Nexus

Dessinateurs :



Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

SEMIC

Collection :

Semic Books

Sortie :
ISBN : 2848570377

Résumé de l'album Nexus

Nexus est un tueur !
Un tueur hors du commun, qui exécute uniquement les tyrans, qui venge les crimes contre l'humanité, qui détruit les camps de la mort partout dans l'univers !
Nexus est un héros, fils lui même d'un despote depuis longtemps disparu (pulvérisé de la main de son propre fils), maître de la jeune planète terra-formée Ylum, en plein 25 ème siècle !
Nexus a des pouvoirs dont personne ne connait les limites ! Mais il ne réussit pas fuir ses cauchemards qui le hantent, qui lui demandent, qui lui ordonnent d'aller tuer, encore et encore, en lui désignant ses futurs victimes...
Alors attention, il arrive, il est là... voici Nexus !

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Nexus

Depuis le temps que je l'attendais cette traduction ! Quand j'en ai parlé avec les gars de Sémic je pensais que c'était un rêve de fan, puis quand j'en ai vu l'annonce, j'ai vraiment cru halluciner !
Depuis le début des années 80 cette série et ce personnage se sont construit une très sérieuse réputation aux Etats Unis. A un tel point que ses deux créateurs, Mike baron et Steve Rude, sont devenus très vite les chouchous des grosses boites !

Dès le premier numéro, le niveau était excellent.
Le dessin de Rude, d'une telle virtuosité, nous emmenait tout de suite vers des territoires incroyable grace à un trait très sensuel et relativement classique qui rappelait Russ manning ("Magnus, the robot fighter", "Tarzan"), personnellement j'adore ;-).
Les histoires de Baron ont aussi ce petit quelques chose qui poussent à la fois à la réflexion mais aussi au plaisir de la lecture. C'est très fin, les personnages sont particulièrement bien travaillés. Par contre c'est vrai que ce sytème d'élimination des tyrans se répète un peu trop à la longue !
Progressivement, la série a fini par moins se vendre et l'éditeur original : First Comics a du, tout bonnement, se retirer du marché ! En 90, l'éditeur Dark Horse propose aux deux auteurs de reprendre la course. Ils lancent ainsi "Nexus, the origin" (première partie de ce Semic Book) puis une mini série de 4/5 comics par an !
Mais, quelques années après, lassés par le manque de lecteur, Baron et Rude décident de mettre en stand bye leur projet Nexus ! Un dessin animé est en préparation depuis quelques temps (une petite séquence est chargeable sur : http://www.nightspeeder.com/Downloads/downloads.htm ).
On va bien voir si, finalement, ce Sémic book va remettre la machine en marche, espérons le. Après tout Sémic avait déja publié une aventure inédite en 10 page : Nexus/Wampus !
Espérons donc que cet album aura des petits frères. Sémic a suffisemment de matériel pour assurer au moins 4 ou 5 autres numéros !
Bon, vous aurez bien compris que je conseille très fortement ce premier opus, nos seulement pour les auteurs mais aussi pour ce personnage un brin atypique ! On peut etre un peu désarçonné par cet univers, Sémic aurait peut-être du mettre plus de rédactionnel, je ne sais pas. Toujours est il que, si vous vouliez faire une agréable découverte en cette fin d'année, Nexus 1 pourrait bien faire l'affaire ;-)

Par , le

Comme le dit très bien Fred dans sa critique, le personnage est très atypique, et si lui semble avoir fait une agréable redécouverte, pour ma part je n'ai pas été transcendé. C'est vrai que c'est sympathique, l'histoire change des poncifs du genre, mais voilà, j'ai trouvé cela très répétitif en somme, dans l'histoire.
Par contre, j'ai bien accroché aux couleurs et aux dessins. Cela fait assez années 80 dans l'ensemble, enfin, dans mon optique tout du moins, il se peut très bien que je me trompe. Un peu flashy sur les bords, mais bon, je trouve que c'est bien dans l'esprit de l'histoire. Sinon les cases sont remplies de petits détails amusants, et finalement, je me suis plus amusé à trouver des trucs rigolos dans les dessins qu'à lire l'histoire. Mais bon, c'est peut-être une bonne occasion de lire quelque chose de différent, au trait assez évocateur des standards plus anciens, avec des mises en couleurs qui ne sont pas des déluges de dégradés comme cela se fait beaucoup en ce moment. Bref, un instant de nostalgie pour ma part, pas désagréable.

Par , le