QUAI D'ORSAY #1 Chroniques diplomatiques

voir la série QUAI D'ORSAY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DARGAUD

Genre :

Politique

Sortie :
ISBN : 9782205061321

Résumé de l'album Chroniques diplomatiques

Arthur Vlaminck vient d'être embauché comme conseiller au langage et pour écrire les discours du ministre Alexandre Taiillard de Worms, un homme exalté, un ministre qui a de l'idée, un ministre qui bouge beaucoup et qui fatigue ses conseillers. Le jeune homme va découvrir comment est la vie au Quai d'Orsay, faire la connaissance de ses collègues et se rendre compte de la réalité qui se cache derrière ces murs.

 

Par Berthold, le 25/04/2010

Notre avis sur l'album Chroniques diplomatiques

Nous attendions Christophe Blain sur le quatrième volet des aventures de Gus. Finalement, il nous revient ce mois ci avec Quai d'Orsay, une nouvelle série qui nous montre certains aspects de la vie politique.
D'ailleurs, le scénariste Abel Lanzac, avant cela, a travaillé dans plusieurs cabinets ministériels. Il sait donc de quoi il parle et il profite de son envie d'écrire, de raconter des histoires pour nous conter ce qui se cache derrière les murs des ministères et que nous ne savons pas.

Je vous avouer que j'ai pris une claque en lisant ces 96 pages. Je ne m'attendais pas à ce style d'histoire.
Je m'attendais à quelque chose d'assez sérieux, prise de tête. Eh bien non, je me suis trompé. C'est plein d'humour, c'est décapant, cynique, mordant, passionnant à souhait ! Le lecteur ne s'y ennuie pas une seconde, il va même apprendre des trucs sur la vie des politiques. J'aimerais bien avoir un ministre comme Taillard de Worms, il a un sacré caractère, du bagoud et il gesticule bien. Outre le jeune Arthur, nous allons aussi faire connaissance des autres conseillers du Ministre des Affaires étrangères. Des personnages tout aussi réussis et sympathiques que nous découvrirons tout au long de ses pages. Bien sûr, il y a le fayot, le lecheur-de-botte, le traître, le cynique, ceux qui n'osent contredire le ministre, bref, une belle galerie qui reflète la réalité.

Les auteurs vont donc nous narrer comment ils travaillent, comment est fait la diplomatie dans certains moments. Ah, certes, c'est tendu comme rythme, faut être costaud pour travailler comme cela. Il faut les voir à l'œuvre dans leur bureau ou dans un pays étranger. Il faut les voir recevoir une écrivain Prix Nobel, il faut assister au moment où le ministre cite son auteur préféré ou son cours sur le stabilotage (l'art de stabiloter ou user son stabilo).

Blain garde son style graphique et cela marche à 100%. J'adore comment il fait bouger son ministre Taillard de Worms avec moult gesticulations et onomatopées. L'auteur d'Isaac le pirate donne aussi une belle galerie de caricaturse parmi les conseillers. Les expressions passent bien. Certaines mimiques vous feront bien rire, certains passages comme celui sur l'anchois vous feront aussi tordre de rire. J'ai bien apprécié, enfin, les allusions à Darth Vador ou à X-Or.

Quai d'Orsay
ou l'univers impitoyable de la diplomatie, de la politique. Jusqu'à ce jour aucun film français ou serie TV n'a réussi a aborder ce sujet avec autant de maestria que Blain et Lanzac.
Les américains ont eu la meilleure série de référence du genre avec The West Wing (A la Maison Blanche en VF), les français ont donc Quai d'Orsay.

Ce premier tome est un de mes gros coups de cœur de l'année et je vous conseille promptement de découvrir ce nouveau chef d'œuvre signé Blain et Abel Lanzac.

 

Par , le

La bande dessinée est vraiment un art très riche et plein de surprise où les auteurs ont une grande liberté d'expression pour aborder des sujets sur lesquels on ne le les attendait pas forcement. Et c'est un peu le cas cette étonnante et déjà incontournable nouvelle série, Quai d'Orsay, dessinée par Christophe Blain et scénarisée par Abel Lanzac.

Avec ce premier tome, Chroniques diplomatiques, Abel Lanzac nous emmène dans les coulisses d'un monde qu'il connait bien pour y avoir travaillé pendant plusieurs années, il nous emmène dans les coulisses du pouvoir. Et doucement au fil de la lecture, on prend conscience de la place des égos de chacun, de la fascination que peut exercer un homme – ici le ministre des Affaires Etrangères – sur les membres de son cabinet. Mais on prend aussi conscience de l'engagement de ces hommes et de ces femmes, on perçoit leur sens aiguisé de la politique et du rôle qu'ils ont à y jouer. Quelque part on a vite l'impression que l'on ne fait pas partie de ce monde et pour justement pallier à cela, Abel Lanzac réussi avec brio à mêler humour et fantaisie avec un grand équilibre et ainsi à ancrer son récit dans une dimension qui redevient accessible.

Vient ensuite tout le travail de Christophe Blain. Une fois de plus je me vois totalement succomber à son grand talent de metteur en scène. Profondément dynamique, son trait recherchant avant tout l'expressivité est en parfait accord avec le ton du récit. Ensemble les deux auteurs nous offrent un très beau moment de lecture dans les coulisses de ce ministère parmi les plus prestigieux : les Affaires Etrangères.

Avec ce premier tome de Quai d'Orsay on appréhende ce que le terme « appareil d'état » veut dire, et les lecteurs les plus familiers avec le monde de la politique auront certainement reconnu derrière Alexandre Taillard de Worms, l'homme au larges épaules et aux grands gestes qui s'illustra au sommet de sa carrière avec son discours à l'ONU en 2003 : Dominique de Villepin.

Jubilatoire, subtile, parfois cynique et toujours « intelligent », Chroniques diplomatiques est un tome à découvrir sans faute.

Très conseillé !

Par , le

Après avoir lu les premières pages, je me demandais vraiment comment l’auteur parviendrait à accrocher son lecteur durant 96 pages. J’avais le sentiment, au fil de ma lecture, que le scénario ne reposait pas sur grand chose de tangible, qu’aucun événement ne venait vraiment rythmer le livre. Et puis, finalement, je me suis retrouvé, sans vraiment m’en apercevoir, à dévorer chacune des pages, noyé dans des dialogues étonnants et vibrants qui dévoilent l’univers inattendu du Quai d’Orsay. Dominique de Villepin, car c’est bien lui qui est le modèle du personnage principal (les auteurs ne s’en cachent pas car, outre son talent d’orateur, on retrouve les mêmes traits physiques), est présenté en homme de culture excentrique, et ses collaborateurs fourmillent et se démènent pour suivre ce cerveau qui va trop vite pour eux. Dans ce tohu-bohu de la verbe et de la diplomatie, le lecteur se perd avec finalement beaucoup de plaisir. On a envie de continuer à partager avec les personnages leurs défis quotidiens et de profiter des dialogues cyniques et fantasque d’un Blain en grande forme.

Par , le

Quelle BD jubilatoire ! C’est souvent comme ça avec Blain me direz-vous, mais on est surpris à chaque fois. Les deux auteurs se sont parfaitement trouvés, le ton du récit, complètement original, colle idéalement avec le dessin, très dynamique. Et n’ayez craintes, il n’est point nécessaire de porte un quelconque intérêt au doux monde de la politique pour apprécier cette histoire. C’est avant tout une chronique de vie avec une vision des politiciens hors média, une vision de leur vrai travail et de leurs vraies relations en dehors du champ de la caméra du journal télé… C’est passionnant !

Un de mes coups de cœur de cette année !

Par , le

Les albums de la série QUAI D'ORSAY