NÄVIS #4 Il vous reste de l'énergie

voir la série NÄVIS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

NEOPOLIS

Genre :

Humour

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782756008684

Résumé de l'album Il vous reste de l'énergie

Nsob est un peu traîne-chenille ces derniers temps. Il en oublie tous ses devoirs envers Nävis et Houyo. Les deux copines s'inquiètent de voir leur robot nurse aussi amorphe. Alors pour le dynamiser un peu Nävis décide de gonfler un peu sa batterie. Mais ce qu'elle n'avait pas prévu c'est que l'opération allait dynamiter le pauvre robot. Mais Nsob est parvenu a sauver son cerveau grâce à une petite batterie de secour. Mais la réserve s'épuise rapidement et son seul salut c'est de trouver les pièces de rechange de son corps dans le vaisseau qui jadis les amena sur cette planète.
Mais cette opération n'enchante pas Nsob, car par sa faute, Nävis et Houyo risquent de se retrouver en danger.

Par Eric, le NC

Notre avis sur l'album Il vous reste de l'énergie

Disons-le tout de suite, Jean-David Morvan est un tortionnaire. En lisant cet album, au fil des pages on se prend à rêver à la révélation du sens de ce qui fait Sillage. Tout au long de ses années on attendait se moment avec impatience et ... il faudra se montrer encore patient. Oui j'ai raconté la fin de cet album... non il reste pas mal d'éléments qui font que cet album est encore plus adorable. Le mot est bien choisi car avec cet album on a un épisode bienfaisant. C'est un belle leçon d'humanisme que nous distille Morvan, avec des robots, le tout avec un peu de suspense et d'humour.
Et pour parfaire cette ambiance générale il faut s'attarder un peu sur le rôle de la couleur et du dessin. Certes sur certaines pages, l'aspect pointillé des trames comme les nuages fait un peu "cheap" mais cela s'accorde bien avec la tonalité assez cartoon de l'ensemble. Et au début on est un peu décontenancé avec les pages liminaires, à l'aspect "aquarellisé" (comme le montre l'extrait) qui nous relate le rêve de Nävis. Ce changement est intéressant et permet de bien séparer les temps forts de l'album. Quand au dessin, il est remarquable dans sa composition. Munuera nous fait des pages à la narration dynamiques en alternant avec des scènes plus drôles. Même si l'ensemble fait enfantin, le mélange des genres n'a jamais aussi bien fonctionné.
Ainsi, ce quatrième opus de Nävis va certainement faire hurler les fans qui auraient enfin espérer avoir la révélation sur les origines de Nävis, mais ce tome nous amène encore plus de questions et n'est pas la fin tant attendue. Et pour être honnête, je dois dire que je préfère cet option elliptique des origines de Nävis plutôt que la révélation de la vérité crue qui n'aurait pas forcément celle que j'espérais. Avec Nävis, j'espère à chaque fois passer un bon moment et ce quatrième épisode rempli formidablement bien son office.

Par , le

Les albums de la série NÄVIS

Nos interviews liées

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Interview de José-Luis Munuera pour le T2 de Sortilèges

Sceneario.com: José-Luis tout d’abord bienvenu sur Sceneario.com et merci à toi d’avoir accepté de répondre à nos questions !

José-Luis, tu es donc le dessinateur de « Sortilèges ». Comment votre « team » fonctionne au jour le jour avec le scénariste Jean Dufaux, quelle est votre recette secrète ? Qui est le plus perfectionniste des deux ? José-Luis Munuera :Le team fonctionne avec deux éléments clé: le respect et la bonne humeur! Le respect pour le travail et les choix de l’autre, la bonne humeur parce qu’on essaye toujours de se surprendre l’un et l’autre. 
Une BD peut être pleine de choses, un manifeste idéologique,  un “slice of life”, un cri de l'intérieur de l’auteur... mais une BD peut être aussi un jeu! Un jeu infini, vivant, adulte, plein de possibilités, très élaboré, complexe, dur [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de José Luis Munuera sur l'univers Sillage

Sceneario.com: José Luis Munuera bonjour ! Je vous remercie dès à présent de bien vouloir répondre à cette interview et ainsi éclairer les passionnés de la bd ! Premièrement, pourriez- vous vous présenter afin que certaines personnes puissent mieux cerner votre personnage ? JLM: Je m'appelle Jose Luis Munuera Minarro, né le 21 avril de 1972 en un coin perdu d'Espagne. Grand lecteur, cinéphile et bédéphile depuis mon enfance, une surabondance de Spielberg, Harryhausen, Tolkien et Uderzo à fini par pourrir mon cerveau et me faire devenir de façon assez naturelle dessinateur de bd. Sceneario.com: Vous vous êtes distingué dans la série « Les Potamoks » aux éditions Delcourt mais aussi dans la série « Merlin » aux éditions Dargaud. Comment peut-on débarquer du fin fond de l'Espagne et s'imposer ainsi dans le monde de la bd française ? Vos débuts furent difficiles ? JLM: Je n'ai jamais eu la sensation que les choses étaient « difficiles » pour ma part [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›