PANDEMONIUM #2 Le tunnel

voir la série PANDEMONIUM
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Sortie :
ISBN : 9782302003026

Résumé de l'album Le tunnel

Depuis qu’elle est soumise à des électrochocs dans le cadre du traitement contre sa tuberculose, Cora a des visions effrayantes. Et si elle sait que d’autres pensionnaires du sanatorium où elle est suivie en ont comme elle, elle se rend compte que malheureusement, ils préfèrent se réfugier dans le déni, comme pour fuir une angoissante évidence...

Maintenant, et chaque fois de plus en plus clairement, Cora entend un train passer, la nuit. Elle a demandé à sa mère si c’était normal, et il aura fallu à cette dernière fouiller dans ses souvenirs pour se rappeler qu’effectivement, une voie ferrée passait à proximité de Waverly Hills.

Doris, la mère de Cora, retrouvera alors cette voie de chemin de fer. Elle la suivra un soir, jusqu’à un tunnel, glauque et chargé d’histoire ; une histoire qu’il ne fait pas bon entendre...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Le tunnel

« Vivre les malheurs d’avance, c’est les subir deux fois. » Cette phrase qu’on a pu lire dans l’œuvre de Barjavel colle tout à fait à la stratégie qu’ont adoptée le scénariste Christophe Bec et le dessinateur Stefano Raffaele pour construire ce second tome de leur série Pandemonium. En effet, c’est sur une séquence qui trouvera écho plus loin que démarre ce second album de la trilogie, nous ramenant 22 ans dans le passé de Doris et Cora en nous faisant les témoins d’horribles scènes de crémation.

Voir ces images, d’entrée, nous vend en quelques sortes (une partie de) la mèche et on pourrait croire qu’alors, l’effet de macabre surprise sera ensuite atténué lorsqu'on se retrouvera à nouveau sur les lieux concernés. Mais non. Et au contraire, cela nous permet de mesurer l’ampleur du drame vers lequel on va voir nos héroïnes se diriger. On aura alors cette angoisse et ces frissons qui parcourent l’échine en sachant qu’elles se dirigent vers ce qui a tout d'un piège ; tout comme lorsqu’on suit, dans un film caméra au point, un personnage promis à l’attaque de quelqu’un ou de quelque chose surgissant d’une zone hors-champ...

Le stress des situations vécues par Doris et sa fille est en effet présent lors de la lecture. En cela, le scénario prouve son efficacité ; une efficacité qui sera appuyée par d’autres scènes tout aussi cauchemardesques, j’ai nommé l’opération de Mr. Coleman, par exemple...

Pandemonium tome 2 n’est pas non plus qu’un florilège de sang et d’épouvante. Si des scènes aux allures plus « en ville » sont parsemées ça et là, on se rend bien compte que le contraste qu’elles imposent renforce encore plus l’enfer qui se vit au sanatorium de Waverly Hills. Enfin, et même si on est laissé en fin d’album sur une séquence emprunte d’un très grand suspense « de bas de page », on aura noté que Cora aura fait un grand pas dans son comportement, communiquant avec le George de ses visions plutôt que de se perdre en hurlements devant ses apparitions.

Ce second tome est donc très fort d’un scénario qui sait construire et équilibrer la frayeur que les auteurs veulent installer. Il est en outre traduit en images par un dessin réaliste de qualité, lui-même mis en couleur de manière intelligente, en relation avec les ambiances.

On aura remarqué que ce tome 2 paraît aux éditions Soleil alors que le précédent avait vu le jour sous le label des Humanoïdes Associés. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les éditions toulonaises accueillent ainsi cette série superbement réalisée qui mérite toute votre attention... si tant est que vous n’êtes pas du genre à vous cacher sous la couverture dès que les scènes les plus insoutenables s’offrent à vos yeux !

Nota : le tome 1 est réédité chez Soleil aussi, avec pour l'occasion une nouvelle maquette.
 

Par , le

Les albums de la série PANDEMONIUM

Nos interviews liées

Christophe BEC réalisateur du court Métrage FRENCHBOY

Sceneario.com : Christophe, d'où vous est venue cette envie de vous lancer dans le cinéma ?
Christophe BEC: Ce n’était pas prémédité. Fabrice Lambot de Metaluna Productions m’a contacté il y a quelques temps, me demandant si j’avais envie d’écrire et réaliser mon propre long-métrage. Nous travaillons auparavant sur un projet de court-métrage Fantastique assez ambitieux « Les Tourbières Noires », pas encore financé, et avant toute chose j’avais besoin de me tester, savoir si cela me plaisait et si j’étais capable de tenir un plateau de Cinéma, d’où ce projet « Frenchboy » autoproduit.
Sceneario.com : Pour autant vous n'allez pas abandonner votre planche à dessin ou l'écriture de scenario pour la Bande Dessinée ?
Christophe BEC: Non, bien-sûr que non [...]

Lire la suite ›

Interview de Christophe BEC, dessinateur de Doppelgänger

Sceneario.com : Christophe, voici le 2° tome de Doppelgänger. C’est Eric Corbeyran qui en est le scénariste, d’après une idée originale de vous-même, pourquoi avoir fait travailler un autre scénariste et ne pas vous être gardé « l’exclusivité » de cette histoire?
Christophe BEC : Parce que je déteste la routine. J’ai démarré ma carrière en temps que dessinateur, ensuite je me suis plutôt orienté vers le scénario, puis auteur complet avec « Prométhée », alors pourquoi pas revenir aux origines et travailler sur le scénario d’un autre !… Et puis c’était une façon de refermer une boucle, Corbeyran était le premier scénariste avec qui j’avais travaillé, nous n’avions fait qu’un album à l’époque, j’avais un sentiment d’inachevé [...]

Lire la suite ›

Diamonds, le Casse 1.

Sceneario.com : Diamond est le tome 1 d’une nouvelle collection, Le Casse, dirigée par David Chauvel. Comment t’es tu retrouvé sur ce projet ?
Christophe Bec : C’est David Chauvel qui m’a fait la proposition, je ne sais pas exactement pourquoi il a pensé à moi, il faudrait le lui demander, mais j’imagine que ce doit être parce qu’il ne me trouve pas trop mauvais scénariste… Pour ma part, j’ai été flatté de cette proposition, même si je n’ai pas dit oui tout de suite. Les « casses de banque » ne faisaient pas vraiment partie de ma culture littéraire ou cinématographique, je lui ai demandé un délai de réflexion, voir si je pouvais trouver une idée suffisamment forte et qui s’inscrive bien dans le concept de la collection. Sceneario.com : Il s’agit donc d’un travail de commande ? Ou alors avais tu un scénario qui s’est trouvé correspondre à cette collection ?
Christophe Bec : Ah non, je ne lui ai pas refourgué du réchauffé [...]

Lire la suite ›

Christophe BEC grosse actu en 2008, mais très grosse actu en 2009...

Sceneario.com : Cette année 2008 a été un peu chargée du coté de ton actu. Ton arrivée chez Soleil, la collection Hanté qui a été lancé, tes sorties avec Bunker tome 2 (Dupuis), Deus tome 1, Pandemonium tome 2, puis de Prométhée tome 1 et de la suite du temps des Loups (le tout chez Soleil). Comment gères tu la collection Hanté avec ton travail de scénariste et aussi de dessinateur, puisque tu es revenu au dessin sur Prométhée ?   Christophe BEC : Chargée ? pas tant que cela, si l’on regarde bien, je travaille en tant que co-scénariste avec Stéphane Betbeder sur deux séries : Bunker et Deus, ce qui allège ma part de travail au moins de moitié, ensuite j’ai réalisé 4 albums en tant que scénariste : Pandémonium et Le Temps des Loups tomes 2, Fontainebleau, un one-shot pour la collection Hanté, mais également Sarah tome 1 que tu as oublié, une série très importante pour moi puisque j’y retrouve mon compère Stefano Raffaele et qui a été remarquablement accueillie par les lecteurs, avec un succès assez inattendu, 15 000 exemplaires vendus du tome 1 [...]

Lire la suite ›

Christophe Bec pour Sarah tome 1 chez Dupuis

Sceneario.com: Comment as tu eu cette idée de scénario?
Christophe BEC:
Alors c’est assez spécial, c’est en voyant une photographie dans un magazine - Paris Match, je crois - où l’on voyait une photo terrible d’un adolescent chinois attaché par une chaîne dans une cave depuis des années, il avait fait sa croissance autour des chaînes qui l’entravaient. Visiblement, il était fou et dangereux, et c’est le seul moyen qu’avaient trouvé ses parents pour éviter ses crises de démences, qu’il s’en prenne à des gens. Sur les parois de la cave, il avait écrit partout le mot « Liberté ».
Lors d’une déjeuner avec mon confrère et ami Stéphane Betbeder, je lui ai parlé de cette photographie qui m’avait profondément marqué. On s’était dit à ce moment-là que ça pourrait être une chouette idée de départ pour un film ou une BD d’horreur [...]

Lire la suite ›

Sanctuaire Remined tome 1

Sceneario.com : Qu’est-ce qui vous a décidé à proposer une adaptation manga de votre série ?
Xavier Dorison : L’une des raisons de ce choix est liée au fait que, lorsque l’on travaille sur une BD franco-belge, on a une place limitée. Il y a une forme d’essentiel, de radicalisme. Le manga permet de développer les univers et les personnages. On savait que Sanctuaire offrait des pistes à emprunter et nous avions le choix des auteurs. Cela est donc apparu comme une bonne idée. En outre, cela permettait d’accompagner le développement de Shôgun mag. Sceneario.com : Aviez-vous des contraintes pour la reprise du scénario ?
Stéphane Betbeder : On avait toute latitude. On ne souhaitait pas faire une simple adaptation mais une réelle interprétation. L’objectif était de s’approprier l’univers de Sanctuaire [...]

Lire la suite ›

Interview de BEC à l'occasion de la sortie de BUNKER...

SCENEARIO : Bonjour Christophe Bec. Tu as une actualité chargée en cette année 2006, et plus particulièrement en ce mois de Septembre. Commençons par parler de ta nouvelle série BUNKER qui paraît le 4 octobre chez Dupuis. Peux tu nous conter la genèse de ce récit?
BEC :
Bunker est un projet que j’ai en chantier depuis pas mal de temps, je crois que la première version a été écrite en 2003. Au départ, c’était juste un concept assez simple : une haute montagne, une frontière, des hélicoptères, un bunker et un dieu invisible et destructeur. Stéphane Betbeder m’a aidé à développer l’univers, à l’enrichir et à essayer de bâtir une histoire dense, ambitieuse et solide à partir de ce point de départ basique.
Puis on est allé faire des repérages sur la Ligne Maginot, pour s’immerger dans l’atmosphère des bunkers et ressentir les choses : l’humidité, l’enfermement, les odeurs de métal [...]

Lire la suite ›