NIRVANA #1 Première génération

voir la série NIRVANA
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Polar

Science Fiction

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782302016262

Résumé de l'album Première génération

2046.
Hurley Judd avait un emploi d'archiviste. Il etait sans histoire et avait une petite amie : Mya. Cette dernière était accro à une nouvelle drogue, le Nirvana. Cette drogue disperse les molécules humaines, les personnes Se déforment et se reforment. mais il peut y avoir un danger après se l'être injecté : le risque est de ne pas se reconstruire tel que l'on était avant. Mya a disparu comme cela un jour. Hurley ne s'est pas remis de sa disparition et la recherche. Pour cela, il est devenu un narco-flic et comme il s'est pris une seule fois du Nirvana, il peut infiltrer des réseaux de drogues. Il a fait modifier sa structure musculaire en s'implantant la mémoire d'un sportif. 
Alors que cela fait quelque temps qu'il est devenu policier, il commence à découvrir qu'il a des pertes de mémoires et que parfois, sans qu'il le sache, il agit bizarrement. Il se demande si ce n'est pas lié à la mémoire du sportif qu'on lui a injecté.
En attendant, il s'approche de Shamash, le créateur du Nirvana qui pourrait savoir où est Mya...

 

Par Berthold, le 07/07/2011

Notre avis sur l'album Première génération

Nirvana, nouvelle série crée par Istin ( Lancelot, Les Druides, Le cinquième évangile...) et illustré par Arnaud Boudoiron (Husk) est un récit d'anticipation d'une grande qualité et qui s'avère être une très bonne surprise. Une histoire assez proche dans l'ambiance du Blade Runner de Ridley Scott et un excellent récit de science fiction.

Jean-Luc Istin nous surprend donc avec  cette histoire de drogues d'un nouveau genre. L'idée est très bonne et assez prometteuse dans l'ensemble. Il nous présente le personnage principal, Hurley Judd, qui d'un simple archiviste pas trop costaud devient un policier assez baraqué grâce à une nouvelle technique. Là, nous nous rapprochons du monde du comics où d'ailleurs vous retrouverez aussi un clin d'oeil à Iron Man. Istin brasse donc plusieurs idées intéressantes dans cette histoire. Il construit un récit policier bien tenu dans l'ensemble où l'ambiance ressort à chaque case. Le scénariste montre aussi sa capacité à écrire de la science-fiction de qualité.

Le tout est emballé et mis en images avec talent par Arnaud Boudoiron dont vous avez déjà pu apprécier l'art dans Husk . Ici, vous serez admiratifs devant ses planches, devant le dynamisme de son trait. Tout est en mouvement et il vous place dans l'ambiance avec une telle facilité que vous serez subjugué, hypnotisé par son travail. Il faut aussi souligner le travail aux couleurs de Vyacheslav Panarin qui s'avère être aussi une aide précieuse.

Nirvana : première génération est donc une très belle surprise que je vous conseille fortement !

 

Par , le

Les albums de la série NIRVANA

Nos interviews liées

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›