Pierre qui roule

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Collection :

Rivages - Noir

Genre :

Adaptation

Polar

Sortie :
ISBN : 9782203384019

Résumé de l'album Pierre qui roule

Juin 1969, New York, U.S.A.
John Dortmunder sort de prison où il y a passé 4 ans. Dehors, il retrouve Andy Kelp qui lui propose un coup : voler une émeraude pour le compte d'un pays africain.
Dortmunder ne le sent pas trop ce coup, mais il se décide à le préparer. Et surtout, il faut recruter d'autres gars.
Mais cela ne va pas être une partie de plaisir...

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Pierre qui roule

La collection Rivages a vu le jour en 1986. Depuis, elle a fait son chemin et propose des romans policiers et des auteurs confirmés comme Jim Thompson (les arnaqueurs), Dennis Lehane (Mystic River, Gone baby gone), Elmore Leonard (Punch Creole), James Ellroy( Le quatuor de Los Angeles, La trilogie Lloyd Hopkins), Tony Hillerman (Coyote Attends, Le vent sombre, Le premier aigle) et bien d'autres encore.

En 2008, elle s'associe à Casterman pour proposer une nouvelle collection d'adaptation de certains de ses romans.

Ce mois de mai voit donc apparaitre chez vos libraires quatre nouveaux titres de cette collection : Pauvres zhéros de Baru et Pierre Pelot, Nuit de Fureur par Miles Hyman et Matz d'après Jim Thompson, Sur les Quais de Van Linthout et Rodolphe d'après Budd Schulberg ainsi que Pierre qui roule de Lax d'après Donald Westlake.
C'est donc de ce dernier que nous allons parler.

Lax, après Le Choucas et L'aigle sans orteils (Dupuis) va encore changer de style graphique pour adapter le roman de Westlake qui est donc la première aventure du cambrioleur John Archibald Dortmunder.
Je ne connaissais pas les romans de Westlake et je dois dire que j'ai été agréablement surpris lors de la lecture cette adaptation. L'auteur a fait du très bon travail. Je pense qu'il a dû faire honneur au récit de Westlake et à ses personnages. Que ce soit Dortmunder, Kelp, Murch ou Greenwood, ils nous sont déjà sympathiques. Même, ce qu'a réussi Lax ici, c'est qu'il a su nous donner envie de se plonger dans les autres romans où l'on retrouve Dortmunder. Je trouve que les (més)aventures de Dortmunder valent vraiment le détour. Il y a un humour, une ambiance qui rendent un bel hommage à ce genre de polar. D'ailleurs, je ne sais pas comment Lax a réussi ce coup là, mais, on a l'impression de voir un film policier des années 1970, tant il a bien rendu le New York de ces années-là. Son  nouveau style graphique va en étonner plus d'un. Certaines scènes sont grandioses comme le vol au musée, l'attaque de la prison ou de l'asile. Bref, je vous laisse découvrir par vous mêmes toutes ces scènes.
Pour ma part, je vous conseille fortement ce récit, vous ne serez pas déçus, j'en suis sûr et vous verrez que vous en réclamerez encore plus ! Pierre qui roule est un de mes coups de cœur du mois de mai !
A noter qu'une adaptation cinématographique de ce roman fut réalisée en 1972 par Peter Yates avec Robert Redford dans le rôle de Dortmunder sous le titre Les quatre malfrats.

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec Christian Lax

Interview réalisée par Melville et Placido à Angoulême à l’occasion du 39ème Festival International de la bande dessinée (janvier 2012).


Sceneario.com : Pain d’alouette est la suite de L’Aigle sans orteils sans toutefois réellement l’être. Comment est né votre projet ?
Christian Lax : Quand j’ai fais L’Aigle sans orteils je ne l’avais pas conçu comme pouvant avoir une suite mais vraiment comme un one shot, pour preuve la disparition d’Amédée. Mais il y a eu deux principales raisons pour lesquelles j’ai rebondis. La première est tout bêtement mercantile, comme L’Aigle… avait bien marché je me suis dit qu’il y avait peut-être un sillon à creuser. La seconde est que j’aime le vélo (c’est un sport que je pratique) et j’avais envie de revenir dans cet univers du cyclisme et de cette époque de l’entre-deux guerres, donc pourquoi pas raccrocher cette histoire à L’Aigle… de manière à avoir une « œuvre » qui se tienne un peu [...]

Lire la suite ›