One shot

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Fantastique

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 2849463841

Résumé de l'album One shot

Un homme découvre dans le désert un endroit où l'on obtient les objets que l'on désire. Dans un monde à la limite du post-apocalyptique où la pénurie d'énergie en fait la chose la plus convoitée, ce genre d'endroit attire tous les aventuriers, agents de gouvernements, … bien évidemment pour des raisons différentes.

Par Fef, le NC

Notre avis sur l'album One shot

Voilà un album étrange. A première vue, c'est un genre de défouloir quand on feuillette l'album. On y trouve un tueur à gages, un agent du gouvernement sexy, un monstre et un petit homme.
Ils vont être amenés à se battre à cause de leur but ou de leur façon de vivre. Le tueur à gages a une mission à remplir. L'agent est habituée à suivre la loi, le monstre veut changer et devenir normal, le petit homme n'avait rien demandé et ne veut avoir aucune responsabilité.
Mais sous cette illusion d'histoire complètement "éclatée", Latil en profite pour poser des questions sur l'écologie, le pouvoir, les responsabilités, la liberté, … mais sans forcément apporter de réponses toutes faites comme semblent attendre certains des personnages, comme leur explique Gand. C'est donc au lecteur de trouver ses propres réponses aux questions posées dans l'album.
Le dessin de Parrillo est lui aussi particulier. Ses personnages ont un look "spécial". Cela leur convient très bien, mais on ne peut pas vraiment dire qu'il soit très réaliste à la différence des décors et aux couleurs assez sombres. Cela ajoute encore au contraste et donne une ambiance assez lourde qui convient bien à ce monde presque post apocalyptique.

Par , le

Nos interviews liées

Dominique LATIL

Sceneario.com: Peux tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas ?
Dominique Latil: Heu, Ben, je m'appelle Dominique Latil, je suis scénariste et rédacteur en chef adjoint de Lanfeust Mag, je vis à Aix-en-Provence où je travaille à l'atelier Gottferdom et j'aime faire des mots fléchés

Sceneario.com: Quel a été ton parcours professionnel ?
Dominique Latil: J'ai rencontré Christophe Arleston en 1995. Il cherchait un collaborateur pour travailler avec lui sur une nouvelle série dont il avait déjà posé les bases, "Mycroft Inquistor" (avec Jack Manini au dessin). Après quelques bières, il m'a demandé de faire un essai qui lui a paru concluant et nous nous sommes lancés dans l'écriture du premier tome. Comme il appréciait mon travail, il m'a présenté à quelques jeunes qui venaient le voir pour faire de la BD et avoir une opinion professionnelle. C'est ainsi que j'ai rencontré Franck Biancarelli, Philippe Pellet et Jean-Marc Ponce presque coup sur coup et que nous avons travaillé ensemble, coachés par Arleston qui nous conseillait et nous a appuyé auprès de Soleil [...]

Lire la suite ›