NOTRE MERE LA GUERRE #4 Requiem

voir la série NOTRE MERE LA GUERRE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Drame

Guerre

Historique

Policier

Sortie :
ISBN : 9782754807524

Résumé de l'album Requiem

Septembre 1917. Le Lieutenant Vialatte est remis sur pied après de graves blessures subies au combat. La convalescence lui a permis de reprendre contact avec le Commandant Janvier et relancer l'enquête. Deux nouvelles majeures viennent alors bouleverser leurs recherches : Eva, l'amour de Vialatte est en vie, elle travaille à la Croix-Rouge et ramène en France avec elle, Gaston Peyrac. Une chance inespérée de découvrir, enfin, ce qui s'est passé dans les tranchées en Janvier 1915.

Par Placido, le 04/10/2012

Notre avis sur l'album Requiem

Dernière complainte déchirante où les blessures, trop profondes, ne se refermeront plus jamais. On tient là un album dense, dense en histoire, en aventure policière et en émotions. L'enquête menée par le Lieutenant Vialatte, réamorcée dans le tome 3, reprend ici pleinement ses droits et trouve son terme. La vie dans les tranchées, la vie chez les planquées hors du front, tout cela repasse en second plan. Place à l'histoire et un peu moins à l'Histoire.

L'aspect policier de la série est dès lors beaucoup plus marqué. Vialatte et Janvier replonge dans les écrits, dans les recherches, le premier retrouve même des sensations presque oubliées. Ils sont tout autant perdus qu'à l'origine, repartant de zéro mais avec la foi de retrouver l'assassin. Plus que de le retrouver, de comprendre pourquoi. Pourquoi ces meurtres de femmes ? Kris affirme à nouveau ses talents de narrateurs, mêlant l'enquête et l'émotion avec une virtuosité toute naturelle. Brute et modeste. Mêlant également des dialogues ordinaires et académiques avec une voix off très littéraire, qui fait hommage aux innombrables correspondances épistolaires de cette époque. Les personnages prennent une ampleur toute nouvelle, maximale. La guerre les repoussera jusqu'aux plus profonds de leur âmes, les dénaturant, les transformant en animaux dénués de sentiments où seul la survie compte, où seul la haine peut s'épanouir.

Maël dessine ainsi ces animaux avec une inspiration confondante. Traduisant toutes les voix empruntées par Kris avec une justesse sans pareille. Le duo parfait.

Ce Requiem est chargé en regrets. Tous les personnages en sont chargés, à tel point qu'ils finissent écrasés. Le pire des fardeaux. Nous, ça va. On termine cette série avec une certaine solennité et il est difficile d'en avoir, des regrets, sinon d'oublier de remercier les auteurs, et de ne pas leur souhaiter bonne chance pour d'autres projets.

Par , le

Les albums de la série NOTRE MERE LA GUERRE

Nos interviews liées

Maël écoute les Revenants

Sceneario.com : Bonjour Mael,
En septembre va sortir chez Futuropolis un album intitulé Les Revenants qui aborde le retour au pays des ex soldats de la guerre d'Irak. C'est un album qui est réalisé avec une très grande sensibilité et qui fait l'amer constat que la ré acclimatation de ces hommes et femmes est très difficile.

Cet album est scénarisé par Olivier Morel, comment l'as-tu connu ?
Maël : Olivier m'a contacté par l'intermédiaire de Mathieu Augustin, le monteur de son film "L'âme en sang", qui fait de la musique avec le batteur de mon groupe HitchcockGoHome. Olivier et Mathieu ont réalisé, en discutant avec le producteur Paul Rozenberg, que tout un matériau issu des repérages et du tournage était intéressant mais ne pouvait trouver sa place dans le montage d'un film documentaire. Ils ont donc pensé à un récit en bande dessinée, et Mathieu connaissait mon travail [...]

Lire la suite ›

Kris nous parle du collectif En chemin elle rencontre

Sceneario.com : Bonjour Kris ! Pour mieux faire connaissance, vous serait-il possible de faire une petite rétrospective de votre immersion dans le monde du 9ème art ? Quel en a été le fait déclencheur ?
Kris : Ho, c’est un parcours on ne peut plus classique : un rêve de gamin qui commence à prendre corps le jour où j’ai rencontré plusieurs dessinateurs talentueux qui, comme moi, voulaient à tout prix faire de la bande dessinée. C’était en 1998, alors que j’étais en fac d’histoire à Brest : ça faisait longtemps que j’écrivais des scénarios, dans mon coin. Mais un scénariste BD sans dessinateur, ça ne sert pas à grand-chose… Bref, je travaillais au rayon BD d’une librairie et les étudiants des beaux-arts du coin venaient y traîner régulièrement. Il y avait Obion, Gwendal Lemercier, Mike, Julien Lamanda, etc [...]

Lire la suite ›