Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Polar

Sortie :
ISBN : 9782205073812

Résumé de l'album Rwanda

Pour se débarasser de son passé Paci n'a plus choix : il doit tout faire imploser l'empire d'Ashram son ancien patron...

Par Melville, le 16/02/2015

Notre avis sur l'album Rwanda

Débutée en mars 2014, la série se conclue un peu moins d’un an plus tard avec ce troisième tome Rwanda. Paci est polar contemporain où Vincent Perriot utilise le genre comme un vecteur, où la géographie (l’espace) et le temps (dans l’urgence du présent et le poids du passé) sont les piliers d’une exploration du sentiment ubiquiste qu’est la mélancolie. Dans les chroniques de Bacalan et Calais, j’ai évoqué les fantômes de cinéastes comme Melville ou Mann auxquels la série de Perriot tient maladroitement la comparaison mais qui pointent ce vers quoi elle tend et atteint  tout de même dans ses passages les plus réussis. Sur ce point le travail graphique du tandem Perriot/Merlet est très stimulant. Vincent Perriot tend à réduire l’encrage de son trait au minimum pour laisser toute sa place aux aplats de couleurs d’Isabelle Merlet. Ces presque fuites de couleurs qui déborderaient de leur cadre matérialisent dans l‘image le trouble, les doutes et l’incapacité du personnage à faire place nette : elles sont l'incarnation de la mélancolie.

Par , le

Les albums de la série PACI

Nos interviews liées

Arnaud Malherbe et Vincent Perriot pour Belleville story

Sceneario.com : Est-ce que vous pouvez nous raconter en quelques mots la naissance de ce projet, est-ce d’abord un projet télé ?
Arnaud Malherbe : À l’origine c’est mon scénario, j’ai eu cette idée là parce que j’habitais dans le quartier et c’est à cause du quartier qu’est née l’idée de l’histoire. C’est vraiment une double envie qui était à la fois de raconter les choses qui se passaient dans le quartier et en même temps de faire une histoire de genre assez assumée, assez radicale dans le côté violence et de ne pas avoir peur de faire des péripéties un peu extrêmes, et sans faire une histoire sociale au sens premier du terme. J’ai d’abord voulu le monter au cinéma mais c’était compliqué, je n’ai pas trouvé de producteur et il n’y avait pas de possibilité de gros casting parce qu’il fallait des acteurs chinois et un jeune, du coup j’en ai parlé à Vincent avec qui j’avais déjà fait Taïga Rouge chez Dupuis et Vincent a bien aimé l’histoire, on a essayé de partir dessus, Dargaud nous a dit oui tout de suite et 15 jours après en fait, j’ai eu un coup de téléphone d’ARTE me disant qu’il voulait faire le film [...]

Lire la suite ›

Vincent Perriot en quête de nouvelles expériences

Nous avons retrouvé Vincent Perriot, l’auteur de l’album à succès Taïga Rouge, lors du festival Quai des Bulles fin octobre 2008 à Saint-Malo. Il nous parle de son parcours et de ses envies. Il fait sauter les barrières entre BD et illustration, édition indépendante et grands tirages. Retour sur son jeune parcours. Sceneario.com : Parlez nous un peu de votre parcours… Vincent Perriot : J’ai 24 ans et je suis originaire d’Orléans, même si j’habite aujourd’hui dans la Drôme. J’ai fait l’école des Beaux Arts d’Angoulême, où j’ai rencontré Guillaume Trouillard (éditions de la Cerise). C’est à partir de là que tout a commencé, avec l’équipe Clafoutis. J’ai eu là ma première publication et mes premiers dialogues avec des gens intéressants, amoureux de la narration et d’histoires particulières [...]

Lire la suite ›