Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Fantastique

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782302016132

Résumé de l'album Suzan

Quelques trente ans après ce qu'il a vécu sur l'île, Kameron est à nouveau sujet à des crises de plus en plus fréquentes qui le font physiquement disparaître et réapparaître dans une lueur verdâtre. Mais cette fois-ci, compte tenu des profondes séquelles, il est hospitalisé.

De son côté Jon est de retour à Los Angeles après un périple parisien tumultueux. Mais à peine a-t-il consulté son ami médecin Bobby, qu'il se voit à nouveau pris pour cible par des êtres cauchemardesques d'une autre dimension.

Par ailleurs, au centre psychiatrique de San Francisco, le patient Fincher se voit l'objet de toutes les attentions de la part de Suzan Ventler à la suite de sa crise de démence dont il a été dernièrement la victime et qui causé de nombreux dégâts. Qui plus est, quand ce dernier disparaît bizarrement de l'asile, la jeune femme se met en quête d'éléments qui pourraient lui permettre de mieux cerner la personnalité de cet étrange petit individu.

Tout semble lié à une expérience réalisée il y a trois décades ! Laquelle et pourquoi aujourd'hui, un tel cauchemar ?

Par Phibes, le 01/06/2011

Notre avis sur l'album Suzan

Jean-Charles Gaudin nous avait très agréablement surpris pour ne pas dire saisi, avec le premier épisode de ce thriller pour le moins fantastique. En effet, au regard de l'intrigue pesante qu'il mettait en place, liée à une expérience trentenaire mystérieuse, il nous plongeait adroitement dans un profond questionnement. En ce mois de juin, nous le retrouvons donc enfin pour la suite des péripéties.

Ce deuxième épisode se veut, pour notre plus grand plaisir, de la même trempe que le précédent. Bien qu'il ne donne pas pour l'instant les raisons exactes de ce chambardement hallucinant, de ces sauts aléatoires dans des dimensions ténébreuses où sévissent des zombies massacreurs, le scénariste modèle son scénario de façon à conserver une oppression perpétuelle via l'évocation des mésaventures de certains protagonistes tels que Jon et Fincher, le mystérieux meurtrier à la seringue auxquels se rajoute ici Kameron. Aussi, l'incompréhensibilité des faits, qui plus est très surprenants, à la limite de l'horreur, nous assure un récit captivant, intense, dans lequel les effets, les scènes chocs, inattendues, qui sont égrainés fantastiquement, ont un intérêt des plus flagrants.

Comme son sous-titre l'indique, cet opus est dédié à Suzan, la jeune missionnée du centre psychiatrique de San Francisco. Ainsi, Jon cède un tant soit peu sa place de personnage principal (du premier tome) au profit de cette dernière et de Fincher, l'énigmatique pensionnaire de l'asile. Par leur biais, c'est l'analyse de la personnalité troublée du chétif papi, présente et surtout passée, qui nous est dévoilée. Mais là aussi, tout n'est pas dit (il est fort le Jean-Charles !) si bien que le lecteur restera sur sa faim... et même subira au final une nouvelle relance scénaristique.

Depuis Le Feul, l'évolution du trait de Frédéric Peynet est vraiment convaincante. Sa quête de réalisme atteint aujourd'hui des proportions exceptionnelles quasi-photographiques. Les décors (urbains) sont là pour le prouver, qu'il réalise dans une justesse et dans une soif de détails formidablement positives. Il va de soi que ses personnages ont aussi un charisme qu'il est loin de dénigrer, tant leurs expressions et leurs attitudes sont explicites. Pareillement, ce dessinateur averti sait verser dans des univers irréels, glauques, angoissants, mortifères, il le fait remarquablement, là aussi dans des évocations bien maîtrisées.

Un deuxième opus extrême réalisé par un duo d'auteurs avertis, qui conserve toute l'intensité du premier épisode mais qui ne dévoile pas encore les dessous horrifiques de la mystérieuse expérimentation. Frissons garantis !

Par , le

Les albums de la série PHOENIX

Nos interviews liées

Jean-Charles Gaudin et Frédéric Peynet

Sceneario.com : Au mois d'août prochain, sort Phoenix, votre dernier "nouveau-né" à tous les deux, thriller moderne aux ambiances fantastiques. Après Le Feul, votre association semble se péréniser ? Comment traduisez-vous le travail de l'autre ?
Jean-Charles GAUDIN : Je connais Frédéric depuis pas mal d’années et je l’avais vu arriver avec une bd complète et de somptueuses illustrations pour l’examen de son école. Il était plus qu’évident que Frédéric Peynet avait un talent fou. J’ai eu de suite envie de travailler avec lui. Depuis, il a progressé pour arriver à ce trait si précis et si séduisant. Je suis toujours aussi stupéfait de ses planches. Tous les détails y sont sans alourdir le propos. Son trait est à la fois efficace et élégant. Pour moi, Frédéric Peynet est un grand du 9ème art !
Frédéric PEYNET : Jean-Charles et moi nous connaissons depuis 1997 [...]

Lire la suite ›

Frédéric PEYNET et sa série Le Feul

Sceneario.com : Bonjour Frédéric, afin de faire plus ample connaissance, pourriez-vous nous expliciter votre parcours d'auteur au sein du 9ème art ?
Frédéric Peynet : J'ai débuté en 1999, chez Pointe Noire, aux côtés de la scénariste Isabelle Plongeon. Nous avons publié « Les Apatrides », un tome qui resta sans suite pour cause de faillite de l'éditeur. Parallèlement, toujours avec Isabelle, nous avons créé une trilogie intitulée « Toran », parue chez Nucléa entre 2001 et 2003. Puis j'ai rencontré Jean-Luc Istin qui démarrait « Les Contes du Korrigan » et cherchait des dessinateurs pour illustrer les histoires des frères Le Breton. Ce fut l'occasion pour moi d'entrer chez Soleil par le biais d'un album collectif. Comme je connaissais déjà Jean-Charles Gaudin depuis quelques années, et que l'envie de créer une série tous les deux était présente, nous avons lancé « Le Feul » dont le dernier tome est sorti mi janvier [...]

Lire la suite ›

Jean-Charles Gaudin

Sceneario.com: Peux-tu te présenter et nous dire ton parcours en tant que scénariste ?
Jean-Charles Gaudin :
J’ai commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. C’est là que j’ai appris l’écriture de scénarios. Le fait de réaliser moi-même m’a fait progresser sur les choses qui fonctionnent à l’écrit et qui marchent moins bien une fois en images. La BD est venue par la suite. C’est Crisse qui, au sortir d’une de mes projections de film, m’a tendu la perche. Je l’ai saisie et voilà…

Sceneario.com : Comment s’est effectuée ta rencontre avec Trichet ?
Jean-Charles Gaudin :
Trichet faisait partie de ces dessinateurs assidus à une réunion que nous organisons tous les mois dans un café de la Roche sur Yon en Vendée. Je commençais tout juste mes travaux sur MARLYSA [...]

Lire la suite ›