Poil de carotte de Jules Renard

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Ex-Libris

Genre :

Adaptation

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782756010700

Résumé de l'album Poil de carotte de Jules Renard

Chez lui, on l'appelle "Poil de Carotte", un petit "nom d'amour" parait-il, néanmoins, ça ne l'empêche pas d'être régulièrement humilié par sa mère et ses proches pour la simple raison qu'il est roux. Il se résigne, mais il arrive en contre partie à profiter de certains moments, de complicité avec son frère et sa sœur, ou avec son père... Parfois...

Par Fredgri, le 13/03/2016

Notre avis sur l'album Poil de carotte de Jules Renard

Pour cette nouvelle adaptation du roman de Jules Renard, Corbeyran s'est associé à Renaud Collard pour nous proposer un agréable album qui nous présente le quotidien de ce garçon stigmatisé à cause de la couleur de ses cheveux.

Toutefois, le ton est assez détendu, malgré les petites humiliations que subit le "héros". Car, en effet, l'accent est mis sur la mise à l'écart que subit Poil de Carotte, mais il apparait vite qu'il se résigne et s’accommode de ces doigts pointés, arrivant à régulièrement passer de très bons moments avec son frère, sa sœur ou son père.
En contre partie, les 11 chapitres de cet album insistent sur cet état de fait en brossant un quotidien des plus banals en fin de compte, sans forcément provoquer l'empathie chez le lecteur, au contraire de l’œuvre originale. C'est peut-être du au graphisme, pourtant de très bonne facture, de Renaud Collard, qui mise davantage sur approche presque cartoony, ce qui a tendance à dédramatiser la plupart des ambiances !

On obtient donc un très sympathique album, assez léger globalement (mis à part quelques séquences comme le moment ou Poil de Carotte doit tuer deux pigeons !), qui se lit très bien !

Par , le

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›