Pinocchio

Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :





Éditions :

LES REQUINS MARTEAUX

Genre :

Adaptation

Humour Noir

Sortie :
ISBN : 9782849610671

Résumé de l'album Pinocchio

Fier de sa toute nouvel création, un robot, un inventeur se précipite présenter les plans de sa nouveauté à l’armée. Laissé à sa femme, le petit robot victime d’un dysfonctionnement révèle ses fonctions cachés, il s’agit en fait d’une terrible arme. La femme de l’inventeur s’en retrouve victime, et voilà le robot partit à l’aventure seul. Malheureusement, victime de sa nature, le robot à travers maintes péripéties ne va pas vraiment faire le bien autour de lui…

Par Vincentb, le NC

Notre avis sur l'album Pinocchio

Evidemment inspiré de la célèbre œuvre de Carlo Collodi, ce Pinocchio de Winshluss prend bien des libertés par rapport à l’œuvre original. En fait, cette bande dessinée doit plutôt être perçue comme une réécriture du mythe qu’est l’histoire de Pinocchio. Ici, tout est habilement détourner pour au final raconter une histoire tout autre que celle de Collodi, ou en tout cas des adaptations qui en ont pour l’instant été faites.
Ici, Jimini est un cafard looser pseudo écrivain qui en fait n’arrive à formuler ce qu’il veut que dans ses rêves ou complètement bourré, Pinocchio est une machine de guerre redoutable qui sème la mort, malencontreusement, autour de lui, Geppeto est un inventeur avide d’argent qui veut vendre sa terrible arme de guerre…
Bref, on est bien loin d’une histoire pour les enfants, l’œuvre de Winshluss s’avère en fait extrêmement cynique (avec parfois un brin d’humour noir délectable) et sombre entre nazisme, alcool, fanatisme, pédophilie et autres obsédés sexuels.
D’ailleurs, le sexe prend une part relativement importante dans l’œuvre, et ce en partie de part l’apparition d’un autre conte très célèbre : Blanche Neige et les Sept Nains, qui forme une autre réécriture de conte au sein de ce Pinocchio.
Malgré un dessin cartoonesque très réussi, dans un style très après guerre, Winschluss parvient à raconter son histoire d’une manière terriblement efficace dans cette bande dessinée quasi-muette. En fait, seules les planches (en noir et blanc) faisant intervenir Jimini qui ponctuent le récit en interludes ont des dialogues. De temps en temps, l’auteur se permet aussi de nous offrir de superbes illustrations au crayon pleine page qui valent vraiment le coup d’œil.
Une œuvre superbe, réécriture habile d’une histoire populaire célébrissime, qui ne vous laissera pas indifférent.

Par , le

Quelle incroyable lecture !
Dès les premières pages, on est précipité dans un univers parallèle, un univers ou tout est détourné, presque perverti, avec intelligence.
Car il s'agit bien de ça. Winshluss reprend cette histoire mille et une fois racontée, il se débarrasse de ce vernis nian nian pour ne garder que sa substance, sur laquelle il colle tout un tas de thématiques, de nouvelles idées piquées par-ci par-là. A la finale, ce Pinocchio lui permet alors de parler du monde qui l'entoure, de rire de tout, d'être même assez méchant. On y aborde le sexe, la violence, la manipulation, la mutation, l'alcool etc.
Cet album est un fourmillement d'idées avec des mises en page réellement originales, des changements de style, des détournements qui, au premier abord, ne semblent pas s'intégrer à l'intrigue, mais qui prennent progressivement tout leur sens...
Découvrez, sans plus attendre ce gros volume.
On est quand même dans une BD d'adulte, ne serait-ce qu'au vue des thématiques abordées, du graphisme très indé de Winshluss. L'auteur pervertie donc la matière qui lui sert de base, il déshumanise le pantin qui perd ainsi complètement son côté petit garçon à la découverte du monde, Gepetto devient un vieil alcolo complètement paumé, Jimini s'en fout complètement de Pinocchio, c'est juste l'occasion d'avoir un "appart' gratos, Blanche Neige ne verra jamais son Prince Charmant et elle aura bien du mal à se débarrasser de ces nains...
Pas de doute, on retrouve le Winshluss de Mr Ferraille, celui qui aime tordre la matière populaire, qui aime y mélanger des éléments complètement décalés. Un artiste en plein essor qu'il faut absolument lire.
Alors, oui, en effet, sous des dehors un peu potaches, cette BD n'est pas toujours très drôle, voir même parfois glauque. Néanmoins, tout son "dynamisme" vient justement de ce cynisme échevelé qui part dans tout les sens, qui regarde le monde alentours en pointant le doigt.
C'est vrai que l'on perd en magie, en illusion, en espoir, car ici, tout est justement sombre et "désespéré". Le monde qui se reflète dans cet album est un monde rempli de boue, de ruines, d'épaves qui dégueulent dans une ruelle tandis que les vapeurs radio-actives envahissent l'air... Ça n'est, apparemment, pas très joyeux, mais d'un autre côté, nous sommes encore dans un contexte de fables, qu'on peut se raconter entre amis. Il n'y a peut-être plus de Prince Charmant, de happy end, de belles princesse qui vieilli gentiment en ayant une ribambelle de gamin, mais les loups sont toujours là, à guetter, tandis que les "héros" ont définitivement perdu leur innocence. On vous a prévenu, Pinocchio c'est particulièrement cynique ! Mais c'est surtout très intelligent et pertinent. Chaque page est un véritable régal, avec quelques fois des moments assez profonds et d'autres bourrés d'humour le plus acerbe.

En attendant, un chef d'œuvre à avoir de toute urgence.

Par , le

Nos interviews liées

PIXEL VENGEUR ET FRED FELDER

  Camille pour Sceneario.com: En septembre 2016, le dessinateur Pixel Vengeur et le scénariste Fabcaro reprennent la série des nouvelles aventures de Gai-Luron (Tome 1, Gai-Luron sent que tout lui échappe, Éd. Fluide Glacial), créée à la base par Marcel Gotlib.  Mais pour le second tome c’est Fred Felder qui s’est occupé du scénario. Le tout édité bien sûr chez Fluide Glacial.  Lors du FIBD, ce fût pour moi, l’occasion de rencontrer ces auteurs dans un salon de tatouage.    Sceneario.com: Salut Fred et Pixel Vengeur, tout d’abord comment vous êtes- vous rencontré ?  Pixel Vengeur: En 2010, on a publié chacun un livre dans une nouvelle maison d’édition: DESINGE & HUGO & Co.  n a passé tout un Angoulême ensemble où on s\'est marrés comme des singes [...]

Lire la suite ›

Frédéric Felder et Olivier Besseron, auteurs de Mélo Biélo

Sceneario.com : Bonjour, Camarades ! Et spassiba accepter interrogatoire Sceneario.com ! Votre BD Mélo Biélo très bonne, alors dommage si lecteurs passer à côté ! Des lecteurs qui ne vous connaissent peut-être pas bien, d’ailleurs, voire pas du tout, même si à l’exposition permanente du Musée de la BD d’Angoulême (excusez du peu !) on peut voir un dessin d’Olivier Besseron, sur la couverture d’un exemplaire de la revue Ferraille... Car c’est bien par là qu’il faut chercher vos débuts dans la BD, non ? Ferraille, Les Requins Marteaux... Alors dites-nous un peu, l’un et l’autre, qui vous êtes et quel a été jusqu’à aujourd’hui votre parcours artistique...
Frédéric Felder : Bonjour, Scenario.com. Hummm... Par où commencer ? J’ai fait mes classes avec Cizo et Winshluss, dans un fanzine des plus formateurs, UPSA COMIX, qui a d’ailleurs été réédité par Indus Valley [...]

Lire la suite ›