sur sa façon de vivre.

Par , le