PAROLES DE POILUS #1 Lettres et carnets du front 1914-1918

voir la série PAROLES DE POILUS

Résumé de l'album Lettres et carnets du front 1914-1918

Paroles de Poilus, ce sont vingt lettres de soldats adaptées par les plus grands dessinateurs de la Bande Dessinée.

Par Aub, le NC

Notre avis sur l'album Lettres et carnets du front 1914-1918

Voilà un album qui ne laisse pas indifférent tout au long de la lecture, mais surtout lorsque l'on en tourne la dernière page et qu'on le repose. J'ai été captivé, pris, émerveillé, mais j'ai été aussi ému, tremblant et j'ai eu le coeur noué, en lisant cet ouvrage absolument superbe.
L'idée est simple et quelque peu déjà faite pour divers thèmes, mais une fois de plus un album de ce type a vraiment le mérite de voir le jour, car à mon avis il fait un peu partie de ce qui nous permettra de ne jamais, jamais oublier les horreurs de la première guerre mondiale.
Au moment où j'écris ces quelques lignes, il ne reste en France que 4 "poilus". Se sont les 4 dernières personnes qui ont vécu cette vie dans les tranchées. Pour moi, cet ouvrage est un hommage supplémentaire à ces hommes qui ont vécu ces moments peu glorieux de notre histoire.
Les 27 auteurs qui ont été choisis pour travailler sur les 20 textes sélectionnés ont réalisé chacun dans leur style un travail absolument grandiose et magnifique. Chacun a travaillé au plus près des textes sans les déformer, sans les trahir, et rien que pour ça, merci et bravo.
L'aventure de cet ouvrage a en fait commencé de l'envie de fêter le 80° anniversaire de l'Armistice de 1918. Radio France, en la personne de Jean-Pierre Guéno, a lancé à ses auditeurs un appel afin qu'ils envoient des lettres de combattants de la première guerre mondiale. Véritable trésor de témoignages d'une page sombre de notre histoire, ces lettres ont été réunies et publiées dans un livre déjà vendu à plus d'1,5 millions d'exemplaires.
Soleil et France Inter se sont associés pour mettre cet ouvrage en images. Une vraiment très belle initiative qui mérite que l'on s'y arrête tous.

Par , le

La grande guerre, la « der des ders » comme on aimait bien la nommer, inspire de nombreuses personnalités artistiques. Aujourd’hui encore, vient s’ajouter un nouveau Paroles de poilus au flot éditorial. Cette fois, il s’agit d’un collectif de courts récits en bandes dessinées adaptées des lettres écrites par les poilus durant la guerre de 14/18, celles-là même qui furent mises en avant par Jean-Pierre Guéno (directeur des éditions Radio France), avec Yves Laplume en 1998, dans un volume de la collection Librio (1) un ouvrage qui fit date, à la fois référence et outil pédagogique.
2006 réunit les volontés de Soleil et de France Inter
Les deux éditeurs s’associent pour publier un ouvrage superbe, tant dans sa mise en page et sa fabrication que dans son contenu et la mise en valeur des lettres exploitées par les dessinateurs. Ils sont 20, choisis pour illustrer 20 lettres auxquelles s‘ajoutent 7 illustrations de Lidwine, et une illustration de couverture signée par Lauffray.
Selon les sensibilités de chacun le ton sera plus ou moins lourd. Ainsi l’illustration de Juanjo Guarnido est un vrai choc visuel. Pas d’échappatoire possible, l’image est terrible, le poids des mots est immédiatement visible avec la représentation de cet amas de corps d’hommes à qui on a enlevé la vie et parfois l’habit, ainsi ce cadavre, dessiné au dessus des autres, le corps flasque, sans force, sans muscle, le sexe nu devenu inutile. Le dessin montre à quel point la vie n’a plus de sens jusque dans ses derniers symboles. Parmi les auteurs les plus incisifs dans leur interprétation, la bande de Gimenez est terrible également, ainsi que celle de Biancarelli dont je n’apprécie habituellement pas le réalisme trop proche d’un travail photographique.
Et puis, car il faut toujours un peu de dérision, la bande de Farid Boudjellal nous rappelle combien le monde ne change pas, ni dans ses inepties, ni dans ses lourdeurs administratives. Le compteur à gaz sera donc la tranche d’humour noir de ce recueil qui se veut fidèle à la réalité.
L’humour le plus pur y est également présent et même si le dessin au trait des frères Jouvray est mis en couleurs très sombres par Anne-Claire, le ton est réellement drôle et on s’imagine tout autant que l’auteur de la lettre une jolie vache déguisée en fleur, euh... non, en cheval pour une nuit !
Les différents styles se marient parfaitement, les peintures directes côtoient de près les bichromies, les noirs et blancs se mélangent aux aquarelles, toutes les libertés sont permises sauf celle de changer les textes. Chacun des auteurs a scrupuleusement restitué les lettres ou sont restés muets comme la bande dessinée d’Emmanuel Lepage.
Après cet ouvrage conçu pour le mérite, on ne pourra certainement plus mettre à mal les travaux dits de commande qui prouvent ici que la part de créativité reste entière pourvu qu’on lui en laisse le temps et les moyens. Les auteurs ont réalisé un très beau livre et c’est avec admiration que je replonge dans leurs pages.
Bravo à tous avec une émotion de plaisir non dissimulé pour le travail de De Metter, Kristiansen ou encore N’guessan et Bajram. La larme a coulé sur le dessin de Parnotte , Mallié et Bourgier. La révolte, la colère et l’horreur s’unissent de concert aux dessins de Guarnido et Giménez. Le sourire s’affiche grâce à Farid Boudjellal, la famille Jouvray, Hérenguel. Un profond ressentiment en regard des planches de Biancarelli et de Bramanti. L’imagination de Cromwell, de Alary, et de Severin font figures de proue. Et à la poupe, le dessin sobre et parlant de Penet et le temps d’une trêve, quand le temps se suspend, l’espoir est figé par Adrien Floch ou encore par Emmanuel Lepage avec ses couleurs ensoleillées... celles de la prochaine armistice ?
L’hommage artistique

Bien entendu, la bande dessinée n’a pas attendu cet ouvrage pour rendre hommage aux poilus aussi il convient de rappeler quelques titres pouvant attirer l’attention d’un lecteur désireux d’aller plus loin (liste non exhaustive) : Ex Voto de Rabaté (Vents d’Ouest),C’était la guerre des tranchées, ou encore Soldat Varlot, Le trou d’Obus et La véritable histoire du soldat inconnu de Jacques Tardi chez différents éditeurs, Le front de Nicolas Juncker (Milan), La tranchée de Christophe Marchetti et Virginie Cady (Vents d’Ouest), La ligne de front - tome 1 d’Une aventure rocambolesque de Vincent Van Gogh de Larcenet (Dargaud), Le sang des Valentines de Christian De Metter et Catel (Casterman), La lecture des Runes de David B (Dupuis), Dix de der, L’ombre du corbeau de Didier Comès (Le Lombard), La Vigie de Chauzy (Casterman) ou encore Le roi cassé de Dumontheuil chez Casterman. Rayon littérature et cinéma, on se tourne bien évidemment vers les dernières nouveautés qui sont Joyeux noël et Un long dimanche de fiançailles pour les plus connues.
Pour conclure, en écho pour ainsi dire, une toute récente lettre écrite par François Hadji-Lazaro, musicien, seul mode d’expression manquant à l’appel et qui chante dans son dernier album (2) :
« En cet hiver de 1915 , il m’avait dit qu’il vous aimait très fort, c’est arrivé au milieu des plaines, ils ont tiré sans discontinuer. Lui, il a pris un éclat dès les premières salves. Il est retombé dans la tranchée. »
La boucle est bouclée, tous les arts peuvent se rencontrer ou presque grâce à ce magnifique livre donnant envie d’aller encore un peu plus loin.

(1) Paroles de Poilus : Lettres et carnets du front, 1914-1918 (Poche) Documents - numéro 245 - Isbn 2290335347 - J’ai lu - Décembre 2003.
(2) « Aigre Doux » Cd audio sorti en septembre 2006.

Par , le

Les albums de la série PAROLES DE POILUS

Nos interviews liées

Un entretien avec Pierre Alary

Un entretien avec Pierre Alary


Interviewer : Olivier
Image & Son Aubert
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Vincent Mallié

Un entretien avec Vincent Mallié


Interviewer : Berthold
Images et Son : Mathieu et Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Anita Bomba, le retour de l'emmerdeuse

 Un bel entretien avec Cromwell, Catmalou et Josepe lors du festival Quai des Bulles 2014.


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Denis BAJRAM pour Universal War Two (Editions Casterman)

Denis BAJRAM nous parle de son nouvel album, Universal War Two...
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Fabien Nury et Pierre Alary

Sceneario.com : Fabien Nury, Pierre Alary, ce n’est plus la peine de vous présenter, comment vous êtes-vous rencontrés sur le projet Silas Corey ?
Fabien Nury : Par téléphone, on s’est dit qu’on aimerait bien travailler ensemble. J’avais un scénario de prêt, je l’ai fait lire à Pierre, il m’a répondu : Super, ça va être beaucoup de boulot mais on y va.
Sceneario.com : Un scénario qui a pour cadre la première guerre mondiale, après Il était une fois en France, les guerres sont-elles un terreau propice aux histoires ?
Fabien Nury : Ah oui, bien sûr que oui. En tant que territoire de fiction, la guerre est un terreau particulièrement propice. Elle brise des vies, elle crée des destins exceptionnels. La guerre c’est la violence universelle. C’est parfois le règne du mal et c’est assez souvent la dedans que vous pouvez placer des fictions dramatiques [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Emmanuel Lepage

Sceneario.com : Comment définiriez-vous Voyage aux îles de la Désolation ? En lisant votre livre, on a le sentiment d’être face à un récit plus complexe qu’un simple carnet de voyage.
Emmanuel Lepage : Et bien, peut-être en le définissant comme une bande dessinée ?! Ce qu'il est, pour moi : un récit de voyage en bandes dessinées !
Sceneario.com : Vous n’en êtes pas à votre première expérience dans le domaine. En disant cela, je pense à vos illustrations des récits de Nicolas Michel dans Brésil, fragments d’un voyage et America, fragments d’un voyage (Casterman).
Emmanuel Lepage : La démarche était toute différente dans America et Brésil. Les croquis ont été réalisés lors d'un tour du monde de près d'un an en 2000/2001 [...]

Lire la suite ›

Jérôme et Anne-Claire Jouvray nous parlent de La Pès Rekin tome 2

Sceneario.com : Pour commencer, Jérôme, peux-tu nous raconter la naissance de cette série La Pès Rekin ?
Jérôme Jouvray : Il y a eu plusieurs tentatives de la part de Stéphane Presle. Son scénario est écrit depuis longtemps et il a demandé à plusieurs dessinateurs de se pencher dessus pour finalement atterrir dans mes mains. Stéphane est né à La Réunion, il voulait raconter un peu son île mais à sa façon. Au départ, Stéphane n'était pas très sûr de mon dessin pour ce type de récit, plutôt réaliste et dramatique. Moi-même j'ai eu du mal à trouver mes marques… J'ai du me reposer sur ses descriptions, ses envies, ses souvenirs et toutes les photos qu'il a pu me faire passer. J'ai aussi eu la chance de passer quelques jours sur l'île en 2007, ça m'a aidé un petit peu…
Sceneario [...]

Lire la suite ›

Cromwell

Sceneario.com : Cromwell bonjour, ton dernier album, le dernier des Mohicans a été salué par la critique, peux tu nous parler un peu de sa genèse?
Cromwell  Il y a presque trois ans, Clothilde Wu m'a appelé. Elle sait que je suis assez féru de maquettes, elle voulait donc des conseils et des renseignements. Au cours de la discussion, elle m'a parlé de la collection, du format et des auteurs des titres à venir.
Au départ je n’étais pas vraiment intéressé dans la mesure où les adaptations ne m'ont jamais emballé. Les collections des éditeurs comme Delcourt ou autres collent au texte, elles sont institutionnelles et pas vraiment intéressantes. Lorsque j’ai dit ceci à Clothilde elle m’a répondu que ce projet n’avait rien à voir, car il s’agissait d’adaptations vraiment libres. Cela me semblait déjà un peu plus mystérieux, il y avait des choses à explorer [...]

Lire la suite ›

Thierry Demarez pour la Geste des Chevaliers Dragons 7

Sceneario.com: Bonjour, Thierry Démarez. Pouvez vous vous présenter ainsi que votre parcours avant d’arriver à faire de la BD   ?
Thierry Demarez:
Bonjour , mon parcours est assez sinueux mais s' appuie autour d' un tronc commun qui est le graphisme . après un bac Arts Plastiques , je suis parti aux Beaux Arts que j' ai quittés au bout d' une année pour me lancer vers quelque chose de plus " concret " , la maquette volume ( en architecture et prototypes) . puis , j' ai eu mes premiers contacts avec le milieu de l' édition en étant coloriste ; au bout de 2 ans , je me suis lancé dans le décor forain , ma première approche dans le monde de la "fresque" , du très grand format . Puis , j' ai intégré un centre de formation de peintre en décor où je suis devenu plus tard , assitant formateur pendant 2 ans ; l' Opéra Bastille m' a alors ouvert ses portes , toujours pour les décors et enfin , j' ai enchainé avec un Cdi à la Comédie Française en tant que chef d' atelier et je travaille parallèlement mes albums avec cette activité à plein temps [...]

Lire la suite ›

Interview de J. GUARNIDO pour SORCELLERIES

Sceneario.com : Bonjour, et merci du temps que vous nous accordez pour cette interview. Peut-être pourriez-vous vous présenter pour les internautes et présenter votre parcours avant que l’on aborde votre nouvelle série ?
Juanjo Guarnido : Je m’appelle Juanjo GUARNIDO, je suis espagnol. J’ai travaillé longtemps dans le dessin animé, notamment chez Walt Disney. J’ai commencé ma carrière dans la bande dessinée avec la série Blacksad qui comporte trois tomes pour le moment. Je démarre une nouvelle série qui s’appelle Sorcelleries, qui s’adresse plus aux enfants mais qui reste tout public. Sceneario.com : Comment vous est venue l’idée de ce projet Sorcelleries ?
Juanjo Guarnido : J’avais envie de faire quelque chose pour les enfants, notamment pour mes propres enfants, puisqu’ils ne lisent pas mon autre bande dessinée adulte [...]

Lire la suite ›

Mathieu LAUFFRAY pour Long John Silver

Sceneario.com: Quelles sont vos influences ?
Mathieu LAUFFRAY: Je ne sais pas vraiment. Cela paraît simple et pourtant c’est une question compliquée. J’aime beaucoup de chose, j’aime regarder, j’admire les victoires des autres, parfois les miennes quand mon intention passe selon mon souhait . Mais aimer voir et aimer faire sont deux choses différentes.
Je pense qu’aujourd’hui je reviens naturellement vers ce qui m’a fait découvrir la beauté du dessin au tout début. Ce moment de transition entre culture classique et redécouverte de la stylisation. J’aime les écoles françaises et Américaine de la fin du 19e et du début 20e.
Les deux premières bandes dessinées qui on compté pour moi sont « Tintin » et « Little Nemo » de Windsor McKay. Les deux à égales forces et je les cites car elles illustrent un sacré grand écart stylistique ! Or, j’adore les deux [...]

Lire la suite ›

Interview d'Eric Herenguel & Pierre Loyvet

Sceneario : Bonjour Eric et Pierre, comment vous êtes-vous rencontrés et venus à faire ce Krän Univers ?
Eric :
Il faut remonter jusqu'à l'époque de Rouen !

Pierre : Ah oui ! C'est vrai. La première fois que l'on s'est rencontré c'était en 1992, j'avais 12/13 ans et j'étais dans un festival de bande dessinée où Eric dédicaçait son premier album carnivore et il m'avait fait une dédicace. Dans ce festival, il y avait un livre d'or où les visiteurs pouvaient faire des dessins et au moment où j'en faisais un, Eric était à côté de moi et il m'a dit que j'avais un bon coup de patte.

Eric : Il avait un bon coup de crayon pour un gamin de 12 ans qui fait un dessin à main levé et au feutre, c'était vraiment bien. Une espèce de gros barbare, je me souviens très bien [...]

Lire la suite ›

Servitude

Sceneario.com: Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore et décrire ton parcours ?
Eric BOURGIER:
 
Eh bien, bonjour a tous. 
Je suis un homo sapiens assez classique, pour ce qui est de mon parcours il n’a, lui non plus, rien d’extraordinaire et se résume à un arrêt des études au bac puis quelques années de petits boulots qui ont dérivés vers l’illustration et la bd au bout d’un certain temps.

Sceneario.com: J'ai vu que tu avais commencé par faire des illustrations pour le jeu de rôle, qu'est ce que cela apporte avant de faire sa première bande dessinée ?
Eric BOURGIER:
L’illustration a été mon gagne pain pendant deux trois ans avant de commencer live war heroes. La bande dessinée demande un minimum de maturité et de rigueur dans son travail, choses dont j’étais complètement dépourvu a l’époque [...]

Lire la suite ›

Alec SEVERIN

Alban Jarry : Alec Séverin, vous êtes presque le seul auteur à connaître toutes les facettes des métiers de la bande dessinée : Scénariste, dessinateur, éditeur, imprimeur et relieur. Pourquoi une telle spécificité ? Comment vous est venue l’envie de réaliser intégralement la réalisation d’un album ?
Alec Séverin : Le concept DE L'UNIVERS D'HARRY m’oblige à pratiquer tous ces métiers ; IL est constitué de publications de toutes sortes ; les albums de BD édités intentionnellement sous diverses formes, des portfolios et autres ouvrages « d’archives » … Je dois même endosser la veste de critique sous le nom de Harold Raymond, afin de décortiquer « l’antique oeuvrette » … Il faut que tout ça soit crédible et semble sortir du passé …Je suis heureux de jouer tous ces petits rôles …

Alban Jarry : Pouvez-vous parler un peu plus de chaque étape ?
Alec Séverin : J’ai en tête, depuis bien longtemps, l’organisation de cet univers, et la fabrication de livres à l’ancienne m’a toujours amusé ; je reliais les planches de Rusty Riley (découpées dans des « Spirou » incomplets) en jolis albums, alors que je n’avais pas douze ans … Toutes les étapes se chevauchent et s’interpénètrent selon mes envies du moment [...]

Lire la suite ›

Thierry Martin pour

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas?
Thierry Martin:
Je m'appelle donc Thierry Martin, je travailles au jour d'aujourd'hui principalement dans le dessin animée, plus exactement je suis story boarder.

Sceneario.com: Comment vous-êtes vous lancé dans la BD ?
Thierry Martin:
En fait j'ai toujours fait de la bd, sauf que ça resté dans mes cartons, je n'ai jamais trop osé montrer mon travail et puis au début de ma carrière professionnel le dessin animé m'intéressais vivement, jusqu'au jour ou... j'en avais le tour, ça ne comblais plus mes attentes, je voyais aussi que tout cet acquis, le contact avec les animateurs, mon expériences dans le story et surtout mon envie de travailler seul se faisait de plus en plus forte et qu'il étais peut être temps de franchir le pas.


Sceneario.com: Comment as-tu rencontré Jean-Marc Mathis ?
Thierry Martin:
J'ai rencontré Jean-marc en 1989 au beaux arts de Nancy, nous étions dans la même section, communication [...]

Lire la suite ›

des auteurs de BLACKSAD chez Dargaud

SCENEARIO.COM: Bonjour à tous les deux.
SCENEARIO.COM: Blacksad a eu un énorme succès, comment l'expliquez vous ?

Juan DIAZ CANALES: C’est vraiment difficile à expliquer. On ne sait pas pourquoi certaines BDs deviennent un succès et d’autres non. En fait, nous n’avons aucune formule magique pour faire réussir un album. La seule formule qu’on utilise, c’est travailler beaucoup! Il faut se rappeller que tous les deux, nous ne sommes que des débutants dans ce metier.

SCENEARIO.COM: Le 2° tome sort le 22 mars, le temps entre les 2 tomes a été assez long, vous aviez d'autres travaux ?

Juanjo GUARNIDO: Oui, on travaille tous les deux à plein temps dans le domaine du dessin animé, ce qui nous laisse seulement notre soi-disant “temps libre” pour Blacksad, on espère que les lecteurs impatients prendront ça en compte…

SCENEARIO.COM: Avez vous été inspirés par la littérature française, notamment par des auteurs comme Simenon ou des héros comme Nestor Burma, pour la réalisation de "Blacksad" ?

Juan DIAZ CANALES: Je dois avouer que je n’ai jamais lu Simenon (j’espere regler ça bientôt!) [...]

Lire la suite ›

Anne-Claire, Olivier et Jérôme JOUVRAY

SCENEARIO.COM: Anne-Claire, Olivier et Jérôme bonjour
Tous : bonjour !

SCENEARIO.COM: Est ce que vous pouvez rapidement vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ?
Olivier :
Olivier Jouvray, marié, une fille, 32 ans, 1.77m, 95 kgs, profession infographiste et scénariste débutant.

Jerôme : Marié à Anne-Claire, un garçon de 18 mois, 30 ans, en dehors de la BD, je fais aussi de l’illustration (presse, web…) et du dessin animé (habillage TV, web…)

Anne-Claire : Mariée à Jérôme, et donc un petit garçon aussi, 31 ans, en plus de la couleur pour BD, je fais aussi de la déco et du Design.

SCENEARIO [...]

Lire la suite ›

Denis BAJRAM pour UW1, éditions Soleil.

Peux tu te présenter ? Denis Bajram : Est-ce bien intéressant ? Je préfère parler de bande dessinée. Comment es tu arrivé à la BD ? Denis Bajram : En naissant ! Aussi loin que je me souvienne, j'ai un crayon dans les mains et je dessine des pages de BD. Tu as découvert la BD à quel age et avec quoi (de qui) ? Denis Bajram : J'ai appris à lire dans Tintin. Ce fut une révélation, et je reste un énorme fan d'Hergé. Quelles sont tes BD favorites ? Denis Bajram : Une liste de 6000 albums serait une bonne réponse. C'est ce que j'ai chez moi, et chacun de ces albums a une raison d'y être. Ca peut être parce que c'est un absolu chef d'œuvre ou parce que c'est un pilier de la bêtise humaine.Pour faire une liste, non exhaustive, et dans le désordre, côté chef d'oeuvre : Denis Bajram : - Watchmen, V pour Vendetta, From Hell, Swamp Thing d'Alan Moore et ses dessinateurs. - Le voyageur du Mésozoïque de Franquin - Le Journal de Fabrice Neaud - Akira de Katsuhiro Otomo - les 7 Boules de Cristal et le Temple du Soleil d'Hergé - La Fièvre d'Urbicande de Peteers et Schuiten - Livret de Phamille, de Jean Christophe Menu - Daredevil Born Again de Frank Miller et Mazzucchelli - Le Garage hermétique de Moebius [...]

Lire la suite ›