Neonomicon

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

PANINI

Genre :

Comics

Fantastique

Horreur

Polar

Sortie :
ISBN : 9782809481211

Résumé de l'album Neonomicon

(The Courtyard 1 et 2 + Neonomicon 1 à 4)
Pour commencer, nous suivons l'agent spécial Sax, qui travaille pour le FBI sur une affaire de meurtres sanglants. En suivant ses pistes, il arrive au club Zothique ou il finit par rencontrer l'étrange Johnny Carcoza. Ce dernier va lui faire gouter une nouvelle drogue, l'Aklo... Sax entre ainsi dans un monde ou l'horreur et l'indicible vont à jamais changer sa vie...
Quelques temps sont passés, Sax a semble-t il "pété un câble", il est donc en prison et parle dorénavant une langue mystérieuse que personne ne comprend plus. Or, une nouvelle série de meurtre fait rage, reproduisant le même mode opératoire que dans l'affaire dont s'occupait Sax auparavant. Les agents Merril Brears et Gordon Lamper sont alors dépêchés pour aller interroger Sax. Mais l'enquête va vite les ramener vers Johnny Carcoza, d'une part, et vers un monde ou magie et réalité se mêlent mystérieusement...

Par Fredgri, le 29/11/2019

Notre avis sur l'album Neonomicon

Alors que Moore a annoncé qu'il arrêtait désormais les comics. Panini réédite cet album au préalablement traduit par Urban en 2013. L'album est composé de deux parties, Courtyard, un texte assez court, adapté en comics par Antony Johnston et Jacen Burrows, pour Avatar, puis Neonomicon, ou Moore reprend l'enquête que menait l'agent Sax pour cette fois aller bien plus loin, tout en restant bien plus accessible. Il faut dire que lorsque Moore aborde ses sujets favoris comme la magie, il peut lui arriver d'être parfois assez hermétique, ce qui n'est pas le cas ici.

Autant je trouve Courtyard parfois un peu abscons dès le moment ou on entre dans le monde lovecraftien, autant, justement, sous l'unique plume de Moore, Neonomicon devient tout de suite très clair et accessible. De plus, Moore traite son sujet sans aucune concession, et surtout pas pour ses personnages. Toutefois, le traitement est très frontal et il faut vraiment s'accrocher parfois. On est loin des histoires avec des héros lisses qui s'en sortent idem à la fin, ici, Moore va jusqu'au bout de ce qu'il a à dire.

Personnellement, je n'ai jamais lu de livre de Lovecraft et franchement ça ne m'a pas gêné, à part pour deux ou trois références dans les angles, mais rien de bien insurmontable, de toute façon. Ensuite, j'ai été assez impressionné par l'intensité des situations dans lesquelles Moore balance ses personnages. La façon qu'a Merril, par exemple, d'être d'abord complètement dépassée/submergée par les évènements, et progressivement de reprendre du poil de "la bête", est incroyable. sans vraiment voir grand chose on est saisi par l'horreur de la scène et par ce que l'agent va subir.
On ressent vraiment la subtilité de l'écriture de Moore quand on compare les deux parties de l'album. D'une part on a une adaptation d'un texte par un autre scénariste, et d'autre part on a un scénario original de Moore. Le scénariste anglais équilibre merveilleusement sa narration page par page, ses dialogues et même si c'est vrai que la première partie de Neonomicon est assez molle, très vite, dès qu'il insuffle davantage de mystère, de tension (en gros, à partir du moment ou les deux agents entrent dans la boutique ésotérique) le récit gagne en texture et devient très prenant !

De plus, le dessin de Barrows est tout simplement incroyable, très fin, expressif et détaillé, avec une mise en couleur qui louche vers le gris-vert, c'est tout simplement magnifique. Certainement son meilleur boulot, avec Providence.

On a peut-être un Moore un peu plus "anecdotique" qu'à son habitude, mais franchement cela reste du très bon cru. Autant profiter de cette réédition, donc !

Par , le

Nos interviews liées

Rencontre avec José Villarrubia, auteur avec Alan Moore du Miroir de l'Amour

Le Miroir de l'amour est un poème d'Alan Moore qui retrace l'histoire de l'homosexualité, de la préhistoire à nos jours. La première version date de la fin des années 80. A cette époque, Moore fait parti d' AARGH ! (Artists Against Rampant Governement Homophobia) une association d'artistes qui protège les droits des homosexuels contre la politique du gouvernement Tatcher, qui avait voté la Clause 28. Cette loi considérait comme illégale la valorisation de l'homosexualité. Le poème a ensuite été adapté au théâtre avant d'être publié dans cette nouvelle édition avec les photos de José Villarrubia. C'est à l'occasion de la sortie de la version française que Sceneario a été invité à l'inauguration de l'exposition des photos qui illustrent le livre. Cette exposition a lieu à la galerie Peter's Friend, 25 gallerie Montpensier du 9 au 25 novembre 2006 [...]

Lire la suite ›