OSCAR #7 La belle amoureuse

voir la série OSCAR
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Punaise

Genre :

Aventure

Humour

Jeunesse

Sortie :
ISBN : 9782800141435

Résumé de l'album La belle amoureuse

La belle amoureuse :

Le tableau intitulé « La belle amoureuse » a été volé et Khartoum, qui a été formellement reconnu par des gens qui cependant n’en sont pas très sûrs, est arrêté et jeté en prison. Sûr de l’innocence de son ami, Oscar va mener son enquête et faire éclater la vérité au grand jour.

Le prince de Tilfit :

Khartoum a demandé un service à Oscar, mais celui-ci n’a pas voulu obtempérer, accusant son ami de s’appuyer sur lui pour arriver à ses fins. Ce qui lui a rappelé l’histoire du prince de Tilfit...

Mon oncle Gaspard :
Oscar n’aime pas que les gens découvrent qu’il ne sait pas faire de vélo. Alors lorsque quelqu’un lui propose d’en faire (et diable, pourquoi donc tout le monde s’y met, en ce moment ?!?) il ne lui reste que son bagou pour s’inventer des prétextes !

Les ratracks :

Une statue érigée dans le quartier d’Oscar vient d’être déboulonnée, ce qui a mis le garçon hors de lui. Alors il est allé voir les hommes du chantier et leur a expliqué pourquoi ils ne pouvaient décemment pas priver les habitants de l’effigie de celui qui avait sauvé le quartier des terribles ratracks...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album La belle amoureuse

Pour la première fois dans cette série Oscar, un tome propose différentes petites histoires plutôt qu’une grande. La première, celle qui donne son nom à l’album, est pourtant bien dans la lignée de ce à quoi on avait été habitués jusque là : on y retrouve Oscar et Khartoum, bien entendu, mais également ce qui fait que cette série est vraiment différentes d’autres adressées au même public, à savoir des observations et des critiques sur notre société.

Cette fois, c’est la justice qui en prend pour son grade, et c’est sur le « délit de faciès » que se lance le scénario : Khartoum est d’origine étrangère et sans papiers, ce qui fait de lui le coupable idéal aux yeux des « gens bien intentionnés » (comme le chantait Georges...)

Les trois autres historiettes sont toutes aussi bonnes et elles nous offrent le plaisir de voir Oscar s’adonner à l’un de ses sports favoris : le baratin !!! Qu’il s’agisse d’échapper à une corvée, de masquer une honte éprouvée ou plus généralement d’arriver à ses fins, le gamin des rues à la bouille toute ronde et à la casquette rouge a du bagou à revendre et nous en fait la démonstration !!!

Un tome de plus pour jeunes lecteurs citoyens, dans la tradition de qualité de cette série BD signée Christian Durieux au dessin, Denis Lapière au scénario et Marmelade aux couleurs. Et c’est aux éditions Dupuis !
 

Par , le

Les albums de la série OSCAR

Nos interviews liées

Denis LAPIERE pour Peur Géante

Sceneario.com : Bonjour Denis. Ton actualité est la sortie de l’adaptation de La peur géante, l’œuvre de Stefan Wul avec Mathieu Reynes au dessin. Avant d’aborder le sujet, peux tu nous parler de ton parcours ?
Denis LAPIERE : Mon parcours est très simple, j’ai près de 120 albums de BD derrière moi, ainsi que deux long-métrages cinéma et je suis toujours aussi passionné par l’écriture et la narration qu’à mes débuts, peut-être même plus encore. Avant cela, durant mes études de sociologie j’ai été critique BD et cinéma pour un hebdo belge puis j’ai fondé une librairie avec des amis et j’y ai travaillé pendant cinq ans. Enfin, de 2006 à 2011 j’ai été éditeur chez Dupuis (les collections Puceron et Punaise). Sceneario.com : Ce mois-ci, sort La Peur géante [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Christian Durieux

Christian Durieux : D'abord, Melville, j'ai vu votre intervention sur Sceneario.com;  elle m'a beaucoup touché (surtout "en marge des modes" (vous connaissez la phrase "rien qui se démode plus vite que la mode") !) Merci beaucoup, donc. Ensuite, avant de répondre, j'ai lu vos questions (c'est assez logique) : elles sont parmi les plus fines que j'ai pu recevoir. Merci encore, donc. Je vais essayer d'y répondre.

Sceneario.com : Un enchantement fait partie de la collection du Louvre. Futuropolis et les éditions du Louvre s’associent le temps d’un one shot qui a pour lieu principal de l’intrigue le musée du Louvre. Comment êtes-vous entré dans cette collection ?
Christian Durieux : Grâce à la proposition de Sébastien Gnaëdig, le directeur littéraire de Futuropolis. Nous nous connaissons bien, depuis longtemps, et il a vraisemblablement pu deviner ce qui allait me faire frémir (de bonheur) [...]

Lire la suite ›

Durieux : bien plus qu'un auteur honnête

Sceneario : Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours ? Christian Durieux : Je suis né le 18 janvier 1965 et je suis originaire de Bruxelles. Mais, depuis peu, je suis un nouvel habitant du Sud-Ouest de la France. J’avais envie de campagne. J’ai fait des études de lettre avant de me diriger vers la BD. J’ai notamment démarré avec Dufaux pour Avel. J’ai fait pas mal de livres mais j’étais dessinateur réaliste et je ne me reconnaissais plus. Ça me coinçais un peu. J’ai changé de style avec Benito Mambo puis Oscar. Mais le moment-charnière est, pour moi, Central Park, un mixe entre la souplesse d’un dessin plus rond et le réalisme dans les émotions. C’est ce style qui a poussé Jean-Pierre à me proposer Les Gens Honnêtes. Sceneario : Comment avez-vous rencontré Gibrat ? C. Durieux : On ne se connaissait pas du tout [...]

Lire la suite ›