PLATINUM END #2 Volume 2

voir la série PLATINUM END
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

KAZE

Genre :

Ado

Fantastique

Manga

Shonen

Sortie :
ISBN : 9782820324948

Résumé de l'album Volume 2

Mirai a été transpercé par la flèche rouge de Saki. La lycéenne ne savait pas encore que le garçon était, de toute façon, très amoureux d’elle ! Qu’importe, ils font maintenant équipe dans la quête du prochain Dieu.

Cela va leur être utile pour affronter l’épreuve qui s’annonce. Metropoliman fait une annonce de premier ordre à la télévision. Il invite ses onze concurrents à le retrouver au stade de baseball Jinbô afin de trouver une solution pacifique et former une équipe. Le public est, bien sûr, invité et c’est un stade bondé qui attend les prétendants.

Mais faut-il se faire connaître au milieu de la foule ? Metropoliman ne tend-il pas un piège à ses adversaires ?

Par Legoffe, le 01/12/2016

Notre avis sur l'album Volume 2

Après un premier tome introduisant l’histoire, il était temps de voir ce que la série avait vraiment dans le ventre grâce à ce nouvel épisode. Rien de mieux, pour cela, que la tournure que prend le récit avec le rendez-vous donné par Metropoliman aux autres candidats dans un stade. Un tel événement doit offrir du spectacle et de la tension.

Et cela s’avère assez vrai. Nous assistons, d’une part, aux échanges du dangereux « héros » face à ses rivaux, et à son vicieux stratagème. Mais la tension vient aussi du fait que Mirai et Saki hésitent à se faire connaître de Metropoliman, qui sait bien comment faire craquer les adversaires. Une guerre psychologique parfaitement dans la veine de ce que proposent généralement Ohba et Obata.

Pour le reste, en revanche, le livre n’est pas vraiment à la hauteur de la réputation des auteurs. L’histoire a du mal à prendre racine et les personnages sonnent assez faux. Mirai s’avère niais et Saki n’a absolument aucun charisme. Elle ressemble à une froide étrangère, quasiment dépourvue d’émotion. Les anges ne sont guère plus attachants. D’autres éléments assez improbables (comme le fait que plusieurs candidats au poste de Dieu se connaissent déjà) n’arrangent rien à la crédibilité du scénario.

C’est dommage car le postulat de départ promettait un manga intéressant. Comme quoi, même des auteurs expérimentés peuvent passer à côté de leur sujet. Certes, cela reste une série très correcte, qui devrait plaire aux ados. Mais, après l’excellent Bakuman, on ne peut s’empêcher d’être déçus.

Par , le

Les albums de la série PLATINUM END