ONTOPHAGE #3 Un jour sans matin…

voir la série ONTOPHAGE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

EMMANUEL PROUST

Collection :

Atmosphères

Genre :

Fantastique

Historique

Policier

Sortie :
ISBN : 9782848104348

Résumé de l'album Un jour sans matin…

Sous l'égide du Petit Journal dans lequel il officie en tant que rédacteur, Tristan Sphalt poursuit son enquête sur les nombreux évènements extraordinaires qui grèvent la Capitale. Pour cela, il s'est transporté dans le sud de la France, à Perpignan, afin de répondre à l'invitation d'une mystérieuse protectrice qui semble en savoir long sur ce qui se passe. Arrivé à la porte Notre Dame, Tristan peut enfin mettre un nom sur celle-ci, Honorine Lloancy. Alors qu'il espère enfin avoir les réponses escomptées, le journaliste se voit plutôt mis en garde sur une menace qui plane sur sa personne. Hébergé par la gente dame, ce dernier va retrouver le surprenant D'Onfroy et l'inquiétante fille de la maison maudite. Serait-il enfin sur la voie de la résolution de son enquête ? Les jours qu'il va vivre ne vont pas être de nature à le rassurer.

Par Phibes, le 02/07/2013

Notre avis sur l'album Un jour sans matin…

Lors des deux premiers tomes, Piskic peut se targuer de nous avoir introduit dans une intrigue particulièrement dense et obscure. Jusqu'à l'amorce de ce troisième opus, rien n'a transpiré sur les causes des drames surprenant qui touchent la Capitale française. De fait, à l'ouverture du présent épisode, on ne peut qu'espérer que l'auteur va enfin lâcher du lest pour rassasier la curiosité de son lectorat.

Eh bien non, ce ne sera pas encore pour cette fois ! Piskic a décidé de jouer encore avec nos nerfs en entretenant résolument une chape de plomb sur la résolution de l'enquête journalistique. A cet égard, si son personnage central avance dans ses recherches en identifiant enfin la personne qui cherche à le préserver, il n'en demeure pas moins que cette dernière et son entourage immédiat ne sont pas de nature à clarifier l'affaire. Tout au contraire, une sombre machination semble prendre le pas, une machination au sein de laquelle Tristan Sphalt va laisser des plumes.

A cet effet, Piskic se plait à torturer ses personnages en créant inévitablement une suspicion permanente. Dans cette ambiance volontairement oppressante, Thérésa, D'Onfroy demeurent les protagonistes qui ne cesseront de nous intriguer, complétés par le journaliste qui, lui aussi, suscitera bien des interrogations quant à sa réelle personnalité. Tout en usant d'un travail judicieusement raffiné sur les dialogues pour correspondre à l'époque, l'artiste nous embarque dans le sillage méandreux de son univers toujours insaisissable et mystérieux.

Une fois de plus, on ne pourra qu'être bluffé par la beauté de son graphisme qui répond, sans contestation, à une recherche de conformité historique (les paysages urbains de Perpignan du 19ème que l'on découvre sur des plans larges sont remarquables) et également à la concrétisation d'un style quant à la réalisation des personnages. Piskic a le don d'utiliser les perspectives qui vont bien, dans une dynamique et une finesse d'exécution fortement agréables. Le choix des couleurs, l'utilisation des aplats de noir se révèlent d'une grande utilité pour camper les ambiances particulières de son aventure.

Une suite envoûtante, qui, indubitablement, n'apporte pas les réponses escomptées et qui suspend, avec délice, le mystère de la première heure. Vivement le dernier tome pour connaître le fin mot de toute cette histoire.

Par , le

Les albums de la série ONTOPHAGE

Nos interviews liées

Marc Piskic interviewé pour Ontophage

Sceneario.com : Bonjour. Comment es-tu venu à la bande dessinée ?
Marc Piskic : Comme beaucoup en lisant de la BD franco-belge et des petits formats noir et blanc qui publiaient des titres américains et italiens. Mais c’est vraiment avec Tillieux et Jijé que j’ai eu envie de faire de la BD. Ecolier, je passais des journées entière à recopier mes albums de Gil Jourdan. Mais c’est sur le tard, je me suis inscrit dans une école d’art et j’ai atterri comme pas mal de monde dans le multimédia à l’aube des années 2000. Le déclic s'est produit sur Angoulême lorsque j’ai croisé Emmanuel Proust. J’ai alors travaillé sur la série « Agatha Christie » en alternance avec mon travail à plein temps. Puis c’est devenu trop difficile à gérer et je me suis lancé à cent pour cent dans la BD [...]

Lire la suite ›