NIKLOS KODA #7 Magie blanche

voir la série NIKLOS KODA
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LE LOMBARD

Collection :

Troisième vague

Genre :

Esotérique

Fantastique

Thriller

Sortie :
ISBN : 2803620812

Résumé de l'album Magie blanche

Le Caire : le festival de magie du Prince Fahd se prépare. Ce festival est un rendez-vous qu'aucun illusioniste ne rate.
Kandar l'hypnotiseur a assassiné un comptable parisisien, ne laissant aucune trace.
Niklos Koda qui se charge de l'enquête, devra changer de méthode et faire appel à une science que lui a enseigné le vieil Ahmad, spécialiste des arts occultes.
L'affrontement se prépare...

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Magie blanche

Suite et fin de ce cycle : "Magie noire" et "Magie blanche" forment un diptyque fascinant et passionant.
C'est une invitation à découvrir la ville du Caire : sublimement déssinée par Grenson ("carland Cross"), un talent qui ressort dans ces planches. Une mise en scène angoissante, et qui nous tient en haleine jusqu'au final. Un récit qui va crescendo pour se terminer comme un duel de western.
Le scénario de Dufaux ("Dixie road", "Giacomo C.", "Rapaces", "Murena", "Djinn"...) est un des meilleurs qu'il est écrit pour Niklos Koda.
Cette histoire de magie, de vengeance, et de rebondissements (l'émotion qui ressort de la dernière planche : magnifique) est une des bonnes surprises de cette rentrée .
Le tome 7 comprend 54 pages et la première édition vous permet de découvrir 4 cartes tiré de la BD.
La collection troisième vague Le Lombard propose des séries fort intéressantes et assez différentes. 
Niklos Koda est un de ces thrillers originaux que je vous convie à découvrir.

Par , le

Très chouette ! « Magie blanche » tient les promesses que le tome précédent (« Magie Noire ») faisait. On y replonge dans l’intrigue autour du personnage de Kandar, dans les ambiances de la magie et dans celles du Caire. Ce diptyque est à mon avis pour l’instant la meilleure partie de la série. Le dessin de Grenson y est toujours superbe et l’histoire m’a bien plus botté que les aventures précédentes du héros Niklos Koda.

J’ai moins aimé la notion de l’esprit d’Irum que celle de la magie des nombres, mais les deux ont leur importance. A ce sujet, je pense que les arabesques utilisées dans l’histoire ont la signification que les textes en français, autour des cases dans lesquelles on les voit, leur prêtent. La fin de Kandar est, à mon sens, un peu précipitée, mais peut-être est-ce justement le lien avec ces arabesques qui justifie cette chute accélérée. Cela ne gâche finalement en rien le plaisir que j’ai eu à lire cette BD. Maintenant… dans quelle mesure l’enseignement qu’a reçu Koda d’Ahmad, le père d’Antioche, nous sera-t-il re-servi ?

On note enfin aussi la force de la dernière planche, magnifique. Sera-ce la prochaine piste développée par Dufaux ?

Qu'importe la tournure que lui donneront ses auteurs. Si le tome 8 est dans la veine des 6 et 7, je ne serai pas déçu.

Par , le

Les albums de la série NIKLOS KODA

Nos interviews liées

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›