QUINTETT #5 La chute

voir la série QUINTETT
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Empreintes

Genre :

Drame

Fiction

Sortie :
ISBN : 9782800138633

Résumé de l'album La chute

Alban Méric et son compagnon Manolis se sont établis à Berlin. Le premier donne des cours et le deuxième tient un commerce de babioles qu’il alimente grâce à des achats qu’il fait sur les brocantes. Ce jour-là, alors qu’ils en arpentaient une, les deux hommes découvrent sur un étalage une malle qui leur attire l’œil : sur une étiquette qui y est apposée, les noms de Villemonble et de Pavlos apparaissent. Intrigués par cet objet, ils se le procurent sans savoir que ce qu’ils vont découvrir à l’intérieur va remuer un passé qu’ils pensaient révolu depuis une quinzaine d’années.

Les documents trouvés dans la malle confirment effectivement qu’à leur insu, les deux hommes étaient surveillés. Et en poussant leurs investigations plus loin, ils se rendent compte qu’ils n’étaient pas les seuls. L’enquête qu’ils vont ouvrir va alors logiquement les conduire à retrouver ceux qu’ils avaient croisés en Macédoine en 1916 : Dora Mars, Elias Cohen, Nafsika Vasli et Clémence Dorval avec qui ils vont essayer de trouver réponses à leurs interrogations...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album La chute

La série Quintett prend fin magistralement avec ce tome 5, un superbe album dont le titre est à lire au sens propre comme au sens figuré.

Contre toute attente par rapport à ce qui était prévu au début (mais l’information a été rendue publique il y a longtemps), Giulio De Vita qui avait signé les toutes premières et les toutes dernières pages des quatre tomes précédents et qui devait réaliser cet ultime opus a laissé les crayons à son ami Giancarlo Alessandrini pour mieux s’investir dans la série Wisher avec Sébastien Latour.

Si la déception des fans de De Vita pourra trouver une petite place, elle sera vite effacée par la bonne qualité du dessin de son remplaçant. Quintett étant de toutes manières une série qui aura mobilisé autant de dessinateurs que de tomes (et désormais un de plus), le fait que le style change à nouveau ne perturbe pas – d’autant que le récit se déroule 15 ans après les événements de Pavlos, ce qui fait que les évolutions des personnages "passent" bien. On trouvera soit dit en passant que Méric a parfois des airs du Francis Blake de Jacobs et Elias Cohen des traits comparables à ceux du Arthur de Cosey dans Le voyage en Italie...

Dans ce tome 5, on a le plaisir de retrouver tous les protagonistes autour de qui s’est construite l’intrigue. On a aussi enfin le droit de savoir qui étaient les mystérieux personnages que De Vita dessinait en masquant leur identité. Après quatre tomes d'une qualité extraordinaire, on pouvait par contre avoir peur d’être déçu par l’issue qui allait être imaginée tant le suspense a été bien monté. Rassurez-vous : par bonheur, "La Chute" est de qualité égale, voire supérieure si l’on considère que le fait d’avoir la clé du mystère apporte un plus.

"Les héros arrivent à leurs fins, mais ceux à qui ils voulaient demander des comptes gagnent... aussi !!!" Voilà en substance l’idée qui se dégage du scénario de Frank Giroud et qui termine Quintett en apothéose. Frank Giroud a montré une fois de plus que son scénario était on ne peut mieux millimétré. Autant on s’était régalé de la superposition parfaite des différentes histoires qui faisaient les quatre premiers tomes, autant on se régale de la manière dont il boucle son récit, en y ajoutant même une part de non-maîtrisable (pourtant ô combien calculée) qui cultive le doute jusqu’au bout. C’est génial !

Quintett est à n’en pas douter une série qui aurait une place de choix sur le podium des séries du siècle. Avec "La Chute", un point final est mis à une série qu’on relira de nombreuses fois sans jamais se lasser : le travail des auteurs prendra toujours le dessus sur le fait qu’on en connaîtra désormais le mot de la fin.
 

Par , le

Les albums de la série QUINTETT

Nos interviews liées

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›