Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782203075276

Résumé de l'album L'Oracle

Le quadrant Nord-Ouest de Washington. DIistrict de Columbia. Ce jour-là, une femme fait des courses avec son fils. En traversant la rue, elle se fait renverser par une voiture. Elle meurt sur le coup. Le chauffard prend la fuite. Son fils, Apollo, un autiste atteint du syndrôme d'Asperger, réagit bizzarement.
Trois semaines plus tard. Creeper Creek, dans le Dakota du Nord. Rose Athéna Scarlett Nyx dite "Oz", adjointe du shériff, intervient dans un bar de la ville pendant une rixe. Elle est alors interpellée par deux hommes qui sont agents de la NSA. Ils lui apprennent la mort de Lorène, sa belle-mère qui s'occupait de ce son fils, Apollo. Depuis, ce dernier ne parle plus et reste cloitré chez lui. De plus, Apollo travaille pour la NSA ! Il fait parti d'un programme ultra-secret nommé Oracle, et sans lui, ce programme ne fonctionne pas. La NSA compte sur Oz pour reprendre le flambeau vu que c'est la seule famille qui reste à Apollo. Mais Oz n'est pas très chaude pour retrouver son "demi-frère" ! Elle accepte quand même le deal et se fait, par la même occasion, recruter par la NSA. Elle découvre ce qu'est Oracle et surtout, que quelqu'un veut éliminer Apollo...

 

Par Berthold, le 15/03/2015

Notre avis sur l'album L'Oracle

La NSA (National Security Agency) est un organisme gouvernemental du département de la défense des Etats-Unis. Cet univers manquait dans le monde de la bande dessinée. Des titres avec FBI, CIA, apparraissaient déjà dans quelques séries, mais la NSA, pas trop.
C'est maintenant chose faite grâce à Thierry Gloris qui délaisse un peu ses univers fantastiques, uchroniques ou historiques pour le thriller. Et je trouve que ce genre lui sied à merveille, après avoir lu ces deux tomes de NSA.

D'entrée, il nous met dans l'ambiance et petit à petit, il fait monter la pression. Comme tout bon feuilleton dans le genre, il nous présente des personnages attachants et intéressants en commençant par Oz et Apollo. La "soeur" et le "frère" qui ne s'entendent pas. L'une est impulsive et l'autre ne ressent pas vraiment d'émotion. Et cet autiste, qui a un QI très élevé, est la tête d'Oracle. L'auteur nous explique ce qu'est Oracle dans la foulée. 
Ce récit fait penser à un Rain Man ( le film de Barry Levinson) matiné d'Ennemi d'Etat (le film de Tony Scott) entre autres.
L'intrigue est bien construite. Le suspense ne nous quitte plus et Gloris nous écrit même de très belles scènes d'action. De plus, il saupoudre son récit d'une bonne dose d'humour.

Pour mettre en image tout cela, il s'est adjoint les talents de Sergio Bleda, un dessinateur qui risque bien de se faire un nom avec NSA. Son style est efficace, son trait est parfait et n'est pas dans la norme classique du genre thriller, ce qui est un bon atout !
Les scènes d'action sont très efficaces, que ce soit une poursuite en voiture ou une fusillade dans une maison. Les auteurs se permettent même quelques clins d'oeil à des films ou feuilletons bien connus.
Les couleurs de Lorien sont tout aussi efficaces et apportent beaucoup à la lecture de cette bande dessinée.

L'Oracle, premier volet sur deux de NSA, est une très bonne surprise, un thriller passionnant et prenant, que je vous invite à vite vous procurer !

 

Par , le

Les albums de la série NSA

Nos interviews liées

Souvenirs d'un Elficologe par Thierry Gloris, scénariste.

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce début d’année 2009 est très chargé pour toi. : en janvier, Saint-Germain (chez glénat), en février le troisième et dernier tome du Codex Angelique puis, pour le mois de marc , Souvenirs d’un elficologue chez Soleil. Les hasards du calendrier, me diras tu. Mais intéressons nous donc à Souvenirs d’un elficologue, ta nouvelle série chez Soleil Celtic. Peux-tu nous en faire un pitch rapide ? Nous presenter le départ de cette série ?
Thierry Gloris : Le monde celtique et ses légendes n’est guère accessible pour le non initié : Korrigans, ondine, feys, cromlech… Tout un univers à apprivoiser si l’on n’est pas né dedans. Il n’existe pas de bible, ni de dogmes prédéfinis. Le « celtisme » forme un corpus disparate formé de bribes d’anciens poèmes épiques chantés et d’ajouts plus ou moins heureux issus des contes retransmis oralement lors des veillées des siècles passés [...]

Lire la suite ›

Les secrets de Saint-Germain

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce mois de janvier 2009 voit apparaître un nouvel héros et une nouvelle série dans le monde de la bande dessinée : Saint-Germain. Œuvre qui se situe sous le règne de Louis XV. Peux tu nous présenter ce nouveau héros ? Ainsi que ses compagnons ?
Thierry Gloris : Maximilien Dubet de Mondou, dit « Le comte de Saint Germain » est un personnage ambigu, qui travaille en tant qu’agent secret pour Louis XV mais poursuit simultanément ses propres objectifs. Ses origines sont nébuleuses, ses motivations mystérieuses. Ceci étant dit, il est un archétype du héros positif et pragmatique. Jamais pris à court d’humour, il préfère rire de la mort plutôt que de la craindre. Nous verrons au fur et à mesure des épisodes qu’un tel tempérament n’est pas inné mais s’est construit sur de nombreux drames personnels [...]

Lire la suite ›

Thierry GLORIS & Mikael BOURGOIN pour Le Codex Angélique tome 2

SCENEARIO : Bonjour Thierry. Bonjour Mikaël 
Pouvez-vous faire une présentation de Thierry Gloris et de Mikaël Bourgoin pour les internautes : sur votre parcours avant la publication de votre première BD Le Codex Angélique ?

Thierry Gloris : J’ai commencé par des études d’histoire que j’ai poussées jusqu’au DEA, puis je suis passé par une licence de communication. Avant de me lancer sur la voie logique du CAPES pour devenir professeur, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire et je me suis rendu compte que ce qui m’importait le plus n’était pas l’histoire mais raconter DES histoires. J’ai alors commencé, avec un ami qui faisait les Beaux-Arts, à monter des projets pour l’édition. J’ai progressivement rencontré de nouvelles personnes (professionnels, dessinateurs amateurs, éditeurs…) qui m’ont orienté, critiqué, et j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin car le chemin allait être long avant de décrocher le saint Graal du premier contrat [...]

Lire la suite ›