POUR L'EMPIRE #2 Les Femmes

voir la série POUR L'EMPIRE
Dessinateurs :



Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Collection :

Poisson Pilote

Genre :

A quatre mains

Aventure

Inclassable

Sortie :
ISBN : 9782205066418

Résumé de l'album Les Femmes

L’aventure continue pour la troupe d’élite menée par le Capitaine Glorim Cortis, le Lieutenant Calma et le Caporal Forto. Ils ont enfin traversé le grand fleuve et quitté les grands espaces désertiques pour se retrouver en pleine forêt. Le Nouveau Monde nous dévoilera son lot de surprise avec la découverte d’un camp constitué uniquement de femmes. Ancrés dans leurs idéaux et leurs principes, nos soldats devront une nouvelle fois faire face à des adversaires hors du commun : des femmes vivant sans hommes !

Par Placido, le 13/09/2010

Notre avis sur l'album Les Femmes

Après un premier tome qui m’avait complètement séduit, c’est avec une certaine excitation que j’ai poursuivi l’aventure de notre singulière armée aux confins du monde, là où rien n’est connu. On ressent particulièrement l’influence de Bastien Vivès dans cet album. Peut-être est-ce simplement dû au fait qu’il est rempli de très belles femmes, aux courbures distinguées et aux somptueuses chevelures et que l’on pense instinctivement aux anciens faits d’armes de l’auteur. En tout cas nous avons affaire à un tome bien différent du précédent, tant au niveau de la forme que du contenu, mais fort heureusement pour nous, le plaisir est intact !

On continue de l’autre côté du grand fleuve, première étape symbolique faisant la coupure entre les deux tomes. L’ennui est toujours plus ou moins présent chez les soldats mais c’est surtout la difficulté du terrain qui les préoccupe jusqu’à ce qu’il débarque dans un espace ouvert avec un verger aux fruits délicieux, une cascade d’eau claire et de l’herbe verdoyante : un décor aux allures paradisiaques dont on se demande s’ils ne font pas qu’en rêver. Cela est bien suspicieux et seul Calma semble le ressentir. Oubliez toute les notions d’honneur bien présentes dans le premier tome pour laisser place à la nature humaine et aux désirs de la chair, car ces femmes s’avèreront être de véritables sirènes ! Jouant sur l’attirance, elles amèneront au plein cœur de leur camp ces soldats complètements ensorcelés pour leur faire exécuter une sorte de rituel sexuel. On imagine parfaitement ce groupe d’amazones réussir à se reproduire grâce à des hommes de passage et ne sélectionnant à chaque naissance que le genre féminin. Les premières confrontations déstabiliseront totalement nos soldats, à l’instar de ces barbares sans honneur rencontrées dans le désert, fuyant pour éviter le combat. Des démons à corps de femme ! Ce ne sont pas des êtres humains ! Les guerriers de l’Empire n’en reviennent pas et même les plus carabinés d’entre eux ne resteront pas de marbre. Ils seront séduits jusqu’au bout ! On verra même Gerriatucino s’agenouiller devant l’une d’elles et avouer n’avoir jamais combattu contre des guerriers aussi redoutables.

Les dessins sont toujours aussi justes. Les scènes de combats sont très esthétiques et prenantes. Les discussions entre hommes sont toutes aussi belles. Et puis les couleurs ! Ah les couleurs ! Après nous avoir régalés avec de grands espaces désertiques, Sandra Desmazières fait toujours des merveilles. Les ciels immenses aux multiples variations de couleurs chaudes laissent place à des décors plutôt froids et ce sont les tons bleus et verts qui prennent le dessus. Et ce jeu des contrastes entre l’obscurité de la forêt et les couleurs vives de la végétation et de ce beau perroquet. Magnifique !

L’ennui et l’engourdissement laisse place à l’action et à l’insouciance. On regrettera peut-être une légère baisse au niveau des dialogues qui était d’une qualité supérieure ou du moins plus présents dans le premier tome. Et l’originalité du récit est peut-être également un peu moins forte. Mais je vais arrêter de bouder mon plaisir ! Les Femmes, signé Bastien Vivès et Merwan Chabane enrichit sans l’ombre d’un doute la collection Poisson Pilote d’un album remarquable !

Par , le

Pour l’Empire est une série atypique et singulière, c’est un peu comme si avec la complicité de Merwan, Bastien Vivès réussissait à transposer les thèmes qui lui sont chers dans une dimension autre. On y retrouve – et encore d’avantage dans ce deuxième tome – tout ce qui caractérise l’univers de Vivès, les relations hommes-femmes en général mais abordées avec un regard particulier assez difficile à définir et dont le ressenti de chacun est différent. Personnellement, bien que je reconnaisse et apprécie réellement tout le talent de Bastien Vivès, je ne suis pas un grand amateur de sa vision des choses, pour moi elle manque en quelques sortes de « vérité », d’une certaine profondeur. Mais dans ce livre, vue au travers du prisme de l’aventure et étoffée par un univers riche et construit, je suis tombé sous le charme. Et pourtant, Les Femmes, est un album plutôt violent et malsain. La tension est réellement palpable et la crudité de certains passages que le lecteur prend de plein fouet à l’image de personnages au regard encore « candide » (je pense notamment à Angox ou Statum en disant cela) renforce encore un peu d’avantage cette atmosphère angoissante et anxiogène…

Avec ce deuxième tome de Pour l’Empire, Merwan et Vivès confirment la très bonne impression engagée par le premier volet. Une série à découvrir sans faute, assurément un must à posséder d’urgence…

Par , le

Les albums de la série POUR L'EMPIRE

Nos interviews liées

Bastien VIVES avec amour et amitié

Sceneario.com : Bastien, voici Amitié étroite ton nouvel album chez KSTR. Qu'est ce qui fait que tu te lances sur une histoire comme celle que tu as écris?
Bastien Vives : tout d’abord j’avais envie de parler du mythe de la relation amicale fille-garçon. Puis de retourner à une ambiance plus proche de elle(s) avec des personnages qui existent, qui ont une identité.


Sceneario.com : ce sont des évènements de ta vie qui te font écrire ?
Bastien Vives :
non pas forcément, on va dire que les sentiments, et les choses dans lesquels j’ai envie de me plonger sont liés à l’esprit du moment, par exemple actuellement je raconte une histoire avec des armées romaines, car l’épique me passionne au plus au point en ce moment.


Sceneario.com : alors fiction ou réalité ? Quelle est la part de réalité dans tes histoires ?
Bastien Vives :
certaines situations sont inspirées de moments vécus, ensuite tout est romancé, au niveau des attitudes et des réactions, des regards [...]

Lire la suite ›

Bastien Vivès, suite à la parution de Le goût du chlore chez KSTR

Sceneario.com : Bonjour ! Pourriez-vous vous présenter en quelques mots et nous rappeler dans quelles conditions Chanmax (le pseudo sous lequel vous avez signé Poungi la racaille) a laissé la place à Bastien Vivès ?

Bastien Vivès :
Bonjour ! Je m’appelle Bastien Vives, j'ai 24 ans, je mesure 1m76, je suis brun, yeux marrons, j’aime le sport, le cinéma, la musique et rigoler entre amis. J’avais utilisé le pseudo Chanmax, car lorsque j’avais fini le premier Poungi cela m’était apparu comme une évidence de prendre un pseudo débile, et ensuite quand j’ai fait ma première BD je suis revenu à mon vrai nom, ce qui m’est apparu aussi comme une évidence !!!

Sceneario.com : Votre actualité, c'est Le goût du chlore... Comment vous est venue cette idée de scénario et quelle est la part autobiographique de ce récit ?!

Bastien Vivès :
J’ai écrit cette histoire en juin 2007 durant Hollywood Jan et tout est allé très très vite car suite à certains évènements, il fallait que je m’occupe [...]

Lire la suite ›