Sale Boulot

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

PANINI

Collection :

20 ans

Genre :

Action

Comics

Sortie :
ISBN : 9782809463866

Résumé de l'album Sale Boulot

(Punisher (2001) 1 à 6)
Alors qu'il règle tranquillement ses comptes avec la pègre, posant ici une bombe, éliminant une crapule dans une ruelle, le Punisher est attaqué par le "Russe" qu'il pensait avoir préalablement décapité. Il apprend alors que le mastodonte aurait été envoyé par un certain général Kreigkoff. Ce dernier a élu domicile sur Grand Nixon Island, une île ou il dirige une armée de mercenaires impitoyables... Frank Castle va alors s'y rendre pour faire le ménage...

Par Fredgri, le 07/08/2017

Notre avis sur l'album Sale Boulot

Amateurs de comics ou ça dérouille, de grandes odes à la tête explosée, aux dialogues percutants... A tous ceux qui recherchent plutôt des scénarios qui tiennent sur un timbre poste, alors je vous conseille vivement cet album qui, on se doute bien, ne fait pas dans la poésie et la subtilité ! Du très grand Ennis, en pleine forme, qui n'est visiblement pas là pour raconter une histoire, mais plutôt pour faire sourire gras.
Tout n'est que caricature du début à la fin, sans absolument aucune nuance. Il faut être fan, et je sais qu'ils sont nombreux.

En contre partie, ce volume se lit un peu en 10 minutes, dès qu'on voit les diverses physionomies on n'a presque pas besoin de lire les dialogues, tellement tout se déroule avec une logique implacable !
Et c'est peut-être surtout ça le gros défaut de ce récit, son manque complet de surprise ! On est dans une intrigue évidente, qui ne prend jamais le lecteur à dépourvu. Certes, c'est bourré de cet humour froid et cynique propre à l'écriture d'Ennis, et en cela je trouve que c'est agréable de se laisser entraîner dans cette aventure, seulement cela ne va réellement jamais plus loin que cet aspect potache qui enlise le récit au milieu des petites séquences somme toute plutôt anecdotiques !

De son côté, Dillon gagne en expressivité avec l'encrage de Jimmy Palmiotti, au point ou son dessin en est étrangement très agréable, moins froid qu'à son habitude...

Ainsi, sans être un album inoubliable, il permet de découvrir une version décérébrée du Punisher... Pourquoi pas !

Par , le