NOTES #8 Les 24 heures

voir la série NOTES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Shampooing

Genre :

Autobiographie

Blog

Humour

Sortie :
ISBN : 9782756041698

Résumé de l'album Les 24 heures

En 2007, Boulet reçoit un curieux appel de Lewis Trondheim. Ce dernier, inspiré par le concept lancé par le dessinateur américain Scott Mc Loud, veut organiser à l'occasion du festival d'Angoulême les 24h de la BD. Le concept est simple : réunir moultes dessinateurs volontaires, leur imposer un thème donné ou une contrainte spécifique, et leur laisser 24h pour réaliser une histoire de 24 pages, couverture et dos de couverture compris !
Séduit par l'aventure, Boulet se plie de bonne grâce à l'exercice et réédite l'exploit chaque année !

Par Matt, le 02/10/2013

Notre avis sur l'album Les 24 heures

Voici le huitième (et dernier ?) opus des Notes de Boulet. Pour ceux qui ne le savent pas encore, les Notes constituent un recueil des meilleurs notes de blog dessinées par Boulet depuis son apparition sur la blogosphère, il y a de cela quelques années...

Avec ce nouveau tome, l'auteur aux 1000 univers nous propose de vivre ou de revivre 6 de ses participations aux 24h de la BD d'Angoulême ainsi que sa réalisation pour les 24h de la BD de Montréal. Comme expliqué dans le résumé, le concept est enfantin mais pour le moins stressant et exigeant : Un thème (appelée aussi "contrainte"), 24 pages à dessiner, et 24 heures pour le faire... Tout un programme !

Le moins que l'on puisse dire, c'est que depuis sa première participation en 2007, l'auteur y a pris goût puisqu'il fait partie des plus assidus de l'exercice qui se déroule chaque année en préambule du festival d'Angoulême.
De la vengeance hivernale à grands coups de poudreuse au repas de famille où chacun s'envie, se jauge, et se juge, en passant par le paradoxe temporel cocasse ou la hantise de la collocation avec l'homme ténébreux tombeur de ces dames, les différents récits s'enchaînent à un rythme vertigineux. Ils mettent en avant toute la richesse du talent de Boulet, un auteur complet, qui développe dans chaque récit un trésor d'imagination, tant au niveau du scénario que des choix graphiques, comme si la contrainte du temps n'existait pas...

Les 24 Heures donne aussi l'occasion à l'auteur de se replonger dans ses expériences passées à travers une trentaine de pages inédites, introduisant les différentes productions. Le stress de ne pas finir à temps, le trou noir, l'imagination et la peur de tomber dans les clichés téléphonés, ou encore la satisfaction presque jouissive du travail bien fait (ou au moins terminé dans les temps! ) sont autant de thèmes que l'auteur aborde, toujours de façon philosophique.

Seul regret cependant, ne pas avoir inclu la participation à l'édition 2011. Cette année là, la contrainte avait pourtant tout pour plaire : basé sur le thème de Popeye, le récit réalisé par les dessinateurs présents devait être constitué de 12 à 22 strips, au lieu des 24 pages constituant le format habituel.
Ainsi, pour ceux qui voudraient combler ce petit manque éditorial, rien ne vaut un petit détour par le site de Boulet !

Les 24 Heures constitue donc le point d'orgue (ou pas ?) de cette série de recueils consacrée au contenu plus qu'hétéroclyte développé par Boulet sur son blog. Les Notes demeureront pour longtemps une valeur sûre de lecture : une invitation au rêve et à l'évasion, à l'imagination et à la réflexion, sans oublier le plus important : le rire !

Par , le

Les albums de la série NOTES

Nos interviews liées

BOULET pour NOTES (Editions Delcourt)

BOULET pour Notes, sa série aux Editions Delcourt. Interview réalisée à Saint Malo, Qaui des Bulles 213.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Boulet pour Raghnarok 5

Sceneario.com : Bonjour !
Ce tome 5 est une histoire complète assez sérieuse, contrairement aux 4 tomes précédents constitués de gags. Pourquoi ?

Boulet : Ca faisait très longtemps que j'avais envie de passer à ce format, mais au début le magazine ne le permettait pas du fait de sa forme, quand on est passé à la version reliée du mag, la tentation de faire une longue histoire est revenue, j'étais dans le tome 3 à ce moment là... Je m'étais dit que le tome 4 serait le one shot, et finalement je me suis dégonflé sur le coup et je l'ai repoussé. Le monde de Raghnarok se prête aux histoires longues... Quand on doit décrire un univers fantastique, c'est frustrant de devoir se cantonner à une seule page avec la contrainte de la chute à chaque fois. Un dragon géant par exemple, c'est quand même plus agréable de pouvoir le faire se balader sur quatre pages plutôt qu'une seule !


Sceneario [...]

Lire la suite ›

Le Voeu de Marc

Sceneario.com : Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez vous vous présenter en quelques mots ?
Lucie Albon: J’adore la patouille et le bidouillage avec un petit faible pour le dessin et la peinture.
Boulet: J 'adore le racontage et le gribouillage, je passe mon temps à écrire des histoires.

Sceneario.com : La première question qui me vient c’est de savoir si cet album correspond à un souvenir d’enfance, des rêves de lutin qui exaucent des vœux ?
Lucie Albon:Il faudrait poser cette question aux scénaristes, je leur transmet.
Boulet:L'idée des lutins venait de Nicolas... Un gamin faisait des voeux et chaque voeu se retrouvait incarné sous forme d'un petit lutin... L'idée des voeux et des lutins m'a très naturellement ramené vers l'univers des contes.

Sceneario.com : C'est important le fait que vous ayez mis cette histoire dans le cadre scolaire ?
Boulet: Personnellement, je ne me suis pas posé la question du pourquoi quand Nicolas m'a montré des bribes d'histoires situées dans l'école [...]

Lire la suite ›

Boulet, un auteur complet...

Sceneario : Bonjour ... Gilles, parce que Boulet, ça fait toujours un peu bizarre ^_^
Désolé de devoir poser la question habituelle, mais pourrais-tu rappeler un peu ton parcours ?

Boulet : Mon parcours n'a rien d'inhabituel... Après un bac arts plastiques, je suis rentré aux beaux-arts de Dijon, j'y ai appris beaucoup de bases en dessin, après quoi, j'ai changé de voie pour me retrouver aux arts déco de Strasbourg. Comme je manquais un peu de sous, j'ai commencé à démarcher avant même d'être sorti de l'école, et c'est grâce au concours de BD du festival de Sierre que j'ai été remarqué par Jean-Claude Camano qui m'a "enrôlé" dans Tchô!
Sceneario : A ta sortie des Arts déco de Strasbourg, tu te retrouves à bosser pour Tchô (magazine jeunesse de Glénat), avec des pointures comme Zep et consorts (Tébo, Buche, Téhem ...), qu'est ce que ça représente dans ta carrière d'auteur ?

B : Hum [...]

Lire la suite ›