ATTENTION : CONTENU RESERVE
A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités.
En affichant cette page, vous déclarez prendre vos responsabilités vis-a-vis de ce contenu.

Afficher Sortir

Pour la peau

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Erotix

Genre :

Fiction

Pornographie

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782413001645

Résumé de l'album Pour la peau

 
Ils se sont rencontrés lors d'une fête organisée par la radio qui a ses bureaux au rez-de-chaussée de l'immeuble où ils travaillent. Un verre à la main, ils ne se sont parlé que quelques secondes, puis ont passé le reste de la soirée à se chercher du regard dans la foule... Jusqu'à cet instant entre crainte et magie où il fut clair que leur journée ne devait pas se terminer sans que les toilettes du premier étage soient devenues le théâtre de leurs premiers ébats.

Mathilde et Gabriel se sont souvent revus, par la suite. Elle était mariée et lui aussi, mais ces rencontres interdites, c'était leur secret, leur jardin secret. Ça ne regardait personne d'autre. Pas de sentiments, cependant, pas de projet : des rendez-vous dans une autre dimension, tout simplement..

Tout simplement ?
 

Par Sbuoro, le 07/10/2018

Notre avis sur l'album Pour la peau

 
Le premier chapitre compte quatre pages : comme dans un film gonzo, tout y va très vite. Les présentations sont superflues et on passe tout de suite aux scènes les plus hot. Cinquième page et pages suivantes : deuxième chapitre. Changement de style graphique, changement d'épaisseur de trait, changement de couleurs, mais même style d'histoire : les personnages sont habillés dans la première vignette, mais dès la deuxième, les corps sont nus et en action. Mais, que dis-je... Même style d'histoire ? Non, en réalité : même histoire, mêmes personnages. Mais racontée du point de vue de l'autre.

Pour la peau, ce ne sont pas des saynètes érotiques proposées les unes après les autres. Pour la peau, c'est une histoire longue, le récit d'une relation secrète entre deux êtres qui veulent se retrouver pour partager le plaisir de la jouissance physique. C'est une bande dessinée pornographique qui ne reste pas dans le superficiel mais qui complexifie la relation au fil des rendez-vous ; tout simplement parce qu'il y a "la vraie vie" à côté des jardins secrets, et que ces deux univers finissent fatalement par interagir.

C'est beau et c'est triste à la fois. On est jaloux, puis on l'est moins. On frissonne de plaisir, puis de crainte. Le danger de l'extraconjugalité vient menacer les uns et les autres, mais ce genre de danger, ce feu avec lequel on joue, c'est un feu par lequel on veut absolument être brûlé, finalement, tant le beau et le bon prennent le dessus sur le raisonnable. Oh non, ce n'est pas qu'on n'aime plus les autres, c'est parce qu'on aime en plus des autres. On sait bien qu'on devra s'en expliquer un jour, on le redoute, même, mais on remet à "quand il le faudra bien" l'exercice de l'invention du bobard... Voyage en sentiments humains, voyage en désirs et en sensations : Pour la peau...
 

Par , le

Nos interviews liées

Love Story à l'iranienne

Un entretien avec Zac Deloupy à l'occasion de la sortie de son nouvel album : Love story à l'iranienne.aux éditions Delcourt


Interviewer : Olivier
Images et Son : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jarjille, l'édition passion

Sceneario.com : Alep, Deloupy, bonjour, vous êtes deux des trois co-fondateurs des éditions Jarjille, comment et pourquoi vous êtes-vous lancés dans cette aventure ?
Deloupy : Nous n’avions pas prémédité de devenir éditeurs lorsque nous avons commencé en 2004. Alep et moi avions un projet commun, intitulé Comixland,, qui avait plus à voir avec l’illustration, mais qui parlait des collectionneurs de BD et j’avais avec Alain Brechbuhl (le troisième fondateur de Jarjille) un autre projet d’illustration « Collisions ». Connaissant un peu le monde de l’édition, nous savions tous les trois qu’il serait difficile de placer ces deux projets, plutôt destinés aux adultes. On s’est donc lancé, avec nos fonds personnels et sans droits d’auteurs. Ce n’est qu’à la sortie de L’introuvable en 2006 que nous avons réellement décidé de devenir éditeurs, en considérant que nous publierions de la bande dessinée, de l’illustration et la photo [...]

Lire la suite ›