PLUS BELLE LA VIE #1 Mémoires brûlées

voir la série PLUS BELLE LA VIE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

VENTS D'OUEST

Genre :

Fiction

Sortie :
ISBN : 9782749304724

Résumé de l'album Mémoires brûlées


Un énorme incendie ravage les hauteurs de Marseille alors au Bar du Mistral, les conversations vont bon train. Pourtant, le sujet d’actualité va vite changer lorsque deux motards vont faire irruption et demander de manière brutale à voir Nadèle qu’ils disent savoir être là. Heureusement, Mulatier, le policier, était dans le coin et sa présence aura suffi pour faire déguerpir les deux gêneurs. Mais ces derniers ne vont pas s’en tenir à ce revers et viendront gâcher la petite fête qui allait le soir même animer le bar : une sorte de radio-crochet en hommage à Iris Lenoir, chanteuse disparue mère de Thomas, un habitué du Mistral...

Nadèle sait qu’elle n’est pas en sécurité. Il faut dire que son parcours n’est pas banal et que si elle recherche son frère qu’elle n’a plus revu depuis plus d’une dizaine d’années, son destin semble aussi pendu aux activités qui animent un énorme yacht mouillant au large de la cité phocéenne...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Mémoires brûlées


Connu aussi par ses initiales PBLV, le feuilleton télévisé quotidien français Plus belle la vie met en scène des habitants d’un quartier imaginaire de Marseille : le Mistral. Depuis fin août 2004, sur France 3, cette série a connu un succès grandissant ce qui lui a permis de franchir la barre du millier d’épisodes réalisés et de se faire une place de choix, en prime time, sur la grille télé.

Fort de ce succès, différents produits dérivés ont vu le jour. Un jeu vidéo, par exemple, mais aussi tout un panel d’objets comme des T-shirts ou des mugs, rendus disponibles dans des points de vente encore actuellement peu nombreux mais forçant le respect devant ce titre qui est devenu une marque, un label.

Cette popularité ne pouvait logiquement pas s’arrêter en si bon chemin, il n’est pas surprenant de voir à son tour le monde de l’édition s’intéresser au phénomène. Ce sont les éditions Vents d’Ouest qui ont ainsi accueilli dans leur catalogue l’adaptation en bandes dessinées d’épisodes de la série et le tout premier tome de la version papier, intitulé "Mémoires brûlées", permettra de mesurer la qualité de l’accueil fait par le public à cette nouvelle diversification de PBLV.

Bien des atouts sont à reconnaître à ce premier opus. Une bonne chose ! L’histoire, tout d’abord, parce qu’elle mêle, comme ses sœurs portées au petit écran, la normalité du quotidien du Mistral et des situations extraordinaires cependant loin d’être de la science fiction ou du grand n’importe quoi. On a donc droit à des aventures dignes d’exister en bande dessinée, terrain propice à rebondissements... Le dessin, ensuite, naturellement (dirais-je) confié à Jean-Michel Ponzio à qui l’on doit déjà des séries comme Genetiks (Futuropolis) ou Le complexe du chimpanzé (Dargaud) dans lesquelles il a déjà montré son talent à travailler d’après photos. Avec un résultat qui peut parfois gêner mais qui ici rend finalement hommage au fait que PBLV est avant tout une série de films... Avec un résultat qui aura donc peut-être plus de chances d’interpeller les lecteurs habituellement pas trop attirés par la BD.

Fans de Michel Cordes, de Sylvie Flepp, de Colette Renard, de Dounia Coesens, d’Ambroise Michel ou encore d’Aurélie Vaneck, éteignez votre poste et allez donc voir dans les rayons de votre librairie : vous y découvrirez une autre manière de suivre votre feuilleton préféré !
 

Par , le

Les albums de la série PLUS BELLE LA VIE

Nos interviews liées

Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio nous parlent de Genetiks

Sceneario.com : Richard Marazano, Jean-Michel Ponzio, bonjour et bienvenue sur Sceneario.com. Tous les deux vous avez un parcours qui au départ ne vous destinaient pas forcément à faire de la bande dessinée. Qu’est ce qui vous a donné envie d’entrer dans cet univers ? Que représente aujourd’hui pour vous la bande dessinée, un métier, une passion… ?
Richard Marazano : Depuis tout gamin, j’ai toujours lu de la bande dessinée. Lorsque j’en suis venu à m’exprimer au travers de différents media, il m’a semblé tout a fait naturel de le faire également dans un « langage bande dessinée ». En débutant je n’imaginais évidemment pas que cela allait devenir un métier si prenant et si enrichissant à la fois. En effet, aujourd’hui la bande dessinée est pour moi un métier (puisque mon travail en bande dessinée me prend tout mon temps et me fait vivre, et que cela nécessite pour moi des réflexions et un apprentissage quotidien), mais également une passion sans laquelle ce genre d’investissement personnel ne serait pas possible [...]

Lire la suite ›