Olympia

Dessinateurs :




Scénaristes :




Coloristes :



Éditions :

DUPUIS

Collection :

Aire Libre

Genre :

Action

Polar

Suspense

Sortie :
ISBN : 9782800163437

Résumé de l'album Olympia

Alex et Sam ont du mal à se remettre de la disparition de Carole après le casse de la Grande Odalisque, même un an après. Elles ne savent pas que leur ami est… vivante ! Pour l’heure, toutes deux s’apprêtent à réaliser un vol au Musée de l’Armée, aux Invalides. Une opération complexe, mais qui n’est rien face au défi qu’elles vont bientôt devoir relever à cause d’un parrain de la mafia. Pour rembourser une dette, elles vont tenter de sortir du Petit Palais trois peintures de vénus dont la célèbre Olympia de Manet.

Par Legoffe, le 29/11/2015

Notre avis sur l'album Olympia

Ce qui ressemblait à un one-shot (« La Grande Odalisque ») a finalement généré une suite dans la collection « Aire Libre ». Vivès, Ruppert et Mulot offre ainsi une nouvelle aventure à Alex, Carole et Sam. Elle se déroule juste après les faits du premier album.

Nos cambrioleuses sont fidèles à elles-mêmes, formant un trio soudé malgré des personnalités aux antipodes les unes des autres. Il en résulte un bon équilibre propice à l’ambiance du récit, avec du sérieux et du beaucoup plus léger, notamment grâce à Alex, toujours aussi déjantée. Elle amène ce grain de folie qui donne le ton de la BD et, quelque part, sa personnalité. Car, au premier abord, le récit pourrait apparaitre classique dans son scénario (sur un modèle présentation de l’objectif, préparation du casse et mise en oeuvre de l’opération…). Du déjà vu… Sauf que les auteurs y intègrent cet esprit décalé qui les différencie des autres et donne une saveur plus affirmée à ce polar.

On retrouve également leur style graphique, un brin torturé, qui ne cherche pas le détail. Ils font vraiment partie de cette nouvelle vague d’auteurs qui dessinent avec beaucoup de spontanéité. Cela donne à la bande dessinée un aspect rafraîchissant, du dynamisme et de l’efficacité.

Mais, comme lors du premier opus, tout cela ne suffit pas à en faire un grand album qui marquera le lecteur. Il s’agit plutôt d’une bonne distraction où on ne s’ennuie pas un instant. Ce n’est déjà pas si mal, mais il manque un peu de contenu pour inspirer réellement l’enthousiasme. C’est dommage pour un album aussi beau et qui a le privilège d’intégrer la mythique collection animée par Dupuis.

Par , le

Nos interviews liées

Bastien VIVES avec amour et amitié

Sceneario.com : Bastien, voici Amitié étroite ton nouvel album chez KSTR. Qu'est ce qui fait que tu te lances sur une histoire comme celle que tu as écris?
Bastien Vives : tout d’abord j’avais envie de parler du mythe de la relation amicale fille-garçon. Puis de retourner à une ambiance plus proche de elle(s) avec des personnages qui existent, qui ont une identité.


Sceneario.com : ce sont des évènements de ta vie qui te font écrire ?
Bastien Vives :
non pas forcément, on va dire que les sentiments, et les choses dans lesquels j’ai envie de me plonger sont liés à l’esprit du moment, par exemple actuellement je raconte une histoire avec des armées romaines, car l’épique me passionne au plus au point en ce moment.


Sceneario.com : alors fiction ou réalité ? Quelle est la part de réalité dans tes histoires ?
Bastien Vives :
certaines situations sont inspirées de moments vécus, ensuite tout est romancé, au niveau des attitudes et des réactions, des regards [...]

Lire la suite ›

Bastien Vivès, suite à la parution de Le goût du chlore chez KSTR

Sceneario.com : Bonjour ! Pourriez-vous vous présenter en quelques mots et nous rappeler dans quelles conditions Chanmax (le pseudo sous lequel vous avez signé Poungi la racaille) a laissé la place à Bastien Vivès ?

Bastien Vivès :
Bonjour ! Je m’appelle Bastien Vives, j'ai 24 ans, je mesure 1m76, je suis brun, yeux marrons, j’aime le sport, le cinéma, la musique et rigoler entre amis. J’avais utilisé le pseudo Chanmax, car lorsque j’avais fini le premier Poungi cela m’était apparu comme une évidence de prendre un pseudo débile, et ensuite quand j’ai fait ma première BD je suis revenu à mon vrai nom, ce qui m’est apparu aussi comme une évidence !!!

Sceneario.com : Votre actualité, c'est Le goût du chlore... Comment vous est venue cette idée de scénario et quelle est la part autobiographique de ce récit ?!

Bastien Vivès :
J’ai écrit cette histoire en juin 2007 durant Hollywood Jan et tout est allé très très vite car suite à certains évènements, il fallait que je m’occupe [...]

Lire la suite ›